Pêche illicite : efforts redoublés pour lever le “carton jaune”

Le Vietnam fait des efforts dans ses mesures de lutte contre la pêche INN. Précisions sur les résultats obtenus et recommandations d’experts et responsables du secteur de la pêche pour lever l’avertissement de la Commission européenne.

>> Hai Phong : solutions pour lutter contre la pêche INN

>> Pêche INN : Bà Ria-Vung Tàu s'efforce de supprimer le "carton jaune"

>> Lutte contre la pêche INN : efficacité de la communication à Soc Trang

Les efforts du Vietnam reconnus

Nguyên Thi Trang Nhung, directrice adjointe du Département des sciences, des technologies et de la coopération internationale de la Direction des pêches

Le Vietnam considère la prévention et la lutte contre la pêche INN et la suppression du “carton jaune” de la Commission européenne (CE) comme une stratégie de développement responsable et durable de son secteur de la pêche. Le pays a obtenu des résultats remarquables dans ce processus, qui sont reconnus à l’international, en particulier par l’Union européenne (UE).

En effet, son cadre juridique est conforme aux exigences internationales, créant une base juridique au service de la lutte contre la pêche illicite. Le pays considère la gestion de la flotte de bateaux de pêche comme un facteur clé de sa réponse aux recommandations européennes. Leurs déplacements sont strictement suivis par le système de géolocalisation installé à bord. Nous avons publié une liste de ports désignés pour l’accostage des navires offshore, surveillé 100% du volume des produits manutentionnés via les ports de pêche et organisé régulièrement des inspections et des examens conformément à la réglementation et aux exigences de l’UE.

Nous avons contrôlé l’exploitation des produits halieutiques en nous coordonnant avec des forces intersectorielles telles que garde-côtes, garde-frontières, et services de contrôle des pêcheurs et d’inspection de l’exploitation des produits, etc.

La traçabilité concerne non seulement les produits domestiques mais aussi ceux d’origine étrangère qui sont importés au Vietnam avant que ces derniers ne soient réexportés.

La coopération avec les pays de la région et lors des forums multilatéraux a été renforcée pour démontrer les engagements du gouvernement vietnamien envers la prévention de la pêche INN et sa volonté de s’acquitter de ses responsabilités envers les organisations de gestion internationales.

Cependant, nous rencontrons encore maintes difficultés dans le contrôle des navires de pêcheurs vietnamiens entrant illégalement dans les eaux étrangères et dans la vérification de la traçabilité des produits importés.

Renforcer le cadre juridique

Pr. associé - Dr. Ngô Huu Phuoc, professeur à l’École d’économie et de droit de Hô Chi Minh-Ville

La pêche illégale dans les zones de conservation, la capture d’espèces en voie de disparition, ou la pêche avec des outils et méthodes d’extermination... causent de graves dommages à l’environnement et aux écosystèmes marins. Chaque année, la pêche INN cause une perte d’environ 1,6 milliard d’USD pour le Vietnam du fait de la chute des exportations.

Je pense qu’il existe encore quatre raisons fondamentales expliquant que la prévention et la lutte contre la pêche INN ne soient pas encore efficaces. Ce sont des facteurs économiques, juridiques, socio-psychologiques, et la conscience des professionnels sur cet acte et sur la nécessité d’une coopération internationale dans ce domaine. La coopération entre les pays, en particulier ceux qui participent à la pêche et à la consommation de produits de la mer, n’est pas efficace.

Les pêcheurs coupables de pêche illicite sont pour la plupart des citoyens des pays sous-développés et en développement en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Par conséquent, lorsqu’on leur propose de mener un travail illégal mais à hauts revenus, ils acceptent facilement. Ces pêcheurs manquent de connaissances sur la pêche respectueuse de la ressource, sur l’importance de la biodiversité et des écosystèmes marins et ne sont pas conscients des conséquences délétères de la pêche INN.

Pour le Vietnam, je pense que les sanctions juridiques ne sont pas encore suffisamment fortes pour devenir un moyen de prévention efficace. Par exemple, l’amende la plus élevée n’est que d’un milliard de dôngs (environ 41.000 USD), alors qu’en Thaïlande, elle est de près de 6,4 millions d’USD, en Indonésie d’environ 1,5 million d’USD, aux Philippines d’environ un million d’USD…

À propos du cadre juridique, le pays devra étudier et développer une loi sur l’exploitation des produits halieutiques ou une loi spécifique sur la pêche. Le pays devra négocier et signer rapidement avec la Chine un nouvel accord de pêche dans le golfe du Tonkin pour remplacer celui de juin 2020 qui a expiré.

Pour les pays de la région, il est nécessaire de négocier activement pour délimiter des zones économiques exclusives qui se chevauchent. L’ASEAN et la Chine doivent parvenir à un accord pour établir une organisation chargée de la gestion de la pêche en Mer Orientale.

Un système de géolocalisation

Lê Tân Ban, directeur du Service de l’agriculture et du développement rural de la province de Khanh Hòa (Centre)

Pour mettre fin à l’avertissement de la CE, Khanh Hòa a drastiquement mis en place de nombreuses mesures pour lutter contre la pêche INN. Depuis 2018, le Comité populaire provincial a promulgué 245 documents dans ce domaine, accompagnés d’activités de sensibilisation des pêcheurs menées sous de diverses formes. Jusqu’à présent, les 3.199 navires de la province ont été certifiés en termes de sécurité technique et leurs informations ont été mises à jour sur le logiciel VN Fishbabe. Parmi les navires de 15 m et plus, 675 sont équipés d’un système de géolocalisation des déplacements, soit 97,8% du total.

La station de surveillance des navires de pêche relevant de l’Office de l’aquaculture de Khanh Hoà dispose aussi d’un personnel opérationnel 24 heures sur 24 pour suivre de près leurs activités. Les comités de gestion des ports renforcent le contrôle des départs et des rentrées. Plus de 50% du volume des produits halieutiques est contrôlé dans les ports de pêche. Entre janvier et septembre, les forces compétentes ont organisé 336 patrouilles en mer et sanctionné 54 infractions pour près de 600 millions de dôngs d’amendes. Les dossiers de traitement des violations sont mis à jour de manière complète sur le portail VN Fishbabe.

Lors d’une récente inspection sur les mesures contre la pêche INN à Khanh Hoà, une délégation du ministère vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural a évalué que la province avait fait de grands progrès dans ce domaine et était l’un des exemples au niveau national en termes de mise en œuvre complète des quatre groupes de recommandations de la CE sur la lutte contre la pêche INN. Il s’agit du cadre juridique ; de la gestion, surveillance, inspection des activités des navires de pêche ; de la certification des sorties et de la traçabilité des produits ; et de la mise en œuvre des réglementations juridiques. En bref, nous avons œuvré activement pour lutter contre la pêche INN et obtenu des résultats positifs.

Linh Thao/CVN

back to top