Hanoï est une fête, pour le photographe Lai Diên Đàm

Attaché à Hanoï depuis unesoixantaine d’années, Lai Diên Dàm nourrit un amour immense pour cette ville oùil a pris des milliers de clichés. La photographie l’a aidé à exprimer ses pensées et sentiments profonds pour la capitale millénaire et à vanter sa beauté plurielle.

>> Un photographe qui expose le Vietnam à travers le monde

>> Le lotus à travers l’objectif du photographe Trân Bich

>> Tang A Pâu, un photographe féru de nature sauvage

>> Un photographe vietnamien médaillé au concours de photos d’Australie

Le photographe Lai Diên Đàm.

La photographie est un loisir coûteux en termes d’argent, de temps et d’efforts. Mais c’est une aventure et une découverte artistiques intéressantes”, confie Lai Diên Đàm, membre depuis 1982 de l’Association vietnamienne des artistes photographes (VAPA).

Aux yeux de ses confrères de la capitale, Lai Diên Đàm est à la fois un ami sincère et un maître plein d’enthousiasme et de créativité, toujours prêt à transmettre ses connaissances et son expérience aux jeunes artistes.

Lai Diên Đàm est l’auteur des photos très marquées par sa personnalité, montrant la beauté simple et rustique de la vie quotidienne. Il a du talent dans la découverte des scènes simples autour de nous qui, à travers son objectif, deviennent des beautés uniques. Peu d’artistes peuvent le faire”, estime Trân Van Cuong, vice-président du Comité d’inspection de l’Association des artistes photographes de Hanoï.

L’artiste chevronné Ðinh Quang Thành, ancien photojournaliste de l’Agence Vietnamienne d’Information, lui aussi, ne tarit pas d’éloges : “Les photos de Lai Diên Đàm sont prises avec soin et minutie. Les lumières et la composition sont vivantes et variées. Du fait qu’il a des connaissances profondes en peinture et en musique, il crée des œuvres qui ont du rythme et de l’âme...”.

L’œuvre Dòng đời (Courant de la vie) de Lai Diên Đàm.

Artiste d’excellence

Né en 1948 dans le district de Hai Hâu, province de Nam Ðinh (Nord), Lai Diên Đàm s’est installé à Hanoï avec sa famille en 1960, alors qu’il avait 12 ans. Raison pour laquelle il est presque un Hanoïen natif, empli d’images et de souvenirs de la ville.

Montrant très tôt ses qualités artistiques, il a été guidé par sa famille vers l’étude de la peinture pendant cinq ans, puis du violon, autant de temps. Mais, il a finalement choisi de “peindre avec la lumière”. Cependant, la peinture et la musique ont énormément influencé son style de création dans la photographie. Outre son don inné pour l’art, il a un esprit chercheur et curieux, étant constamment studieux avec de grands efforts.

Pour poursuivre la photographie et progresser dans ce métier, Lai Diên Đàm a appris énormément auprès d’artistes expérimentés tels que Ðinh Ðang Ðinh, Trinh Hai, Ðinh Quang Thành, Vo An Ninh (1907-2009)... En 2007, lui et le photographe Nguyên Dân ont été les deux premiers à recevoir le titre de “E.VAPA/G” (“Gold Excellence Artist” - Artiste d’excellence d’or), la plus prestigieuse récompense de la VAPA. Au cours de sa carrière, il a remporté 100 prix internationaux et des centaines de prix nationaux.

Hoa trong phố (Fleurs dans la rue).

Scènes de vie

Pour permettre au public d’admirer, ou même de pouvoir acquérir des collections de belles photos d’art sur le Vietnam et ses habitants, de Hanoï en particulier, Lai Diên Đàm tient depuis quelques années une galerie privée portant son nom dans sa maison au 4B, rue Ðinh Liêt, en plein cœur de Hanoï. Ses clients sont nombreux, la plupart étant des étrangers qui aiment non seulement ses clichés, mais qui viennent aussi pour écouter ce grand connaisseur parler profondément de son art.

J’ai un grand amour pour Hanoï”, avoue-t-il. Outre le fait qu’il est tombé amoureux des modes de vie qui sont devenus la “marque” de cette ville riche de belles traditions culturelles millénaires, l’artiste a aussi une grande sympathie pour la vie des travailleurs de rue battant le pavé de l’aube jusqu’à tard le soir.

Dans ses photos, il privilégie l’angle et les lumières et surtout la composition qui, selon lui, doit être belle, équilibrée et harmonieuse. “La photographie est une création humaine à travers un outil très sophistiqué qu’est l’appareil photo. À l’ère de la technologie d’aujourd’hui, les appareils numériques facilitent le travail des photographes. Mais l’important est que leurs créations doivent être bien recherchée pour avoir une valeur et porter un message clair, humain et significatif”.

Un matin brumeux au lac Hoàn Kiêm (lac de l'Épée restituée) dans l'objectif de Lai Diên Đàm.

Dans sa maison, l’artiste septuagénaire est ivre de bonheur en présentant ses œuvres préférées. Parmi elles, la photo Dòng đời (Courant de la vie) qu’il a prise du haut de l’immeuble City View au 7, rue Ðinh Tiên Hoàng, au centre-ville. Un jeune handicapé modestement vêtu, sans chapeau, pousse une charrette sous la pluie battante, et en sens inverse quatre passants bien habillés avec des parapluies colorés. “Dans notre vie, il y a encore trop de gens vulnérables qui ont besoin de protection et d’aide”.

Montrant le cliché Tình mẫu tử (Amour maternel), pris à Hai Hâu, sa terre natale, Lai Diên Đàm raconte qu’il a été très touché par cette scène. Une mère, panier sur la tête, va au marché. Dans le panier, parmi les marchandises, un enfant tournant ses yeux innocents vers le photographe. “Les mères vietnamiennes sont toujours diligentes, compatissantes, travailleuses, prenant soin de leurs enfants de tout leur cœur, comme ça”.

Ambassadeur culturel

Pendant les mois de l’an passé où la pandémie de COVID-19 faisait rage, incapable de sortir du fait des restrictions de déplacement, l’artiste a choisi de se relaxer en peignant à domicile. Depuis, il a des dizaines de tableaux à son actif. Et dans cet art aussi, son thème préféré est toujours la capitale charmante. On voit une Hanoï d’une beauté extatique en automne, avec le lac de l’Épée restituée et la Tour de la Tortue au milieu du lac…

Une photo prise en banlieue de Hanoï.

Maintenant, les jours où je suis en forme, je viens prendre des photos autour de Hanoï, ou dans les régions montagneuses du Nord, les provinces de Thanh Hóa et Nghê An (Centre). Les jours où je me sens fatigué, je reste à la maison et passe le temps avec mon pinceau. Je ne peux pas m’imaginer vivre sans la créativité artistique”.

Avec une collection de 100 prix internationaux et des centaines d’autres du pays décernés aux œuvres marquées par l’âme et la vie quotidienne des Vietnamiens en général et des Hanoïens en particulier, Lai Diên Đàm est comme un ambassadeur de la culture qui ne cesse de promouvoir l’image du pays à travers le monde. “La création artistique est comme une mer de connaissances, exigeant à chaque artiste de créer constamment, sans répétitions”.

Peut-être est-ce en raison de ce point de vue qu’à l’âge de 74, Lai Diên Đàm continue de créer chaque jour, bien qu’il ait obtenu le titre le plus élevé de la VAPA. Avec ses amis, il prépare l’ouverture d’une exposition privée dans la capitale.

Ðang Khoa - Linh Thao/CVN

back to top