gt;>gt;Faire des affaires entre francophones " />
02/04/2022 06:58
La célébration officielle de la Journée internationale de la Francophonie et du 25e anniversaire du VIIe Sommet de Hanoï en 1997 a eu lieu le 25 mars dans la capitale vietnamienne, en présence de la secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo.

>>MECA : plusieurs accords de coopération signés
>>"Une forte impulsion" à la coopération économique francophone
>>Faire des affaires entre francophones

La secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, prononce son discours à Hanoï, le 25 mars. Photo : VNA/CVN

Chaque année, la cérémonie officielle de la Journée internationale de la Francophonie (20 mars) au Vietnam, organisée par son ministère des Affaires étrangères (AE), permet les retrouvailles des francophones et des francophiles dans le pays, qui partagent leur passion pour la langue française, mais aussi leur amour de la littérature, de l’éducation, des sciences, du droit et des affaires au sein de cette grande communauté.

Une double célébration

"Cette année, l’événement est d’autant plus particulier qu’il a lieu en présence de la secrétaire générale de la Francophonie, de nombreux ministres, représentants d’organisations internationales et hommes d’affaires francophones", a insisté le ministre vietnamien des AE, Bùi Thanh Son. De son côté, la secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, a déclaré : "C’est un grand plaisir d’être avec vous ce soir pour fêter la Journée internationale de la Francophonie et le 25e anniversaire du VIISommet de Hanoï, dans ce Centre de conférences internationales. Une double célébration qui nous permet de faire se confronter rétrospective et perspectives, en d’autres termes, de montrer comment le passé prépare l’avenir".

Le VIIe Sommet de Hanoï, un jalon

Il y a 25 ans, s’est tenu à Hanoï le VIIe Sommet de la Francophonie auquel participèrent 48 chefs d’États et de gouvernements membres. Le premier organisé en Asie-Pacifique. Il marqua un jalon de développement institutionnel important de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) avec l’adoption de sa Charte et l’élection de son premier secrétaire général. De plus, c’est lors de ce Sommet placé sous le thème "Renforcement de la coopération et de la solidarité francophones pour la paix et le développement socio-économique" que l’idée d’une francophonie économique commença à prendre forme pour devenir aujourd’hui l’un des piliers de la coopération francophone.

Pour le Vietnam, le VIIe Sommet de la Francophonie fut à l’époque le premier grand événement multilatéral accueilli par le pays pendant ses premières années de Đổi mới (Renouveau). Cette conférence importante lui a permis de concrétiser la stratégie du Parti et de l’État de faire du Vietnam un ami, un partenaire fiable et un membre actif et responsable de la communauté internationale, œuvrant pour la paix, l’indépendance nationale, la démocratie, la coopération au développement et le progrès social.

Un avenir brillant

"L’accueil du VIIe Sommet de la Francophonie a apporté au Vietnam de nombreuses expériences précieuses dont il a su se servir pour organiser avec succès d’autres sommets comme ceux de l’ASEAN, de l’ASEM et de l’APEC, entre autres. Cette grande réunion a non seulement créé un nouvel élan pour la coopération égalitaire et mutuellement bénéfique entre le Vietnam et les autres pays francophones, mais contribué aussi à la promotion des belles valeurs culturelles associées à la langue française et à son rayonnement au Vietnam", a souligné le ministre Bùi Thanh Son.

La célébration officielle de la Journée internationale de la Francophonie et du 25e anniversaire du VIIe Sommet de Hanoï en 1997, le 25 mars à Hanoï.
Photo : Tuân Ta/CVN

Depuis ce sommet, la Francophonie et le monde ont connu de profonds changements. Tout d’abord, la communauté francophone n’a cessé de s’élargir. Le nombre d’États et de gouvernements membres a presque doublé, passant de 48 à 88 aujourd’hui. Ensuite, le monde francophone compte actuellement 1,2 milliard d’habitants, représentant 16% du PIB mondial et 20% des échanges commerciaux mondiaux. Le français est devenu la 5e langue la plus parlée au monde et la 4e la plus utilisée sur Internet. Enfin, les activités de coopération sont de plus en plus diversifiées et efficaces.

