Yasukazu Hamada a été désigné nouveau ministre japonais de la Défense

Yasukazu Hamada a été désigné nouveau ministre japonais de la Défense. La composition du nouveau gouvernement japonais a été annoncée mercredi 10 août par le secrétaire général du cabinet des ministres Hirokazu Matsuno.

>>Kishida Fumio prépare un remaniement en profondeur de son gouvernement

>>Japon : large victoire du parti au pouvoir aux sénatoriales

>>Japon : élections sénatoriales à l'ombre de l'assassinat de Shinzo Abe

Yasukazu Hamada, nommé ministre de la Défense, arrive le 10 août au cabinet du Premier ministre.
Photo : Reuters/VNA/CVN

Âgé de 66 ans, Yasukazu Hamada a déjà occupé le poste de ministre de la Défense entre 2008 et 2009. Il ne jouit pas d’une grande notoriété auprès de la population japonaise mais est considéré comme un des spécialistes les plus chevronnés sur la Défense au sein du Parti libéral-démocrate, actuellement au pouvoir au Japon. Il remplace à ce poste Nobuo Kishi, frère cadet de Shinzo Abe assassiné le mois dernier.

Trois autres retours significatifs ont eu lieu au sein du gouvernement japonais. Ainsi Taro Kono, ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense, sera désormais chargé de numérisation. Sanae Takaichi ancienne ministre des Affaires intérieures et des Communications et proche de Shinzo Abe, a été désignée ministre de la Sécurité économique. Katsunobu Kato a repris son poste de ministre de la Santé qu’il avait déjà occupé dans le gouvernement de Shinzo Abe. L’automne dernier, Katsunobu Kato et Sanae Takaichi ont été les principaux concurrents de Fumio Kishida au poste de président du Parti libéral-démocrate et de premier ministre japonais.

Taro Kono, nommé ministre de la Transformation numérique, arrive le 10 août au cabinet du Premier ministre.
Photo : Reuters/VNA/CVN

Ces trois dernières semaines, la cote du gouvernement de Fumio Kishida a baissé de 10 points. Les Japonais sont préoccupés par l’inflation et par des informations sur les liens présumés de certains hommes politiques japonais avec l’organisation religieuse controversée l'Église de l'Unification.

TASS/VNA/CVN