Le Tây Nguyên récolte les fruits de ses efforts

Le Tây Nguyên - hauts plateaux du Centre - étant une région stratégique du pays, son développement rapide et durable est de la responsabilité de l’ensemble du système politique, national comme local.

Dans un verger de ramboutans, à Dak Lak (hauts plateaux du Centre).
Photo : VNA/CVN

Une conférence destinée à faire le bilan de la mise en œuvre des politiques du Politburo du Parti communiste du Vietnam sur le développement socio-économique ainsi que sur le maintien de la défense et de la sécurité des hauts plateaux du Centre (Tây Nguyên) s’est tenue début juillet dans la province de Dak Lak. De grandes orientations ont été dégagées pour développer la région de manière rapide et durable.

Le Premier ministre Pham Minh Chinh a salué les réalisations du Tây Nguyên après 20 ans de mise en œuvre de la Résolution N°10 et 10 ans d’application de la Conclusion N°12 du Politburo sur l’essor de la région.

Selon lui, celle-ci a obtenu ces deux dernières décennies des résultats positifs. Son envergure économique a été étendue pour atteindre environ 287.000 milliards de dôngs (environ 12,3 milliards d’USD) en 2020, soit 14 fois le chiffre de 2002. En même temps, le produit intérieur brut régional (PIBR) a augmenté de 7,98% en moyenne, soit la plus forte hausse parmi les six différentes régions du pays.

Quatre piliers

Le secteur agricole a connu un développement substantiel, avec une vaste zone de production. De nombreux produits représentent une part importante des exportations du pays, tels que le café, le caoutchouc, le poivre et les fruits.

La structure économique régionale évolue également pour développer rapidement les industries et les services.

La vie culturelle, la lutte contre la pauvreté et la gestion de l’État en matière de protection de l’environnement ont connu un net progrès. La gestion et l’utilisation des forêts et des ressources naturelles ont été identifiées comme un facteur important pour améliorer la qualité de vie des habitants locaux.

La défense et la sécurité sont toujours des priorités, l’accent étant mis sur la consolidation du Parti et des organisations sociopolitiques qui contribuent au grand bloc d’union nationale.

Cependant, des difficultés perdurent en termes de développement et d’équilibre des budgets. La réduction de la pauvreté reste un combat difficile à mener car il existe toujours un grand nombre de foyers pauvres ou en voie de paupérisation.

Le pourcentage de communes répondant aux normes de Nouvelle ruralité est demeuré très modeste, se classant 5e sur les six régions du pays. Les connexions régionales et interrégionales sont encore limitées, à cause d’un manque de stratégies à long terme, tandis que le réseau d’infrastructures n’est pas encore au niveau.

De multiples problèmes sont toujours présents dans les secteurs de la culture, de la santé et de l’éducation.

Le chef du gouvernement a estimé que les hauts plateaux du Centre n’atteignaient pas leur plein potentiel en raison de politiques limitées et de l’insuffisance des investissements pour régler tous les problèmes que rencontre la région. "La construction et le développement du Tây Nguyên doivent combiner harmonieusement et raisonnablement quatre piliers : l’économie, la société, l’environnement, ainsi que la défense et la sécurité", a-t-il souligné.

Économie agricole

Le café, "l’or noir" du Tây Nguyên.

Le Premier ministre a rappelé que si dans le passé, les hauts plateaux du Centre avaient besoin de "la stabilité pour le développement", aujourd’hui, la priorité est le développement pour garantir la stabilité, la défense et la sécurité, les affaires étrangères et la souplesse d’adaptation à toutes les évolutions.

Il a exhorté la région à se concentrer sur l’essor d’une économie verte, circulaire et riche en identité culturelle, le changement de mentalité pour s’orienter vers l’économie agricole au lieu de la simple production agricole. Il s’agit aussi de développer les infrastructures touristiques, de préserver les écosystèmes, de garantir la sécurité de l’eau, la stabilité et l’ordre social, et enfin d’améliorer notablement la qualité de vie des habitants.

Concernant le plan de développement du Tây Nguyên pour la période 2021-2030, avec vision à l’horizon 2050, Pham Minh Chinh a mis l’accent sur la modernisation du réseau d’infrastructures, la finalisation de la transformation numérique et l’unité entre tous les échelons de gestion de la région.

Les ressources doivent être concentrées pour exploiter pleinement les potentiels de développement et d’application des technologies dans tous les secteurs. Que ce soit la production agricole, les énergies propres et renouvelables, le tourisme, la protection de l’environnement et l’adaptation au changement climatique. Les biens fonciers doivent être valorisés pour devenir une importante force interne au service du progrès socio-économique.

Le chef du gouvernement a également demandé que d’autres suggestions soient faites pour compléter le rapport et proposer une nouvelle résolution du politburo sur le développement des hauts plateaux du Centre d’ici 2030.


Atouts de développement

Le Tây Nguyên comprend cinq provinces : Dak Lak, Dak Nông, Gia Lai, Kon Tum et Lâm Dông. C’est l’une des trois régions stratégiques pour la sécurité nationale et l’un des six pôles économiques clés du pays.
Avec 53 ethnies, dont 52 minoritaires (parmi les 53 ethnies minoritaires du pays), la région compte le plus grand nombre de groupes ethniques au Vietnam, représentant plus de deux millions de personnes, soit plus de 37% de sa population.
Elle possède de nombreux atouts naturels, notamment 3,2 millions d’hectares de forêts (représentant 21% des forêts du pays) et des millions d’hectares de sols de basalte rouge et rouge-jaune. Outre l’énorme potentiel de production d’électricité, elle est riche en minéraux, étant un centre de production de la bauxite.
Le Tây Nguyên a des écosystèmes diversifiés et un climat tempéré. Il est un important producteur de caoutchouc, de café, de poivre, de thé et de noix de cajou. On y trouve plusieurs plantes médicinales précieuses comme le ginseng de Ngoc Linh (Panax vietnamensis).

Thuy Hà/CVN