Passer d’une production agricole à une économie agricole

Le Premier ministre Pham Minh Chinh a récemment demandé aux provinces des hauts plateaux du Centre de se focaliser sur le développement de l’agriculture afin d’en faire l’un des secteurs économiques clés de la région.

>>L’histoire du café se dévoile dans un musée à Dak Lak

>>Le Tây Nguyên récolte les fruits de ses efforts

>>Le tourisme culturel, un outil de développement durable

Rizières à Chu Pah, dans la province de Gia Lai (hauts plateaux du Centre).
Photo : VNA/CVN

Doté de plus de 5 millions d’hectares de terres agricoles dont 1,3 million de sol basaltique, particulièrement propice au développement des plantes industrielles, le Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre) constitue le plus grand centre de production et de commercialisation des produits agricoles du pays.

C’est grâce aux ressources foncières et conditions pédoclimatiques que l’agriculture s’y développe en continu. Les provinces de la région mettent à profit leurs terres pour cultiver des plantes ayant une longue durée de vie et un rendement important tels que caféiers, poivriers, théiers et durians, notamment.

En outre, il s’agit d’une région spécialisée dans la culture des fruits et légumes, avec une superficie représentant 20% du total national. En 2021, malgré les difficultés dues au COVID-19, la croissance agricole locale a atteint 5,8% en glissement annuel et représenté près de 12,8% de la valeur totale de l’agriculture nationale.

Selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, en 2021, le secteur agricole du Tây Nguyên a enregistré un succès significatif avec un chiffre d’affaires estimé à environ un milliard d’USD en termes de commercialisation dans le pays. Des produits agricoles comme le café et le poivre pénètrent grandement des marchés étrangers exigeants, notamment le Japon et l’Europe.

La richesse naturelle des hauts plateaux du Centre prouve que cette terre possède un grand potentiel pour le développement de l’agriculture. Pour réaliser cela, il est nécessaire de mettre en place certaines mesures, notamment pour faire de ce secteur le levier stimulant l’économie régionale, a ainsi déclaré le Premier ministre Pham Minh Chinh lors de la Conférence sur le développement du Tây Nguyên d’ici 2030, vision 2045, tenue le 1er juillet à Dak Lak.

Considérée comme le cœur des hauts plateaux du Centre, Dak Lak développe rapidement son agriculture de haute qualité, particulièrement la culture bio liée au tourisme. Elle met en place une agriculture high-tech en utilisant des technologies avancées, en connectant la culture, la transformation et la consommation pour devenir une chaîne fermée capable de proposer des produits haut de gamme.

"Dak Lak concrétise ses potentialités et orientations en vue de développer une agriculture multifonctionnelle d’ici 2030, vision 2050", a déclaré Nguyên Tuân Hà, vice-président permanent du Comité populaire provincial.

Dans la province de Lâm Dông, la 4e révolution industrielle a changé la production agricole des paysans. À présent, cette localité compte 68.000 ha où l’on applique des technologies avancées. Elle a établi sept zones de production high-tech, générant un chiffre d’affaires de 400 millions de dôngs/ha/an.

Agriculture intelligente, choix futur

Malgré ses ressources naturelles, le Tây Nguyên est tout de même confronté à de nombreuses difficultés comme la sécheresse, les épiphyties, l’augmentation des prix des matières premières utilisées dans l’agriculture à cause du COVID-19, ou encore au manque de systèmes de récolte et de transformation modernes.

Un potager sous serre à Dà Lat, chef-lieu de la province de Lâm Dông.
Photo : VNA/CVN

Le Premier ministre Pham Minh Chinh a insisté sur le fait que le développement des hauts plateaux du Centre n’était pas encore au niveau des potentiels de la région. Le chef du gouvernement a donc demandé aux localités de se pencher sur la sylviculture et l’agriculture high-tech. Il faut que l’agriculture, avec des produits et services qualifiés et de haute valeur, contribue à la croissance de l’économie. "Il importe que les provinces du Tây Nguyên mettent en place des technologies avancées pour créer une agriculture verte résistante aux aléas climatiques, contribuant à la protection de l’environnement", a-t-il souligné.

En particulier, l’investissement dans des machines et la formation des jeunes agriculteurs sont des mesures importantes. Pour que les produits agricoles des hauts plateaux du Centre soient largement présents sur les marchés, il est nécessaire de former des paysans maîtrisant les nouvelles technologies pour fabriquer des produits de qualités capables de répondre aux exigences des partenaires tant vietnamiens qu’étrangers.

La culture des fruits et légumes joue un rôle majeur dans l’agriculture du Tây Nguyên. Cependant, celui-ci ne dispose que de huit usines de transformation des matières premières dont une seule possède une chaîne de production de haute qualité, ce qui reste bien insuffisant pour la région.

Selon Johan Van Den Ban, Pdg du groupe hollandais De Heus Vietnam, spécialisé dans l’agriculture, à l’avenir, ce dernier coopérera avec des localités afin de réaliser des projets d’agriculture high-tech et développer l’élevage du bétail.

Perfectionner la logistique, réduire les coûts de production et construire des usines d’envergure constituent les objectifs à atteindre pour l’agriculture du Tây Nguyên. Cela permettra aux paysans de changer leurs habitudes de production ainsi que de mettre en place une économie agricole de grande valeur.

Huy Quang - My Anh/CVN