10/10/2021 09:09
Riche en patrimoines culturels immatériels, Hanoï veut à la fois les préserver et les valoriser à travers une nouvelle industrie culturelle et touristique créative.
>>La créativité : un levier d'attractivité des sites de Hanoï
>>Hanoï vise le label de "capitale créative de l’Asie du Sud-Est"
>>De nouvelles initiatives pour établir des espaces créatifs
>>Hanoï inspire les illustrateurs

Une scène du spectacle "Tứ Phủ" du metteur en scène Viêt Tú.
Photo : VNA/CVN

Ces dernières années, les artistes vietnamiens se réapproprient leur culture ancestrale pour en faire des spectacles modernes, revivifiant ainsi le patrimoine immatériel du pays. C’est le cas par exemple du spectacle Tứ Phủ (Quatre Palais) qui a été joué pendant très longtemps à Hanoï.

Tứ Phủ, une pratique ancestrale au goût du jour 

Un grand passionné de la culture traditionnelle vietnamienne, Viêt Tú, créateur du spectacle, a voulu présenter sur scène au grand public les traits saillants du culte des Déesses-Mères. Après trois ans de préparatifs, la troupe a présenté pour la première fois son travail au Théâtre Công Nhân, 44, rue Tràng Tiên, à Hanoï, en 2016. Le public a pu se plonger dans l’ambiance mystique du culte des Déesses-Mères, dont les cérémonies se pratiquent dans les temples en petit comité.

À travers ce programme, le metteur en scène a aussi voulu faire passer un message : "Il faut faire perdurer et pérenniser les valeurs culturelles traditionnelles, dont celles du culte des Déesses-Mères qui n’existe qu’au Vietnam. Ces valeurs traduisent l’esprit de créativité et la beauté spirituelle des Vietnamiens".

En seulement 45 minutes d’interprétation, les acteurs, soigneusement maquillés et vêtus de tenues étincelantes, ont donné au public une vue d’ensemble sur les caractéristiques originales du rituel hầu đồng (communication entre les hommes et les esprits) qui s’effectue au rythme du chầu văn (chant des sorcières) accompagné de danses et de rites solennels.

Seuls trois "personnages" sur les 36 qui servent de base au culte des Déesses-Mères sont interprétés sur scène : Bà chúa Thượng Ngàn (Dame de des Forêts), M. Hoàng Muoi (un héros légendaire) et Cô bé Thượng Ngàn (Petite princesse des hauts plateaux).

Grâce aux effets visuels et lumineux modernes, la scène du Théâtre Công Nhân se transforme durant le spectacle en un véritable espace religieux solennel, permettant aux spectateurs de vivre une expérience artistique originale. Révélateur de son succès, le spectacle Quatre Palais a attiré aussi bien des touristes vietnamiens et étrangers. Il fut joué également dans un bon timing puisque c’est en décembre 2016 que le culte des Déesses-Mères du Vietnam a été reconnu par l’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Pham Thi Lan Anh, cheffe du bureau de gestion du patrimoine du Service de la culture et des sports de Hanoï, salue le travail des artistes qui ont réussi à offrir au public un spectacle de qualité tout en rendant hommage à des pratiques culturelles profondes des Vietnamiens. "Nombreux sont nos patrimoines culturels immatériels qui se pratiquent sous  forme de performance musicale ou théâtrale, comme le rituel de +hâu dông+. Le spectacle Quatre Palais montre que l’on peut rendre un bel hommage à la culture ancestrale et être en même temps créatif", remarque-t-elle.

Promouvoir la richesse culturelle

En tant que ville millénaire, Hanoï est le berceau de près de 1.800 patrimoines culturels immatériels. Ces patrimoines ont été divisés en six groupes : littérature orale, spectacles artistiques, croyances cultuelles, fêtes traditionnelles, artisanat et connaissances populaires sur la nature, la vie humaine, la production, la médecine, la nourriture et la mode.

Les districts de Dông Anh, Ba Vi et Thuong Tin sont les plus riches sur le plan culturel, chacun comptant plus de 120 types de patrimoine immatériel différents, principalement des festivals, des rites cultuels et de l’artisanat.

La danse "Con đĩ đánh bồng" du village de Triêu Khúc, district de Thanh Tri, a été représentée du Festival de rue de Hanoï en juin 2020.
Photo : LD/CVN

Parmi ces patrimoines, quelques-uns ont été inscrits sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. On peut citer, outre le culte des Déesses-Mères, le ca trù (chant des courtisanes), le tir à la corde en position assise de Thach Bàn, les fêtes du génie Gióng des temples de Phù Dông et de Soc Son. La créativité dans la promotion de ces valeurs patrimoniales ancestrales fut l’un des facteurs décisifs permettant à Hanoï d’être classée "ville créative" par l’UNESCO en 2019.

Depuis quelques années, la capitale fait de la culture une force motrice importante de son développement. Elle s’efforce de créer un environnement favorable à la créativité, permettant à son industrie culturelle de s’épanouir au Vietnam et à l’international.

"En 2019, Hanoï a rejoint le Réseau des villes créatives de l’UNESCO, ce qui est un honneur mais aussi un défi pour la capitale. Nous voulons ainsi que les nouvelles créations artistiques puissent s’intégrer aux espaces publics et impliquer la population. Le public est au rendez-vous quand les œuvres nouvelles ou les arts folkloriques sont représentés dans des espaces nouveaux et créatifs. Nous devons promouvoir ces innovations", déclare le Pr Lê Hông Ly, président de l’Association vietnamienne des lettres et des arts folkloriques.

Parmi les manifestations, on peut citer le festival de rue de Hanoï qui s’est tenu en juin 2020. À cette occasion, la danse Con đĩ đánh bồng ou danse bông du village de Triêu Khúc, district de Thanh Tri, a été représentée dans l’espace piéton du Vieux quartier de Hanoï. Ces danses attrayantes furent très bien accueillies par le public.

Un enjeu culturel et touristique

Le village de Dào Thuc, commune de Thuy Lâm, district de Dông Anh, est depuis longtemps renommé dans l’art traditionnel des marionnettes sur l’eau.  "Nous voulons garder et conter les histoires traditionnelles mais nous créons et construisons des scènes nouvelles. Auparavant, les villageois regardaient des marionnettes autour de l’étang, maintenant nous concevons entièrement des scènes différentes pour surprendre les spectateurs", partage l’artisan Nguyên Thê Nghi du village de Dào Thuc.

De nombreux patrimoines culturels immatériels sont progressivement devenus la marque touristique de Hanoï à travers la création d’artistes et d’artisans. La créativité contribue non seulement à promouvoir les valeurs culturelles, à développer le tourisme de la capitale mais aussi à apporter des retombées économiques aux habitants locaux.
Thúy Hà/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.