Septuagénaire et une décennie au service des plus démunis

Une dizaine d’années depuis sa retraite, Đoàn Hoàng Hai poursuit son engagement caritatif auprès des plus nécessiteux dans le Sud. Il les a aidés à construire des centaines de maisons et ponts, tout en continuant ses études postuniversitaires.

>> Duong Minh Tuân, jeune médecin au cœur généreux

>> Nguyên Thi Vân, une femme inspirante

M. Hai et son master en gestion de l’administration publique. 
Photo : TN/CVN

Domicilié dans le quartier résidentiel de Phong Phú 5, district de Bình Chánh, à Hô Chi Minh-Ville, Đoàn Hoàng Hai était, avant 2011, directeur adjoint de la Poste municipale. Après sa retraite, il se lance entièrement dans des activités humanitaires en mobilisant des fonds importants pour les projets en faveur des personnes défavorisées, notamment les pauvres de sa terre natale - le district de Ba Tri de la province de Bên Tre (Sud).

M. Hai est actuellement président du Comité de liaison avec les compatriotes du district de Ba Tri et vice-président de la Permanence de celui de la province de Bên Tre.

Ponts et maisons “du cœur”

De 2011 à 2019, le Comité de liaison avec les compatriotes de Ba Tri a réussi à mobiliser plus de 151 milliards de dôngs pour mettre en œuvre des projets en faveur des personnes défavorisées. Rien qu’en 2019, plus de 20 milliards de dôngs ont été collectés.

D’une part, ce service a fait un appel de fonds pour construire près de 1.000 maisons “du cœur” pour les familles des invalides de guerre ou des morts pour la Patrie et 195 ponts pour désenclaver les régions pauvres. D’autre part, M. Hai et ses compatriotes de Ba Tri ont également aidé à restaurer trois écoles, offert 176 fauteuils roulants, 125 vélos et des centaines de cadeaux aux habitants et élèves pauvres de la province de Bên Tre.

En comprenant les difficultés des pauvres pour l’accès aux soins, M. Hai a invité les médecins de grands hôpitaux de Hô Chi Minh-Ville à venir dans ces régions pour organiser des consultations et même réaliser des opérations.

M. Hai (3e à gauche) lors de la cérémonie d’ouverture au trafic d’un pont à Ba Tri, province de Bên Tre (Sud). 
Photo : TN/CVN

M. Hai s’intéresse particulièrement aux enfants. Il est fondateur du Fonds d’encouragement à l’étude Đoàn Quý Tánh créé en 2012. Chaque année, au 23e jour du 1er mois lunaire, des dizaines de bourses sont offertes aux descendants de la lignée Đoàn dans la commune de Tân Hung, district de Ba Tri. Cela contribue à les encourager à surmonter les difficultés pour obtenir de bons résultats dans leurs études.

Đoàn Hoàng Hai a quatre enfants. Quand ceux-ci étaient élèves, il organisait chaque semaine une réunion familiale lors de laquelle il les écoutait partager les difficultés dans leurs études, et leur donnait des conseils ou leur offrait des cadeaux d’encouragement. Cette tradition se maintient jusqu’à maintenant pour ses neuf petits-enfants. “Mes petits-enfants sont très enthousiastes lors de ces réunions. Les enfants sont l’avenir du pays. Les grands-parents et les parents doivent être des exemples”, a affirmé M. Hai.

Đoàn Hoàng Hai est titulaire depuis 2008 d’un master en gestion de l’administration publique de l’Académie nationale de politique et d’administration publique de Hô Chi Minh, soit seulement trois ans avant sa retraite. Profitant de son temps libre, il s’est inscrit dans différents cours et a obtenu des certificats sur la théorie d’enseignement universitaire, sur la pratique de consultation et de traitement en médecine traditionnelle, et même sur la rédaction et le montage des films de la Télévision de Hô Chi Minh-Ville.

Ayant été un soldat dans la guerre du Vietnam (1954-1975), M. Hai a été blessé et a perdu un œil. “Lors des années de guerre, je n’ai pas eu l’occasion de poursuivre mes études. Maintenant, je ne peux pas rater les occasions. Je veux toujours acquérir de nouvelles connaissances”, a confié le vétéran.

Objectif : le doctorat à l’âge de 71 ans

Depuis des années, Đoàn Hoàng Hai est invité à donner des cours aux universités Gia Đinh et Hông Bàng. Il animera prochainement une formation sur l’art de diriger à l’université Van Hiên. “J’associe la théorie à la pratique, les connaissances à la réalité pour rendre mes cours plus attractifs. Après des années où j’ai assumé le rôle de gestionnaire, je comprends le besoin des entreprises vis-à-vis des employés. Je veux aider les jeunes à acquérir de nouvelles compétences pour devenir des travailleurs qualifiés”, a-t-il souligné.

Outre les cours de doctorat, M. Hai pédale chaque jour pour réaliser les activités humanitaires dans la région. 
Photo : TN/CVN

De plus, depuis 2018, Đoàn Hoàng Hai suit les cours de doctorat en management des affaires à l’Université de Trà Vinh. Chaque mois, il fait 130 km entre Hô Chi Minh-Ville et cette province méridionale en autobus. L’année dernière, ses études ont été suspendues en raison du COVID-19. Pourtant, cette année, il s’est fixé comme objectif l’obtention de son diplôme.

Étant invalide de guerre et ayant perdu un œil, ses déplacements sont très difficiles. Sa femme Nguyên Thi Hông Huê l’aide beaucoup. Elle devient son compagnon sur le chemin de l’école. “J’ai été témoin des échecs ainsi que des succès de mon mari. Nous avons pleuré et ri ensemble dans toute la vie”, a exprimé Mme Huê.

Interrogé sur la raison pour laquelle il veut atteindre le doctorat à l’âge de 71 ans, il répond : “Je détermine les objectifs à atteindre. Je voudrais devenir un bon exemple pour mes enfants et mes petits-enfants. Lorsqu’ils voient que je fais toujours des efforts dans mes études, avec une mauvaise vue et mes jambes affaiblies, ils se rendent compte que la vie est un dur combat”.

Vân Anh/CVN

back to top