Quang Ninh : le désenclavement miraculeux d’une commune reculée

Une stratégie de développement juste a relégué les difficultés à Ky Thuong, la commune la plus reculée de la province de Quang Ninh (Nord), au rang des mauvais souvenirs. L’union a fait la force pour cette localité.

>> Quang Ninh veut dynamiser sa vie nocturne

>> L’autoroute Vân Dôn - Mong Cai, nouvel élan pour Quang Ninh

>> Contempler les beaux paysages de l’île de Ca Chép à Quang Ninh

La route menant à Ky Thuong sera élargie à 15 m.

L’unique route menant du bourg de Troi au siège du Comité populaire de la commune de Ky Thuong a été asphaltée. Mesurant 7 m de large, elle permet d’aller de Ky Thuong, la commune la plus reculée de Quang Ninh, à la ville de Ha Long en seulement deux heures.

“Cette route sera bientôt élargie à 15 m. Les autorités provinciales s’y sont rendues à plusieurs reprises pour discuter de son élargissement afin d’accroître la connexité avec d’autres localités. La construction d’un tunnel à travers la montagne est également envisagée pour protéger la forêt”, précise avec enthousiasme Linh Du Hông, président du Comité populaire de Ky Thuong.

Une piste et de tristes souvenirs

M. Hông raconte qu’avant 2003, pour aller à Ky Thuong, on ne disposait que d’une piste praticable à moto uniquement par temps sec. En 2003, elle a été élargie, asphaltée en 2006 grâce au fonds du Programme 135 (développement socio-économique des communes particulièrement en difficulté) et achevée en 2007.

Khe Luong était auparavant un village sans électricité, ni route, ni eau propre, ni poste de stations de radiodiffusion, ni école en dur. Autrefois, chaque fois qu’il pleuvait, le chemin y menant était boueux et impraticable.

Grâce au Programme 135, sa physionomie a bien changé. Bàn Van Vy, secrétaire de l’organisation du Parti et chef de Khe Luong, fait savoir qu’en 2009, le village a été électrifié ; en 2010, des ouvrages d’irrigation ont été construits et entre 2011 et 2012, les écoles ont fait l’objet d’investissements.

En 2017, plus de 2,3 milliards de dôngs ont été investis dans la construction du système d’assainissement. C’est aussi cette année-là où a été construit un chemin en béton de 9 km de long reliant Khe Luong au centre de la commune. Doté d’un fonds d’investissement de 30 milliards de dôngs, il a été mis en service en 2019.

“Cette route facilite les déplacements et donc le développement de l’économie locale. Le prix des acacias a doublé, atteignant 80 millions de dôngs par ha contre 40 millions”, informe M. Vy. En 2021, Khe Luong a été le dernier village de Ky Thuong à ne plus avoir de ménages pauvres ou sous le seuil de la pauvreté.

Ky Thuong dispose également de deux nouvelles écoles répondant aux normes nationales, avec des équipements pédagogiques complets.

Protéger la terre

La zone touristique Am Vap farm peut accueillir 40 voyageurs.
Une maison sur pilotis de la zone touristique Am Vap farm.
Touristes à la zone touristique Am Vap farm.

D’après Linh Du Hông, mi-2020, après des informations selon lesquelles le groupe Vingroup était venu dans la localité pour étudier et planifier un projet de construction d’un complexe de conservation de la nature et de tourisme dénommé Safari Ha Long, des investisseurs immobiliers ont débarqué avec l’intention d’acquérir des terres agricoles, voire des terres forestières.

Les autorités locales et les habitants se sont interrogés : Vendre des terrains ou pas ? Une fois vendu, où va-t-on habiter ?

Comment faire pour gagner sa vie? Car chaque année, la culture de keo (acacia), l’élevage des poulets, la riziculture... rapportent près de 60 millions de dôngs par personne...

De plus, en conservant leurs terrains, les habitants pourront construire des logements pour accueillir les touristes une fois ce complexe construit. Ce sont les arguments que les responsables ont utilisés pour convaincre la population avec succès car les gens ont décidé de conserver leurs terres pour y vivre et se développer dans une nouvelle direction

Autrefois, les habitants de Ky Thuong cultivaient essentiellement des keo. Mais cet arbre rend les sols infertiles, appauvrit les forêts, surtout après les récoltes car les parcelles se retrouvent dénudées. Suivant l’option proposée par l’organisation du Parti de Quang Ninh, les autorités de la commune ont demandé aux habitants de planter d’autres essences forestières. C’est le cannelier qui a été privilégié en raison de sa compatibilité avec les sols. De plus, sa valeur économique est trois fois supérieure à celle de l’acacia. La plantation d’arbres à bois précieux tels que lim (bois de fer), dôi (Taulauma) et lat (Chukrasia) est également encouragée.

En 2021, seuls 2,6 ha de cannelier étaient cultivés par trois ménages, mais maintenant 22 ménages gèrent 47,5 ha, tout cela grâce à une aide de plus de 3 milliards de dông de l’État pour l’achat de graines. En plus du cannelier, il y a aussi 3 ha de dôi.

Opportunités d’enrichissement

La route asphaltée et élargie menant à Ky Thuong facilite le déplacement des habitants et ouvre nombre de nouvelles opportunités de s’enrichir.

Ly Tài Ngân est un de ces exemples locaux d’efficacité dans le développement économique. Un de ses projets réussis est Am Vap Farm. Appelé “zone touristique” mais ce site ne s’étend que sur 300 m2… qui est la cour de la maison de M. Vy, chef du village.

Après deux ans de construction, MM. Ngân, Vy et leurs quatre amis ont construit deux maisons sur pilotis avec quatre chambres permettant d’accueillir au maximum 40 touristes, sans compter un restaurant en bois.

Les costumes et les outils de travail qui y sont exposés représentent les caractéristiques culturelles de l’ethnie Dao.

“Nous discutons avec d’autres familles du village pour construire chacune une à deux chambres de séjour ou pour nous louer des terrains afin de créer plus de logements pour les touristes. Ce n’est qu’alors que l’on pourra signer des contrats avec des agences de voyages pour organiser des circuits”, partage M. Ngân.

Selon le secrétaire du Comité provincial du Parti de Quang Ninh, Nguyên Xuân Ky, ce n’est que grâce au secteur touristique que les habitants des zones reculées et défavorisées peuvent se développer rapidement et durablement tout en conservant leur identité et leur culture locale en protégeant leurs ressources naturelles.

Le rêve des dirigeants et habitants de la province de Quang Ninh, et de la ville de Ha Long en particulier, de mettre Ky Thuong sur la carte touristique connectée à la baie de Ha Long prend progressivement forme grâce aux projets de complexe Safari Ha Long et de nouvelles routes. La commune de Ky Thuong est en train de sortir d’une longue léthargie, pour le plus grand bonheur de ses habitants.

Texte et photos : Huong Linh-CTV/CVN

back to top