Des personnalités nées sous le signe du Chat

Politicienne, homme d’affaires, artiste et informaticien, ces personnalités publiques partagent un point commun : toutes sont nées sous le signe du Chat. Voici leurs profils.

>> Nés sous le signe du Buffle

>> Des personnalités nées sous le signe du Tigre

>> Des volleyeuses nées sous le signe du Tigre

L’ancienne vice-présidente de la République, Nguyên Thi Binh

Nguyên Thi Binh est née en 1927 sous le nom de Nguyên Châu Sa dans la province de Sa Déc (actuellement province de Dông Thap), dans le delta du Mékong. Elle a étudié au lycée français Sisowath à Phnom Penh, mais a renoncé à passer le baccalauréat pour participer à la résistance contre la colonisation française.

Dès l’âge de 17 ans, elle a participé à des mouvements étudiants et intellectuels pour promouvoir la paix. En 1947, elle a été admise au Parti communiste indochinois (aujourd’hui Parti communiste du Vietnam).

Elle fut choisie en 1968 pour prendre la tête de la délégation du gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud-Vietnam (GRP) à la conférence de Paris. Elle était alors la seule femme à la table des négociations entre les quatre parties, comprenant les États-Unis, la République du Vietnam, la République démocratique du Vietnam et le GRP. La conférence de Paris, qui dura pas moins de cinq ans, est considérée comme l’une des négociations les plus longues de l’histoire. Nguyên Thi Binh fut la seule femme pendant toute la durée des négociations.

Mme Binh a été nommée par le Parti et l’État à de nombreux postes importants : vice-présidente de l’Union des femmes pour la libération du Sud-Vietnam (1960) ; ministre des Affaires étrangères du gouvernement révolutionnaire provisoire

de la République du Sud-Vietnam (1969-1975), cheffe de la délégation de négociation du gouvernement révolutionnaire provisoire à la conférence de Paris sur le Vietnam (1969-1973) ; ministre de l’Éducation (1976-1987) ; vice-présidente du Vietnam (1992-2002).

Elle a reçu, en octobre 2021, l’Insigne des “75 ans de membre du Parti”.

Le Pdg d’Intracom, Nguyên Thanh Viêt

Né en 1963 dans le district de Huong Son, province de Hà Tinh (Centre), l’entrepreneur Nguyên Thanh Viêt est bien connu dans les médias en tant que “requin” dans l’émission de télé-réalité “Shark Tank - Accord commercial de milliards de dôngs”. Shark Viêt, comme il est surnommé, est actuellement président du conseil d’administration et directeur d’Intracom. Ce groupe est spécialisé dans les secteurs de la construction, de l’immobilier, de l’hydroélectricité, des services de santé...

En 1985, après avoir obtenu son diplôme de l’Université Thuy Loi à Hanoï, il a travaillé à la compagnie Sông Dà et a participé à la construction de la centrale hydroélectricité de Hoà Binh (Nord). Pour lui, ce fut une période difficile mais il en a tiré de précieuses expériences.

Avant de lancer sa start-up à l’âge de 40 ans, Shark Viêt a travaillé pendant 16 ans dans la compagnie Sông Dà, occupant de nombreux postes importants tels que directeur adjoint et directeur.

En 2001, avec un ami, il a fondé la Compagnie d’investissement et de développement de logements de Hanoï (Handico). Un an après, ils ont décidé de se séparer et Shark Viêt a créé sa propre société - Intracom, financée à 100% par des fonds publics.

Après avoir été convertie en société privée en 2006, Intracom a injecté d’importants capitaux dans de grands projets dans les domaines de l’énergie, de la construction - immobilier et de la santé.

Son complexe médical de Phuong Dông en est un bon exemple. Il s’agit d’un modèle hospitalier - hôtel 5 étoiles avec des services aux normes internationales.

