10/10/2020 08:40
Né dans le Vieux quartier de Hanoï où il a passé toute son enfance, l’artiste peintre Nguyên Thê Son a pu observer les changements rapides de la capitale. Il s’inspire de cette terre riche en histoire et en culture pour ses créations artistiques.
>>Les espaces créatifs, le rendez-vous des Hanoïens passionnés d’art
>>Hanoï, la fièvre créatrice
>>Le VCCA, un grand centre d’art contemporain à Hanoï

L’artiste peintre Nguyên Thê Son devant son œuvre en relief sur les vieux bâtiments de Hanoï.
Photo : NVCC/CVN

Un après-midi de fin d’été, Nguyên Thê Son se rend sur les rives du fleuve Rouge, dans l’arrondissement de Hoàn Kiêm, au coeur de Hanoï. Conservateur d’un projet d’art communautaire dans le quartier de Phuc Tân, il observe les œuvres pour lesquelles les autres artistes et lui-même se sont investis, tant dans la recherche du concept que des matériaux adéquats. Parfois, il sourit aux enfants, s’entretient avec les personnes âgées ou bavarde avec les jeunes qui font de la gym à côté d’une des sculptures.

Pour Nguyên Thê Son, le projet d’art communautaire de Phuc Tân a été un véritable défi : comment transformer cette petite rue encombrée de déchets située au bord du fleuve Rouge en espace artistique en plein air ? Tous les artistes du collectif ont pris en compte les facteurs historiques, culturels, sociaux et environnementaux de ce terrain et ont invité les habitants du quartier à faire entendre leur voix et leurs idées. Et le résultat est un succès : le projet a profondément changé la physionomie de la rue avec un espace artistique inauguré en février 2020, comprenant 16 œuvres d’artistes peintres vietnamiens et étrangers.

"Ancien port commercial animé de la capitale Thang Long (Hanoï aujourd’hui), le quartier de Phuc Tân a grandement contribué à la prospérité de la ville. Pourtant, au fil du temps, il a dû faire face à de nombreux problèmes environnementaux et notamment aux ordures qui y étaient omniprésentes. Nous avons donc décidé de recycler les déchets", explique-t-il.

L’inspiration de Nguyên Thê Son pour Hanoï et l’énergie qu’il met dans ses projets ne tarissent jamais. Peu après le projet d’envergure du quartier de Phuc Tân, l’artiste assume le rôle de conservateur pour l’exposition "Tubes respiratoires" qui décrit la vie citadine, dans la capitale vietnamienne. Il a réalisé cinq sculptures représentant des maisons tubes dont les façades donnent sur la rue et sont étouffées par des panneaux publicitaires gigantesques. Cette image, on la retrouve partout à Hanoï.

Au pied des bâtisses, les vendeurs ambulants cherchent péniblement à gagner leur vie et les motos s’entremêlent dans un rythme haletant. Ces oeuvres  révèlent les préoccupations de l’artistent face à la physionomie de Hanoï et sa fulgurante urbanisation ces dernières décennies. Suite à l’obtention de son diplôme à l’Université de langues étrangères de Hanoï, aujourd’hui rebaptisée Université de Hanoï, Nguyên Thê Son poursuit son cursus à l’Université des beaux-arts du Vietnam où il deviendra enseignant. En 2008, il s’inscrit à une formation postuniversitaire à l’Académie centrale des beaux-arts de Chine.

Un amour infini pour Hanoï

Nguyên Thê Son nourrit un amour constant pour Hanoï dont chaque ruelle et chaque arbre est source d’une inspiration inépuisable. La capitale bourdonnante a été sujet de plusieurs exposi-tions personnelles de l’artiste polyvalent : "Maisons sur rue", "Transformation des maisons à l’architecture occidentale", "Hanoï, un musée vivant", "Les rues dans les œuvres du peintre Bùi Xuân Phai", "8 m²". Il est également co-auteur des expositions  "Hanoï - chef-lieu d’avenir", "Hanoï nocturne" ou encore "Hanoï - ville des beaux-arts"...

L’artiste observe une structure du projet du quartier de Phuc Tân dont il a été le conservateur.
Photo : Vân Anh/CVN

"Hanoï d’aujourd’hui n’est plus la ville gravée dans la mémoire de mon grand-père et de mon père", raconte l’artiste qui trouve que certaines valeurs culturelles et humaines se sont perdues sur le chemin de la modernité. À travers ses projets artistiques, il souhaite faire le lien entre Hanoï d’antan et la capitale modernisée. En contemplant ses œuvres, les amateurs d’art se posent les mêmes questions que l’artiste : Quel est notre rôle dans ces changements ? Comment souhaitons-nous que Hanoï évolue à l’avenir ? Quelle est l’importance de la mémoire et des souvenirs de la capitale ?

Pour chaque projet, Nguyên Thê Son cherche à exploiter de nouveaux thèmes dans un langage créatif, avec une approche révolutionnaire. Il transmet ses réflexions par le biais de divers matériaux : vidéos artistiques, installations, laque, peinture sur soie…

L’artiste ambitieux déploie d’innombrables efforts, étudie les documents historiques, réalise plusieurs visites sur le terrain et mène même ses propres enquêtes sociologiques pour étudier la question qui l’obsède et qu’il transformera en art. Il se lance à corps perdu dans chacun de ses projets sans jamais s’éloigner de sa vocation première, celle d’offrir au monde une vision plus profonde de Hanoï. 
Vân Anh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Dà Nang, Quang Nam et Thua Thiên-Huê s'associent pour le touristique Le Service du tourisme de la ville de Dà Nang a collaboré avec les Départements du tourisme, les Associations du tourisme et les entreprises des provinces de Quang Nam et de Thua Thiên-Huê pour lancer mercredi 25 novembre le programme de relance touristique "Trois localités - Une destination avec de nombreuses expériences".