Dans le jardin secret d’un collectionneur à Huê

Nguyên Huu Hoàng, 48 ans, habitant de la ville de Huê, dans la province de Thua Thiên-Huê (Centre), est célèbre pour son immense collection d’antiquités, en particulier des vêtements royaux des Nguyên (1802-1945), la dernière dynastie féodale du Vietnam.

>>Dinh Công Tuong, maître antiquaire

>>Collectionneur d’objets des ethnies minoritaires et fier de l’être

>>Huê abrite l’heureux possesseur d’un manteau impérial de la dynastie des Nguyên

L’espace antique au cœur de la ville de Huê de Nguyên Huu Hoàng.

Dès sa jeunesse, Nguyên Huu Hoàng a développé un goût prononcé pour les antiquités. Sa maison au N°10 de la rue Nguyên Sinh Cung dans l’ancienne capitale de Huê regorge de milliers d’objets qui sont le fruit de ses 30 ans de recherche d’objets anciens.

Sa passion a éclos vers l’âge de 15 ou 16 ans. "Ma compréhension des antiquités était limitée à cette époque-là. Je les aimais tout simplement beaucoup", a-t-il rappelé.

Deux à trois ans après avoir fini ses études au lycée, il a travaillé comme mosaïste jusqu’à ce qu’il ait une stabilité financière. Avec l’argent gagné, il dépense alors sans compter pour se procurer des objets anciens.

Son amour pour eux est devenu si grand qu’à l’âge de 20 ans, il a décidé de quitter sa famille (dans le district de Phu Vang, province de Thua Thiên-Huê), pour aller vivre à Dông Hà dans la province de Quang Tri (Centre). Il prenait son vélo pour aller à la chasse aux antiquités dans les districts de Huong Hoa, Gio Linh, Cam Lô... Après chaque voyage, il revenait le sac plein d’objets anciens.

"J’achète puis je remets en vente certains objets pour ensuite réinvestir. Je garde bien sûr la majorité d’entre eux, a-t-il partagé. Le type d’antiquité peut varier selon la région. À cette période-là, il existait des objets magnifiques (tels les récompenses offertes par le roi ou les tenues de mandarins, ndlr) dans de nombreux villages, en particulier là où il y avait des mandarins travaillant dans la Cour".

Hoàng n’est pas en mesure d’acheter tout le temps les pièces qu’il voudrait, mais ses voyages contribuent à élargir ses horizons et connaissances.

Les voyages les plus inoubliables

Errant dans des zones montagneuses frontalières de Quang Tri telles que Khe Sanh, Lao Bao et même de l’autre côté de la frontière avec le Laos, le collecteur a trouvé un grand nombre d’objets qu’il n’aurait jamais imaginé voir, dont de très rares tenues de la Cour telles que des robes de rois et de mandarins.

"Cette tenue royale est associée à la fuite du roi Hàm Nghi (1871-1943) et de son entourage. Il n’y a toujours aucune preuve tangible qu’elle ait appartenue spécifiquement au roi, donc je ne peux pas l’affirmer avec certitude", a-t-il expliqué.

Cette pièce précieuse a été achetée à un patriarche de 92 ans du village de Ka Tuc, bourg de Lao Bao du district de Huong Hoa. "Le patriarche a partagé que ces artefacts avaient été achetés à la génération précédente dans le village de Cua dans le district de Cam Lô, province de Quang Tri. Cette information est cohérente avec l’événement selon lequel le roi Hàm Nghi stationna pour la première fois à Tân So et dut battre en retraite lorsqu’il fut découvert. Cela dit, le roi et les mandarins ne devaient porter que des vêtements civils pour ne pas attirer l’attention", a poursuivi Hoàng.

Pour acheter ce costume inestimable, il a dû demander l’aide des anciens du village pour persuader son propriétaire. Son voyage au Laos pour acheter un manteau d’un général d’arts martiaux de la dynastie des Nguyên fut parmi les plus inoubliables de sa vie de collectionneur.

Nguyên Huu Hoàng classe des tenues royales.

C’était en 2006. Il avait apporté 40 millions de dôngs (environ 2.000 USD) et remonta la rivière Sê Pôn jusqu’au Laos. Le propriétaire de ce costume n’avait malheureusement pas l’intention de le vendre. Des années passent et jamais il ne perdit espoir. Il revint plusieurs fois pour persuader son propriétaire. La prédestination que Hoàng croit avoir avec les objectifs anciens ne l’a finalement pas laissé tomber.

Après cet achat réussi, l’euphorie le tint éveillé toute la nuit. Attendre près d’une décennie avant de posséder un objet n’est pas rare pour lui. Jusqu’à maintenant, il est le premier à avoir pu collecter autant de tenues originales et précieuses. Sa collection des costumes royaux regroupe une centaine de pièces.

Ne les gardant pas tous pour lui, Nguyên Huu Hoàng en a également offertes 41 au musée de Hô Chi Minh-Ville pour qu’elles puissent être conservées et que le public ait l’occasion de les voir.

La passion coule dans ses veines

Tenues de la Cour.

Nguyên Huu Hoàng n’est pas seulement populaire dans le monde des collectionneurs de costumes royaux, il est aussi célèbre pour ses milliers d’objets anciens de toutes sortes. Quiconque a la possibilité d’entrer dans l’espace situé dans sa maison, sera certainement subjugué par la profusion d’objets anciens. Cette passion coule dans ses veines depuis plus de 30 ans. "Je collectionne tous ces objets depuis que j’ai 18 ans. Cette passion m’a jamais quitté ".

Généreux, joyeux et accessible, le collectionneur est apprécié de beaucoup de personnes. Ainsi, il a parfois reçu sans s’y attendre des objets anciens, uniques et rares. "Ce n’est pas une question d’argent quand il s’agit d’acheter tout ce que vous voulez. En plus de prendre le temps de chercher, il faut y être destiné", a-t-il déclaré.

Dans son espace d’exposition, il y a actuellement des milliers d’objets antiques dont certains tels que porcelaines, poteries, objets en bois, etc., datant de milliers d’années. C’est aussi un lieu où se rendent fréquemment des collectionneurs, des passionnés et des visiteurs, pour échanger et discuter avec le propriétaire.

Ces dernières années, de nombreux objets de valeur de Hoàng ont été exposés à travers le pays. Il a également fait des dons à des musées.

Texte et photos : Thuy Hà/CVN


Le roi patriote Hàm Nghi

Hàm Nghi (1871-1943), de son vrai nom Nguyên Phuc Ung Lich, est né à Huê (province de Thua Thiên-Huê). Il est le 8e souverain de la dynastie des Nguyên. Hàm Nghi est intronisé en 1884, à l’âge de 13 ans.
Outre Thành Thai et Duy Tân, Hàm Nghi est considéré comme un roi patriote de la période coloniale française. Après son soulèvement contre les autorités coloniales, Hàm Nghi se réfugie dans la citadelle de Tân So (aujourd’hui district de Cam Lô de la province de Quang Tri), d’où il lance en 1885 un appel à l’insurrection générale contre les Français. Le mouvement prend alors le nom de Cân Vuong. Il est capturé fin 1888 et envoyé en exil en Algérie. Le jeune roi débarque à Alger en janvier 1889. Il a alors 18 ans.