Heureux de ce développement, le Vietnam a toute confiance en "La Francophonie de l’avenir", qui est le thème de cette année. Il a accueilli en effet du 21 au 26 mars la première Mission économique et commerciale de la Francophonie, accompagnée d’une centaine d’entrepreneurs et d’acteurs économiques internationaux, conduite par la secrétaire générale Louise Mushikiwabo. "Nous espérons voir de prochaines Missions économiques et commerciales de l’OIF venir au Vietnam et dans d’autres pays francophones en vue d’élargir et d’approfondir la coopération économique au service des intérêts des pays membres et de la prospérité commune de la Francophonie", a souhaité Bùi Thanh Son.

Jeunesse et Stratégie économique

Selon Louise Mushikiwabo, "l’avenir est entre les mains de notre jeunesse, de ces millions de jeunes, filles et garçons, hommes et femmes, qui représentent plus de 70% de la population de certains de nos pays. Aujourd’hui, cette jeunesse est notre force. Une force que notre Organisation doit rendre plus agissante, en répondant à ses aspirations légitimes, dont la première est celle de l’accès à l’emploi".

La Francophonie veut contribuer à cet objectif en renforçant la connexion entre les acteurs économiques francophones. "C’est là tout le sens de la première Mission économique et commerciale de la Francophonie que je conduis cette fois au Vietnam et que nous avons organisé en parfaite harmonie avec les autorités vietnamiennes", a souligné la secrétaire générale. Elle a salué par ailleurs l’accompagnement efficace que le Vietnam apporte à ses jeunes, notamment dans le domaine de l’entreprenariat.

"La francophonie économique est née au Sommet de Hanoï. Pendant longtemps, l’espace économique francophone n’est resté qu’un concept. Il a fallu attendre le Sommet de Dakar, en 2014, pour que la Francophonie se dote d’une véritable stratégie économique, tienne un Forum économique et agisse véritablement au niveau de la diplomatie économique. Pour mieux répondre aux défis de nos pays, j’ai souhaité renouveler notre action dans le domaine de la coopération économique qui s’est traduite par l’adoption fin 2020, à la Conférence ministérielle de la Francophonie, d’une nouvelle Stratégie économique pour la Francophonie (2020-2025)", a rappelé Mme Mushikiwabo.

Elle a souligné que le Vietnam, pays en pleine croissance, doté d’un énorme potentiel technologique, tenait une place importance dans la mise en œuvre de cette Stratégie économique. Cette première Mission économique et commerciale de la Francophonie au Vietnam et au Cambodge (MECA), qui comptait dans ses rangs une centaine d’acteurs économiques de 24 pays membres de l’OIF venus rencontrer quelque 400 entreprises vietnamiennes à Hô Chi Minh-Ville et Hanoï, était une des activités principales de cette stratégie.

"Le Vietnam est important pour la Francophonie"

À la tête de la MECA, avec comme première destination le Vietnam du 21 au 26 mars, Louise Mushikiwabo a été présente aux deux forums d’affaires organisés dans les deux plus grands pôles économiques du pays. Prenant la parole au Forum économique de haut niveau Vietnam - Francophonie à Hanoï, elle a déclaré qu’à travers la MECA, l’OIF entend apporter à ses États et gouvernements membres, dont le pays d’accueil en premier lieu, un fort et concret appui à la coopération pour une reprise économique francophone résiliente au sortir de la pandémie mondiale de COVID-19. "Notre apport est certes modeste mais il sera constant", a-t-elle dit. Sans oublier de remercier le Vietnam pour son engagement constant en faveur de la communauté francophone et notamment de la francophonie économique incarnée par la tenue de cette toute première Mission économique et commerciale en Asie du Sud Est.

Au Forum économique de haut niveau Vietnam - Francophonie, le 24 mars à Hanoï. Photo : Bùi Phuong/CVN

Selon Louise Mushikiwabo, le potentiel existe et il est loin d’être entièrement exploité. "C’est pourquoi nous avons ciblé, avec les autorités vietnamiennes, trois secteurs clés propices à la création de co-entreprises et de développement de chaînes de valeur : l’agro-industrie, les énergies renouvelables, les biens et services numériques", a-t-elle précisé. Les aspects logistiques et financiers sont également étroitement liés à l’expansion de ces trois secteurs d’activité.

