Quand l’école-internat donne des ailes aux enfants des minorités ethniques

Les élèves des minorités ethniques de Ninh Phuoc apprécient chaque journée passée dans leur collège-internat. En plus de les aider à devenir autonomes, les enseignants contribuent à leur épanouissement et leur offrent l’opportunité de réaliser leurs rêves.

>> Écoles dans les villages de montagne : bâtir l’avenir à mains nues

>> Un cours d'anglais pour les enfants de l'ethnie H'rê à Quang Ngai

L’enseignante Nguyên Mai Ngoc Huyên et ses élèves dans la bibliothèque du collège-internat des minorités ethniques de Ninh Phuoc.

Un jour d’automne, nous arrivons au collège-internat des minorités ethniques de Ninh Phuoc, un district de Ninh Thuân, province côtière de la partie sud du Centre. Les rayons dorés du soleil levant et l’air frais du petit matin créent une atmosphère paisible à l’école. La voix des élèves résonne en salle de musique : “Em yêu truong em, voi bao ban thân, và cô giao hiên. Nhu yêu quê huong, cap sach toi truong trong muôn vàn yêu thuong” (littéralement : J’aime mon école où j’ai beaucoup d’amis intimes et d’enseignantes douces. J’aime mon pays natal où je suis mes études à l’école, entouré d’amour).

Très élégante dans son ao dài, (tunique traditionnelle des Vietnamiennes), la professeure d’anglais Nguyên Mai Ngoc Huyên nous accueille avec un doux sourire. Elle nous explique : “Nous sommes en train de préparer la Journée des enseignants vietnamiens, le 20 novembre. De nombreux spectacles de chant et de danse seront présentés par les élèves”.

Les élèves au cœur des préoccupations

Situé dans le bourg de Phuoc Dân, le collège-internat des minorités ethniques de Ninh Phuoc a été construit en 2013 pour un coût de 61 milliards de dôngs provenant du budget de l’État. Cette année, il accueille 45 élèves de 6e classe, venus des deux districts de Ninh Phuoc et Thuân Nam. “La plupart sont de l’ethnie Cham”, nous informe Trân Mai Thanh, directeur adjoint de l’école. “Au-delà de l’exemption de frais de scolarité et l’octroi d’une assurance-santé, les collégiens bénéficient d’aides financières équivalentes à 85% du salaire minimum des travailleurs pour les repas, les outils d’apprentissage et les uniformes, notamment. Parfois, il leur arrive de pouvoir économiser une partie de cette somme afin de soutenir le quotidien de leurs familles”, partage-t-il.

L’enseignante Hà Thi Phuong Truc (1re à gauche) se rend chez Cuong (2e à gauche) pour expliquer à sa grand-mère les politiques de soutien dont il peut bénéficier.

Dans sa maison faite de bric et de broc, pleine de matériaux ramassés dans les ordures, Truong Thi Ân est émue aux larmes en voyant son petit-fils Thiên Anh Cuong aller à l’école et bénéficier de la politique d’assistance du Parti, de l’État et du ministère de l’Éducation et de la Formation en faveur des élèves ethniques en situation difficile. C’est la gorge serrée qu’elle confie : “Peu de temps après leur mariage, les parents de Cuong ont divorcé et quitté notre village pour aller gagner leur vie dans le Sud. Ils m’ont laissé leur bébé d’un an. Depuis, je m’occupe de Cuong. Toute ma famille vit de mes faibles revenus du ramassage et du tri des déchets. Nous avons du mal à joindre les deux bouts. C’est pour ça que mon petit-fils m’a dit plusieurs fois son souhait d’arrêter ses études pour m’aider dans mon travail”.

Thiên Anh Cuong (droite) joue aux échecs avec ses amis au collège-internat.

Truong Thi Ân exprime ses profonds remerciements à Hà Thi Phuong Truc, l’enseignante de vietnamien de son petit-fils, qui s’est rendue chez elle de nombreuses fois pour lui expliquer l’importance de l’éducation et lui parler des politiques de soutien dont Cuong peut bénéficier.

“Nous voulons faire de mieux pour lui”, affirme Hà Thi Phuong Truc, qui a décidé de s’éloigner de sa propre famille pour vivre au collège-internat et se consacrer à ses élèves. Dans l’optique de transmettre des connaissances aux élèves d’ethnies minoritaires de la manière la plus efficace possible, elle ne cesse de renouveler sa manière d’enseigner et de chercher de nouvelles méthodes.

Les activités collectives et extra-scolaires sont nombreuses.

Les enseignants dévoués

Pour l’enseignante d’anglais Nguyên Mai Ngoc Huyên, son bonheur est de voir ses élèves progresser de jour en jour : “Malgré les difficultés, les progrès que j’ai observés constituent une grande motivation pour que je poursuive mes efforts dans ce noble métier”.

“À présent, notre établissement ne sert pas uniquement à enseigner le vietnamien, les mathématiques, l’anglais, et les sciences. Nous fournissons aussi aux collégiens des compétences nécessaires dont la capacité de travailler en équipe, être responsables, développer des projets et faire preuve d’initiatives. Nous essayons de faire réussir les élèves en favorisant leurs ressources personnelles et en veillant à leur épanouissement”, souligne Trân Mai Thanh, directeur adjoint du collège-internat des minorités ethniques de Ninh Phuoc.

Châu My Ky Duyên (gauche) et Kiêu Hông Thiên Ân aiment bien leur collège-internat des minorités ethniques de Ninh Phuoc.

En plus des enseignements classiques, les activités collectives et extra-scolaires sont nombreuses et permettent la transmission de valeurs importantes dans un contexte moins formel et chaleureux. Les collégiens et les parents sont ravis.

“Rester au collège-internat est une joie pour moi car l’école m’apporte de l’amour. Nous pouvons aussi participer à des activités extra-scolaires vraiment amusantes”, s’enthousiasme Châu My Ky Duyên de la classe 9B.

“C’est mon second foyer. Les enseignantes sont comme des secondes mères. Elles sont toutes bienveillantes et dévouées. Et avec mes amis, nous nous entendons très bien”, ajoute Kiêu Hông Thiên Ân, élève de la classe 6B.

Ngô Khanh, vice-président du Comité populaire du district de Ninh Phuoc.

Ngô Khanh, vice-président du Comité populaire du district de Ninh Phuoc, nous fait savoir que ce district côtier, qui compte plusieurs communes et villages démunis, attache une grande importance à l’éducation des ethnies minoritaires. À l’avenir, il continuera de multiplier les antennes d’école-internat et de mettre en œuvre des programmes d’enseignement des langues vernaculaires.

Texte et photos : Phuong Nga/CVN

back to top