Une femme Ja Rai donne une seconde vie aux canettes

À partir de canettes de bière, de sodas ou autres, Ro Mah Vo, une femme handicapée de l’ethnie Ja Rai, a fabriqué des paniers, esthétiques, pratiques et respectueux de l’environnement.

>> La baie de Ha Long continue de dire non aux déchets plastiques

>> La consommation verte, clé pour la réduction des déchets plastiques

Ro Mah Vo avec son panier. 
Photo : CTV/CVN

Depuis jadis, l’image des minorités ethniques du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre) portant des paniers sur le dos est familière, voire idyllique, aux yeux de beaucoup.

Les paniers, généralement en bambou et en rotin, sont un élément indispensable de la vie des habitants de cette région, transmis de génération en génération.

Dans la petite maison de Ro Mah Vo, située au village de Ghè, district de Duc Co, province de Gia Lai sur les hauts plateaux du Centre, il y a des dizaines de produits faits à la main, façonnés de manière exquise à partir de bouteilles usagées.

Après avoir versé de l’eau pour quelques invités, la femme de 60 ans continue rapidement à terminer un panier sur lequel elle travaille.

Souriante, Mme Vo parle de sa vie. Elle est née handicapée. Ses jambes étant paralysées, elle n’a jamais pu se déplacer aisément, et devait tout faire avec ses petites mains.

Accablée, refusant d’être un fardeau pour sa famille, elle a fait tout ce qu’elle a pu, du tissage à la main et de la couture de vêtements à la vannerie, pour gagner de l’argent et prendre soin de ses parents. “Auparavant, je tissais des tissus artisanaux qui étaient bien réputés. Pourtant, après un temps, ce genre de tissus étant largement présent sur le marché, les miens ne se vendaient plus très bien.”, raconte-t-elle.

“Le tissage à la main n’étant plus rentable, je me suis tournée vers le tissage de paniers aux motifs de l’ethnie Ja Rai”, ajoute-t-elle.

Vaincre le destin

Avec ses mains habiles, Ro Mah Vo transforme les déchets en beaux produits.
Photo : CTV/CVN

“Lors d’un festin de famille, j’avais vu des canettes de bière et de boissons gazeuses vides éparpillées sur le sol. Soudain, l’idée de les utiliser comme matériau pour fabriquer des sacs et des paniers a émergé dans mon esprit”, partage Mme Vo à propos de l’origine de son idée.

Elle a alors commencé à collecter des déchets pour fabriquer son premier produit, un sac à main. Après trois jours de travail, l’article fini a reçu de nombreux éloges. Beaucoup de gens sont venus au village pour acheter ce produit tout à fait unique, et qu’ils trouvaient parfait, tant dans la forme que dans les couleurs.

Face à un nombre croissant de commandes, elle a demandé à son petit-fils de collecter pour elle les couvercles des bouteilles jetées à la poubelle et a continué à décorer les paniers nouvellement conçus.

Après des jours de mise en forme et de décoration méticuleuse, elle a créé son premier panier, qui a dépassé toutes ses attentes. Les paniers ne sont pas seulement décoratifs mais très pratiques lorsqu’ils sont portés sur le dos. Ils rehaussent également la beauté des femmes Ja Rai.

“Les paniers étaient terminés, et de nombreuses personnes de l’intérieur et de l’extérieur du village venaient voir et commander mes produits. J’étais ravie”, informe-t-elle. Actuellement, les sacs et paniers se vendent de 300.000 à 800.000 dôngs chacun. Grâce à cela, j’ai plus de revenus pour subvenir aux besoins de ma famille”.

Paniers fabriqués à partir de canettespar Ro Mah Vo.
 Photo : CTV/CVN

Selon cette femme Ja Rai, la fabrication d’un produit nécessite des mains fortes et habiles pour assembler les matériaux. De plus, il est nécessaire d’avoir un bon sens de la couleur pour décorer en s’inspirant des motifs de tissus ethniques traditionnels et en utilisant des motifs fleuris ou géométriques. Habituellement, la décoration d’un panier prend entre quatre et cinq jours. En moyenne, Vo peut fabriquer quatre articles par mois, mais lorsque les clients commandent beaucoup, elle travaille plus dur.

J’aime vraiment les produits faits à la main de Mme Vo. J’ai acheté plusieurs sacs et paniers comme cadeaux pour mes amis dans la province de Binh Duong, et ils ont fait de beaux compliments”, se félicite Trân Thi Liên, 39 ans, une cliente du bourg de Chu Ty, dans le district de Duc Co. “Les gens sont surpris d’apprendre qu’une femme handicapée a fabriqué de tels paniers et sont reconnaissants. Dès que j’en aurai l’occasion, je continuerai à les acheter et à les promouvoir auprès d’amis vivant ailleurs pour aider Vo à gagner plus d’argent”, affirme-t-elle.

Huong Linh/CVN

back to top