Le chef de l'ONU salue le cessez-le-feu à Gaza et en Israël

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a salué dimanche 7 août l'annonce d'un cessez-le-feu à Gaza et en Israël, a déclaré son porte-parole Stéphane Dujarric dans un communiqué.

>>Gaza : ouverture des points de passage après une trêve entre Israël et le Jihad islamique

>>Israël annonce un cessez-le-feu avec Gaza

Des fumées évacuées après les frappes aériennes d'Israël à Gaza, le 6 août.
Photo : AFP/VNA/CVN

>>

M. Guterres est profondément attristé par les pertes de vies humaines et les blessés, y compris des enfants, suite aux frappes aériennes sur Gaza et aux tirs aveugles de roquettes vers Israël depuis les centres de population gazaouis par le Jihad islamique palestinien et d'autres groupes militaires, a indiqué M. Dujarric.

Les opposants ont contribué à une situation d'urgence humanitaire. Les points de passage vers Gaza ont été fermés et les pénuries d'électricité affectent les installations et les fournitures essentielles.

Des centaines de bâtiments et de maisons ont été détruits ou endommagés, laissant des milliers de Palestiniens sans abri, a-t-il poursuivi. Le secrétaire général a félicité l'Égypte pour ses efforts menés en étroite coordination avec les Nations unies pour aider à rétablir le calme. Il a appelé toutes les parties à respecter le cessez-le-feu, a affirmé M. Dujarric.

"Il réaffirme l'engagement des Nations unies en faveur (...) de la solution à deux États sur la base des résolutions pertinentes des Nations unies, du droit international et des accords antérieurs, ainsi que l'importance de rétablir un horizon politique. Seule une solution politique négociée durable mettra fin, une fois pour toutes, à ces cycles dévastateurs de violence et conduira à un avenir pacifique pour les Palestiniens comme pour les Israéliens", selon le communiqué.

Le Jihad islamique palestinien, actif dans la bande de Gaza, a annoncé dimanche avoir conclu un accord de cessez-le-feu avec Israël. Ce dernier a également confirmé l'accord négocié par l'Égypte.

Xinhua/VNA/CVN