"Il nous appartient de lever tous les obstacles à une opérationnalisation d’accords d’entreprises et à des investissements transfrontières au sein de l’espace francophone et entre le Vietnam et ses partenaires francophones. Nous pouvons aller encore au-delà des 20% des échanges commerciaux globaux que l’espace francophone représente aujourd’hui. Nous pouvons atteindre un niveau supérieur aux 16% du PIB mondial et dépasser largement la proportion des 15% que constituent nos investissements directs étrangers émis dans le monde", a-t-elle affimé. 

D’après elle, "le Vietnam est important pour la Francophonie". C’est un membre actif de l’organisation, un pays moteur en Asie-Pacifique, qui y compte le plus grand nombre de locuteurs francophones. "Je me félicite que la stratégie d’intégration internationale du Vietnam passe et se fasse avec la Francophonie au nom du multilatéralisme et du développement économique notamment. Il est donc tout naturel que cette première Mission économique et commerciale de la Francophonie se tienne ici avant d’aller dans d’autres zones géographiques et économiques francophones", a-t-elle estimé.

Lors du Forum d’entreprises francophones tenu à Hô Chi Minh-Ville, Mme Mushikiwabo a apprécié le fait que la MECA commence par le Vietnam, pays qui offre aux entreprises étrangères "une grande palette d’opportunités d’affaires et d’investissement dans diverses filières à fort potentiel" de création de richesses, de valeur ajoutée et d’emplois, en particulier pour les jeunes et les femmes qui sont les publics prioritaires pour la Francophonie. "Ce forum pour nous n’est pas simplement une conférence, mais le début d’une relation accélérée entre les hommes et femmes d’affaires de ce pays et d’autres de l’espace francophone", a-t-elle poursuivi.

La MECA a offert l’occasion de faire se rencontrer 102 entrepreneurs et acteurs économiques internationaux (76 d’Afrique, 18 d’Europe, cinq d’Océan indien, deux d’Amérique du Nord et un de Caraïbe) venus de 24 États et gouvernements membres de l’OIF et plus de 420 entreprises locales pour discuter de leurs projets d’affaires et d’investissement. Trois filières porteuses et d’intérêt ont été identifiées pour cette Mission : l’agro-industrie, les énergies renouvelables, les biens et services numériques. À travers sa première Mission économique et commerciale, l’OIF entend apporter à l’espace francophone, qui a été particulièrement sinistré par la pandémie de COVID-19, un fort et concret appui à la coopération pour une reprise économique résiliente et durable.

Louise Mushikiwabo (3e à gauche) a assisté, à l’Académie diplomatique du Vietnam, à la cérémonie d’inauguration d’un nouvel espace pour la Francophonie. Photo : VNA/CVN

Nouvel espace francophone

Dans le cadre de sa visite officielle au Vietnam, Louise Mushikiwabo a visité l’Institut d’échanges culturels avec la France (IDECAF) à Hô Chi Minh-Ville. À Hanoï, elle a assisté, à l’Académie diplomatique du Vietnam (ADV), à la cérémonie d’inauguration d’un nouvel espace pour la Francophonie qui se compose de la Salle du VIIe Sommet de Hanoï, d’une salle de conférence, d’une bibliothèque francophone et de bureaux pour l’équipe francophone.

Depuis novembre 2021, l’ADV a travaillé avec le Bureau régional pour l’Asie et le Pacifique de l’OIF et quelques ambassades francophones sur l’idée de créer un espace francophone qui soit dédié aux événements en lien avec la Francophonie à l’ADV, un des établissements de formation et d’enseignement de la langue française de longue date qui a notamment contribué activement au VIIe Sommet de la Francophonie tenu au Vietnam en 1997. L’installation de la salle est appuyée par l’OIF via son Bureau régional pour l’Asie et le Pacifique.

Lors de la cérémonie officielle de la Journée internationale de la Francophonie organisée le 25 mars dans la capitale vietnamienne, l’ADV a reçu le Prix d’honneur de la Francophonie 2022, décerné par le Groupe des ambassades, délégations et institutions francophones à Hanoï (GADIF). "L’ADV symbolise le renouveau et le dynamisme de la Francophonie", a souligné l’ambassadeur de France au Vietnam, Nicolas Warnery, président par intérim du GADIF, lors de la remise du prix.

Ánh Phuong - Quynh Giang/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Coopération touristique pour une reprise rapide et un développement durable Le Forum de coopération du tourisme vietnamien 2022, intitulé "Croissance du tourisme international et reprise complète du tourisme vietnamien", se tient les 8 et 9 août à Hô Chi Minh-Ville.