Le réalisateur Trân Van Thuy, Grand Prix pour l’amour de Hanoï

Le réalisateur Trân Van Thuy vient de se voir décerner la plus haute distinction du Prix "Bùi Xuân Phái - Pour l’amour de Hanoï" 2022 pour ses deux documentaires dédiés à la capitale. Ses productions font maintenant partie du patrimoine de la ville.

>> Le «Grand Prix pour l'amour de Hanoi» attribué au guitariste Van Vuong

>> Prix Bùi Xuân Phai : le réalisateur Trân Van Thuy reçoit le Grand Prix

Le réalisateur Trân Van Thuy. Photo : VNA/CVN

"Bùi Xuân Phái - Pour l’amour de Hanoï" est devenu un prix prestigieux pour honorer les œuvres, idées et auteurs de toute nationalité qui éprouvent un amour particulier pour la capitale vietnamienne.

Cette année, lors de la remise des prix organisée le 6 octobre à Hanoï, le réalisateur - “Artiste du Peuple” Trân Van Thuy a reçu le Grand Prix pour ses deux documentaires Hà Nôi trong mat ai (Hanoï, un certain regard) et Chuyên tu tê (Histoire de la gentillesse). Ces films sont témoins de la soif d’innovation et de l’envie du réalisateur de diffuser de belles valeurs dans la société.

Le patrimoine visuel de Hanoï

Il y a 40 ans, Trân Van Thuy a réalisé ces deux œuvres dans lesquelles il abordait notamment la beauté de Hanoï, son histoire et sa culture au rythme de sa vie quotidienne.

Tourné en 1982 et projeté en 1987, le documentaire Hà Nôi trong mat ai s’inspire de l’histoire du guitariste malvoyant Vu Van Vuong, un artiste renommé qui souhaite voir les paysages de la capitale et son vœu a été exaucé via de magnifiques œuvres musicales. À savoir que Van Vuong s’est vu décerner le Grand Prix du Prix “Bùi Xuân Phái - Pour l’amour de Hanoï” 2012.

Trân Van Thuy a restitué dans cette production une capitale belle, élégante et liée à des personnages historiques attachés à Hanoï, des monuments célèbres et des scènes de la vie quotidienne des Hanoïens pendant la période de subvention, notamment l’image de l’artiste Bùi Xuân Phái (1920-1988) peignant dans les rues de la ville.

Le film a remporté en 1988 le prix du Lotus d’or dans la catégorie du “Meilleur documentaire” au Festival du film du Vietnam. L’œuvre demeure le premier documentaire du pays pour son approche globale et humaniste sur Hanoï. Les scènes de la ville en 1982-1983, filmées en couleur, sont aussi devenues un souvenir empreint de nostalgie pour les spectateurs d’aujourd’hui.

Pour sa part, Chuyên tu tê a vu le jour en 1985 et a été considéré comme un "phénomène" des documentaires vietnamiens à l’époque. Obsédé par la question "Quelle est la gentillesse ?", Trân Van Thuy révèle dans son film ses préoccupations concernant l’absence d’amour dans la société. Le documentaire propose ainsi les conversations pleines de sel et franches entre les voisins et la bonne conduite à suivre dans la société. Après sa diffusion en 1987, il a gagné la Colombe d’argent du Festival international du documentaire et du film d’animation de Leipzig en 1992.

Quelques scènes extraites du film Hà Nôi trong mat ai. 
Photo : Archives/CVN

"Ces films sont devenus un patrimoine visuel de Hanoï, sur une époque pleine de désir d’innovation et d’actes bienveillants", déclare Lê Xuân Thành, rédacteur en chef du journal Thê thao & Van hoá (Sports et Culture), organisateur du Prix “Bùi Xuân Phái - Pour l’amour de Hanoï”.

"Les gens, comme le peintre Bùi Xuân Phái et le guitariste Van Vuong, portant la ville Hanoï dans leur cœur sont nombreux, partage le réalisateur Trân Van Thuy. Je pense que sans ces grands amoureux, le mot +Hanoï+ ne serait pas aussi sacré qu’il l’est à présent".

L'"Artiste du Peuple” Trân Van Thuy souligne : "Hanoï est le centre de l’attention et de l’amour des gens de nombreuses générations qui veulent toujours la rendre meilleure et plus belle. Mes deux films expriment ces idées".

Ce qu'il veut transmettre dans ses documentaires, c’est que "chacun d’entre nous doit cultiver l’affection et la responsabilité pour l’endroit où nous sommes nés". "J’ai toujours un grand amour pour la capitale et je sais qu’il y a beaucoup d’artistes qui le partagent. Beaucoup ne sont jamais allés à Hanoï mais ont excellemment agi sur cette terre", confie-t-il.

Le réalisateur numéro un

Né en 1940 dans la province de Nam Dinh (Nord), Trân Van Thuy est surnommé "le réalisateur de documentaire numéro un du Vietnam". D’abord correspondant de guerre, il a ensuite fait des études en Russie avant de devenir metteur en scène au Studio central des films documentaires et scientifiques.

L’artiste a réalisé plus de 20 documentaires qui relatent de façon fidèle et humaniste la société vietnamienne et, pour cette raison, ses films sont pour le cinéma vietnamien un véritable trésor.

Outre Hà Nôi trong mat ai et Chuyên tu tê, nombre de ses autres productions ont été primées au Vietnam comme à l’étranger. On peut citer : Nhung nguoi dân quê tôi (Les habitants de mon pays natal) qui a obtenu, en 1970, la Colombe d’argent du Festival international du documentaire et du film d’animation de Leipzig ; Phan bôi (Trahison), le Prix d’or du Festival du film du Vietnam en 1980 ; Chuyên môt góc công viên (Histoire dans un coin du parc), le Prix d’or du Festival cinématographique de l’Association des cinéastes du Vietnam en 1996 ; Tiêng vi câm o My Lai (Le son du violon à My Lai), “Meilleur cout-métrage” du Festival des films d’Asie-Pacifique en 1999.

Le réalisateur s’est orienté vers l’écriture à l’âge de 74 ans. Sa vie privée et professionnelle a été rapportée par son cher ami Lê Thanh Dung dans le livre Chuyên nghê cua Thuy (Histoire de la carrière de Thuy). On y trouve ses confidences et son amour pour le métier de réalisateur. L’œuvre a été élue “Meilleur livre de 2013”. Nombre d’écrivains américains ont acheté les droits d’auteur pour le traduire en anglais.

Cet artiste est souvent invité à enseigner à l’étranger. À la fin de ce mois, l’octogénaire partira en Europe pour donner une formation dans quatre pays. Il a déclaré que malgré l’opportunité de vivre à l’étranger avec de nombreuses offres attractives et des revenus élevés, il choisit toujours de ne pas quitter la ville Hanoï, à laquelle il est particulièrement attaché depuis 1977.

Quê Anh/CVN

back to top