Katé, une fête aux couleurs de la culture des Cham

Chez les Cham, l’une des 53 ethnies minoritaires du Vietnam, la fête qui incarne le plus l’identité culturelle est incontestablement la Katé ou le “Têt du Père”. Cet événement annuel a lieu au début du 7e mois de leur calendrier.

>> La fête Katé des Cham

>> L'ethnie Cham à Ninh Thuân célèbre la fête Katé

Des dignitaires religieux du Brahmanisme à la Katé à Ninh Thuân (Centre).
Photo : VNA/CVN

Cette année, les Cham à Ninh Thuân ont organisé la Katé dans les conditions normales, après deux ans de pandémie de COVID-19. Des milliers de pratiquants du Brahmanisme y ont afflué du 23 au 25 octobre, soit au début du 7e mois lunaire des Cham, pour commémorer les rois Pô Klaung Garai et Po Rome, ainsi que pour prier pour les bonnes récoltes et la bonne santé.

Dans sa maison, Quang Dai Hùng, dignitaire religieux du Brahmanisme, est très enthousiaste de nous présenter cette fête originale de son ethnie : “La Katé a une signification importante pour nous. Elle est dédiée aux rois qui ont apporté de grandes contributions à l’édification et au développement du Royaume du Champa d’antan et de l’ethnie Cham. En 2017, elle a été inscrite dans la liste des patrimoines culturels immatériels nationaux par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme”.

Une kyrielle d’activités

Katé, la plus grande fête traditionnelle de l’ethnie Cham. Photo : VNA/CVN

La Katé dure trois jours. Les deux premiers sont consacrés à prier les divinités dans le complexe des tours Pô Klông Garai et dans les temples de la province pour une vie paisible et heureuse. Les Cham portent des vêtements traditionnels et participent à des rituels et des activités culturelles. C’est aussi une bonne occasion pour le public, notamment les touristes, d’apprécier, dans leur pureté originelle, les arts du chant, de la danse et de la musique de cette ethnie. Ils peuvent se mêler aux filles Cham qui dansent au son du tambour Baranung et de la flûte Saranai. De nombreuses activités culturelles, sportives et artistiques ou des jeux folkloriques se déroulent à ce moment-là.

Quang Dai Hùng, dignitaire religieux du Brahmanisme. Photo : Phuong Nga/CVN

Le troisième jour, les Cham restent à la maison pour se souvenir des grands mérites de leurs ancêtres et du sacrifice des Héros morts pour la Patrie.

“Cette année, je suis ravi de sentir l’atmosphère de la fête Katé. Les autorités centrales et locales ont créé des conditions optimales pour que nous puissions l’organiser avec succès. Les responsables du Comité des affaires ethniques et du Front de la Patrie rendent visite souvent aux dignitaires religieux pour mieux comprendre la pratique religieuse et les aspirations des fidèles”, nous confie Quang Dai Hùng dans une gratitude infinie. Il souhaite que la Katé soit connue du plus grand nombre et qu’elle se perpétue à jamais. Car elle recrée les caractéristiques culturelles des Cham. C’est aussi l’occasion de se réunir et d’apprendre à la jeune génération la culture et les coutumes traditionnelles.

Le Têt de la mi-année

La Katé commence au début du 7e mois lunaire des Cham et est parfois appelée le “Têt de la mi-année”.

Selon Quang So, un Cham Brahman, les Cham ont trois fêtes importantes que sont Rija Nugar, Katé et Cabbur. La première ressemble au Nouvel An chez les Kinh (majoritaires), car elle commence le 1er jour du 1er mois du calendrier lunaire Cham. C’était le Têt du Royaume du Champa d’antan.

Concernant la Katé, elle commence au début du 7e mois lunaire et est parfois appelée le “Têt de la mi-année”.

Dans le lexique Cham, il n’y a qu’une seule expression avec le mot Katé : “Ar Katé”, c’est-à-dire “choses célestes”. Ce mot désigne les choses élevées et lointaines qui sont difficiles à approcher et à comprendre pour les gens terrestres. Les Cham disent : “Kate di bingun Cabbur di klom”, c’est-à-dire la fête Katé a lieu à la première décade, tandis que la Cabbur commence toujours à la dernière décade.

Quang So dans le costume traditionnel des Cham Brahman. Photo : Phuong Nga/CVN

“Cela montre que la Katé appartient au yang, elle n’invite donc que le dieu Yang dans le monde d’en haut, qui s’appelle Ywor Yang dans la langue Cham. Les dieux mythologiques et les rois ayant apporté de grandes contributions à l’édification et au développement du pays ont une grande importance dans la culture Cham”, nous explique Quang So.

Quant à la Cabbur, comme elle est yin, elle n’invite que la Mère nationale Po Inu Nugar et les sages locaux plutôt que l’ensemble du royaume et est moins importante que la Katé.

La philosophie Cham sur le yin et le yang se reflète encore plus clairement lorsque la Katé est célébrée en juillet car c’est un symbole du yang appartenant à l’homme ou le père. Tandis que la Cabbur a lieu en septembre car c’est le yin, appartenant à la femme ou la mère.

Cette année, les conditions de vie des habitants locaux se sont constamment améliorées, de sorte que la célébration de la Katé est également plus animée et plus riche en activités. Les villageois ont organisé de nombreuses activités culturelles et artistiques dont un défilé de vêtements traditionnels, un concours de tissage de brocart et de fabrication de poterie traditionnelle, une exposition photo, des tournois de football et de volley-ball, des représentations des artisanats traditionnels, de la gastronomie et des jeux folkloriques, etc.

L’édition 2022 est terminée le 25 octobre, cependant son écho semble toujours résonner. En plus des rites et des croyances, cette fête a apporté à la population la confiance en un avenir radieux, fait de paix et de prospérité.

Phuong Nga/CVN

back to top