Le 12 juillet dernier, la Sarl de complexe médical Phuong Dông a officiellement mis en chantier la maison de retraite Phuong Dông Asahi à Cô Nhuê, dans l’arrondissement de Bac Tu Liêm (Hanoï).

L’énergie renouvelable constitue aussi une des priorités d’Intracom avec une série de grands projets : centrales hydrauliques de Ta Loi 1, 2 et 3, de Po Hô, de Nâm Pung dans la province de Lào Cai (Nord), etc.

La chanteuse My Linh

My Linh, dont le nom complet est Dô My Linh, est née en 1975 à Hanoï. Elle est compositrice-interprète, membre du jury de nombreux programmes télévisés et profes-seure de chant.

Elle a obtenu beaucoup de succès dans le domaine de la musique. C’est une star qui a reçu l’amour du public vietnamien ces trois dernières décennies.

My Linh est l’une des artistes V-pop les plus écoutés de sa génération, avec plus de 2 millions de CD vendus dans tout le pays.

En 2014, elle a été nominée par les World Music Awards dans trois catégories “Meilleure artiste féminine”, “Meilleur chanteur live” et “Artiste de l’année”. Toujours en 2014, elle et le groupe Anh Em (Frères) ont créé The Rock & Pop Academy - Hanoï dans le but de stimuler l’amour de la musique chez les adolescents avec les matières suivantes : chant, instruments nationaux et étrangers, musique ethnique, composition musicale et musique infantine.

My Linh a également reçu quatre Prix Công hiên (Contribution), organisé par le journal Thê thao & Van hoa (Sports & Culture) relevant de l’Agence Vietnamienne d’Information.

Au cours de sa carrière, My Linh a sorti 15 albums studio. Parmi lesquels, Toc ngan (Cheveux courts), sorti en 1998, qui fut le premier album produit

en collaboration avec le groupe de musique Anh Em. Cet album est devenu un grand succès sur le marché national. Ses chansons, dans un style moderne, séduisent les mélomanes.

En 2003, elle est devenue la première chanteuse vietnamienne à recevoir des offres de deux sociétés de divertissement américaines, Blue Tiger et Maximus Studios.

L’informaticien Nguyên Tu Quang

Né en 1975 dans la province septentrionale de Ninh Binh, Nguyên Tu Quang est le Pdg du groupe de technologie BKAV, regroupant les meilleurs spécialistes du pays dans le domaine de la cybersécurité. Avant, il fut enseignant de l’Institut des technologies de l’information relevant de l’Université des sciences et technologies de Hanoï (ex-École polytechnique de Hanoï).

M. Quang a étudié les mathématiques au lycée d’élite de l’École normale supérieure de Hanoï, puis est devenu étudiant à la Faculté des technologies de l’information de l’Université des sciences et technologies de Hanoï.

En 1995, Nguyên Tu Quang a commencé à mettre en place des programmes antivirus, baptisés BKAV, alors qu’il était étudiant en 3e année et les a fournis gratuitement (jusqu’en 2005) à la communauté des réseaux.

En 1997, après avoir obtenu son diplôme, il est devenu enseignant de ladite Faculté, continuant à étudier BKAV et d’autres programmes. En juillet de la même année, Quang a annoncé la finalisation du premier logiciel antivirus en ligne du Vietnam, avec le nom AV-ONLINE. Quatre mois après, il a créé un logiciel prenant en charge la censure de l’information sur Internet pour FPT - l’un des trois plus grands opérateurs internet du Vietnam.

En décembre 2001, il est devenu le fondateur-directeur du Centre de logiciel et de solutions de cybersécurité (BKIS), placé sous les auspices de l’Université des sciences et technologies de Hanoï, avec neuf autres membres.

Le magazine EChip lui a été remis, en 2003, le titre de “Chevalier de technologies de l’information”.

En mai 2015, le groupe BKAV a présenté Bphone, le premier smartphone conçu et fabriqué au Vietnam.

Hoàng Phuong/CVN

back to top