Des invalides de guerre aussi vaillants en temps de paix

Démobilisés avec des blessures qui les meurtrissent encore, ces blessés de guerre gardent toujours leurs vertus de combattant : ils ne reculent jamais devant les difficultés. Dans la vie quotidienne, ils participent au développement de l’économie familiale et aux activités communautaires.

>>Légende des Mères Héroïnes

>>Reconnaissance éternelle envers nos Héros

>>À la recherche des restes des soldats vietnamiens tombés au Laos

M. Son à côté de sa Jeep destinée à transporter les restes de soldats morts au champ d’honneur à Thai Binh (Nord).

Après la démobilisation, Pham Ngoc Son a été classé invalide au 1er degré, le niveau le plus grave sur la grille des 4 degrés du Vietnam. Il a perdu 81% de sa capacité de travail. Mais, sans jamais céder au désespoir, il a surmonté toutes les difficultés de la vie pour devenir aujourd’hui le patron de la Sarl de services de transport 27 Juillet, basée dans le district de Dông Hung, province de Thai Binh (Nord). Son entreprise jouit d’une certaine réputation dans la région car elle permet à des centaines de travailleurs d’avoir des revenus stables.

Emplois pour les vétérans

Dans un pur style d’ancien combattant, M. Son, 72 ans, raconte ses années de combat contre les Américains. "En 1972, j’ai rejoint l’armée pour être mobilisé au Sud. J’ai été grièvement blessé lors d’une campagne militaire de 81 jours dans la province de Quang Tri (Centre). Démobilisé en 1986, je suis revenu sur ma terre natale et j’ai fondé en 1996 une coopérative de conducteurs de camions, ultérieurement rebaptisée Sarl de services de transport 27 Juillet".

Actuellement, forte d’une soixantaine de camions de toutes sortes, son entreprise emploie plus de 100 employés, la plupart des vétérans ou leurs enfants, chacun payé entre 8 et 16 millions de dôngs par mois.

M. Son a également à cœur de participer à des activités philanthropiques. Entre 2015 et 2021, il a fait un don de plusieurs centaines de millions de dôngs pour construire des "maisons du cœur" et offrir des cadeaux aux familles d’anciens combattants ou aux pauvres de son district.

L’invalide de guerre s’intéresse particulièrement aux activités de recherche des restes des soldats originaires de Thai Binh portés disparus sur les champs de bataille. Avec sa propre Jeep, il a aidé les familles de sept martyrs à ramener leurs restes pour qu’ils soient inhumés sur leur terre natale.

Titulaire de nombreuses médailles et distinctions décernées par l’État, le vétéran confie qu’il continue de mettre en valeur ses vertus et son courage d’ancien combattant au service du développement socio-économique de sa localité.

Au chevet des femmes

L’invalide de guerre Lê Van Dung, 64 ans, domicilié dans la commune de Hà Dông, district de Hà Trung, province de Thanh Hoa (Centre), souffre d’une détérioration de sa santé en raison d’une grave blessure pendant ses années au sein de la troupe de soldats volontaires vietnamiens mobilisés au Cambodge. Mais tout comme M. Son, il ne veut pas se laisser aller au désespoir. Ces 40 dernières années, il a participé activement au développement

de l’économie familiale

M. Dung dans son usine.

Doué pour le commerce, il a aidé de nombreuses femmes de sa région à trouver un travail à temps partiel afin d’augmenter leurs revenus pendant la période creuse des travaux champêtres.

En 2016, soutenue par sa famille, M. Dung a créé la Sarl de confection de sacs destinés à l’exportation Hà Liên, d’un capital de 3 milliards de dôngs. La compagnie, qui privilégie l’utilisation de matières premières respectueuses de l’environnement, emploie des centaines de travailleurs.

"De nombreuses paysannes de ma commune veulent trouver un travail supplémentaire lorsqu’elles sont libérées périodiquement des travaux champêtres. Mais du fait qu’elles ont de très jeunes enfants, elles ne peuvent pas partir loin. Lorsque j’ai créé cette entreprise, beaucoup sont venues me demander d’y travailler car elles la trouvent convenable".

Avec au début 45 machines à coudre et 40 ouvrières, l’entreprise compte maintenant plus de 100 travailleuses, payées mensuellement 5-6 millions de dôngs/personne.

Non seulement dynamique dans le commerce, cet invalide de guerre a lui-même contribué aux activités communautaires de sa localité. Malgré son âge et sa santé affaiblie, il reste toujours enthousiaste et passionné par ce travail. D’après lui, l’énergie et le courage du combattant qu’il garde encore en lui l’aident à surmonter toutes les difficultés et à devenir un invalide de guerre exemplaire, que ce soit dans les affaires ou pour aider au développement de sa terre natale.

Culture de l’hévéa

Hoàng Van Thàm, 63 ans, domicilié dans le quartier de Tiên Thành, ville de Dông Xoài, province de Binh Phuoc (Sud), souffre du 4e degré d’invalidité et a perdu 36% de sa capacité de travail. M. Thàm raconte qu’en 1977, il a rejoint une division d’artillerie qui défendait la frontière du Nord. Durant le combat du 17 février 1979, il a été grièvement blessé et, après plus de sept mois de soins, il a été démobilisé.

Revenu dans sa terre natale de Cao Bang (Nord), il pratique l’agriculture pendant cinq ans. N’étant pas content de la situation économique de sa famille, il a décidé de s’installer dans le Sud dans le cadre du mouvement "Construction de nouvelles zones économiques", une politique du gouvernement vietnamien mise en œuvre entre 1961 et 1988 visant à réorganiser et redistribuer la main-d’œuvre et la population.

M. Thàm en train de recueillir le latex.

Arrivé à Binh Phuoc, M. Thàm a décidé d’investir dans la culture de l’hévéa. Maintenant, il possède plus de 1,2 ha d’hévéa en âge d’être exploité et est devenu un exemple pour le développement de l’économie familiale dans sa région. Tous les jours, il se lève tôt pour aller recueillir le latex.

L’ancien combattant est également admiré par ses voisins pour les succès scolaires de ses enfants. Ses quatre filles et son fils, tous diplômés de l’université, ont un emploi stable et sont indépendants dans la vie.

Le vétéran participe avec enthousiasme aux activités communes de son quartier résidentiel. Il a offert plus de 2.000 m2 de terrain afin de construire une route publique. Fidèle à l’idéologie, la moralité et le style du Président Hô Chi Minh, il est un acteur dynamique du mouvement "Les anciens combattants s’entraident pour sortir de la pauvreté et faire fortune".

"Dans le quartier de Tiên Thành, M. Thàm est un brillant exemple de volonté de fer pour surmonter les difficultés afin de sortir de la pauvreté et développer l’économie familiale. Il a donné un bel exemple aux jeunes générations pour s’engager dans les activités communautaires", estime Lê Thanh Hoàn, président du Comité populaire du quartier.

Grâce à ses contributions à la société durant de nombreuses années, M. Thàm a reçu des satisfecit de la part des autorités locales. Il a notamment été élu par la province de Binh Phuoc comme l’un des "Invalides de guerre exemplaires ayant réussi à sortir de la pauvreté et faire fortune" durant la période 2015-2020.

Linh Thao/CVN