Première : le Festival panafricain du cinéma FESPACO présenté au Vietnam

La première édition décentralisée au Vietnam du Festival panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) s'est tenue du 11 au 14 mars à Hanoï. Retour sur son parcours et les films à l'affiche au Vietnam.

>>Décentralisation : le Festival panafricain du cinéma FESPACO présenté au Vietnam

>>Cinéma : 1re décentralisation du festival panafricain FESPACO au Vietnam

>>Fespaco : l'Étalon d'or attribué à un film du Somalien Ahmed Khadar

>>Début du 27e Fespaco, "debout" malgré la crise au Burkina

Présentation de la bande-annonce du FESPACO, lors de la conférence de presse du 4 mars à Hanoï.

A mile in my shoes (Un mile dans mes chaussures - Maroc), L’œil du cyclone (Burkina Faso), Félicité (Sénégal) et La miséricorde de la jungle (Rwanda). Pour la première fois, ces films, qui étaient parmi les meilleurs des dernières éditions du FESPACO et lauréats de nombreux prix lors de prestigieux festivals internationaux, ont été présentés au public vietnamien. Et ce, dans le cadre de la première décentralisation au Vietnam du Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou.

Créé en 1969, le FESPACO, le plus grand festival du film africain, se déroule tous les deux ans dans la capitale du Burkina Faso. Et 53 ans après sa naissance, il a été présenté pour la première fois au Vietnam.

Quatre films à l'affiche

Quatre films ont été choisis pour être projetés du 11 au 14 mars 2022 au Studio national du film documentaire et scientifique à Hanoï. Cette décentralisation a été organisée par la Délégation générale Wallonie-Bruxelles au Vietnam, en partenariat avec les ambassades de Belgique et du Maroc et la Représentation de l’Organisation internationale de la Francophonie en Asie et Pacifique (REPAP).

"J’ai travaillé trois ans comme ambassadeur de Belgique au Burkina Faso. J’ai donc pu constater que la diversité du cinéma africain n’est pas bien connue dans le monde", a partagé l’ambassadeur de Belgique au Vietnam, Paul Jansen, membre du comité d’organisation du festival, à propos de la raison de la tenue du FESPACO à Hanoï.

La première édition décentralisée du FESPACO au Vietnam a eu lieu du 11 au 14 mars à Hanoï.

Il s’agissait d’une occasion exceptionnelle de découvrir quatre chefs-d’œuvre du cinéma africain, retraçant différents horizons du continent. À travers ces œuvres, l’Afrique se dessine dans sa complexité et son mystère, remplies de beautés naturelles, de chaleur humaine et d’espoir, mais aussi de défis d’ordres ethnique et social.

Selon Paul Jansen, ces quatre films figuraient parmi les meilleurs des dernières éditions du FESPACO et ont été primés lors de prestigieux festivals internationaux. "Ils retracent surtout la réalité actuelle en Afrique et permettent au public vietnamien de s’intéresser à ce qui se passe de nos jours dans les pays africains", a-t-il souligné.

"Le visionnage et la sélection des films à projeter m’ont énormément touché. Les cinéastes africains ont une façon de raconter la guerre ou d’évoquer des problèmes sociaux qui est tout à fait différente de celle de leurs homologues vietnamiens. C’est une belle idée de présenter le cinéma africain au public vietnamien", a estimé Lê Tuyêt Nhung, chargée des projets culturels, du patrimoine et des actions avec la presse de la Délégation générale de Wallonie-Bruxelles au Vietnam.

Le film d’ouverture était A mile in my shoes du réalisateur Said Khallaf. Sortie en 2016, cette œuvre dramatique a été sélectionnée comme le meilleur film marocain en langue étrangère à la 89e cérémonie des Oscars en 2017, mais elle n’a pas été nominée. Elle retrace le portrait cinglant d’un enfant des rues grandissant dans le chaos et la misère d’une ville impitoyable. Said, cet adolescent, qui a toujours vécu dans la gêne et la souffrance, décide de se venger d’une société cruelle et intolérante.

"C’est un film qui est resté plus de dix ans en gestation et qui sort des sentiers battus du cinéma ordinaire maghrébin et arabe sur le plan narratif. Je vais vous laisser aller au cinéma pour découvrir ce beau film qui a été primé dans différents festivals, dont l’Étalon de bronze du FESPACO 2017", a informé Mohamed Amine Baytar, chargé des affaires culturelles à l’ambassade du Maroc.

Comme A mile in my shoes, L’œil du cyclone, La miséricorde de la jungle et Félicité ont aussi obtenu plusieurs récompenses lors de festivals internationaux. Ces trois fictions sont en fait des reflets de questions sociales, sécuritaires et politico-militaires. Elles font appel à des sentiments très durs et très puissants auprès des spectateurs...

Fonds Image de la Francophonie

Ces trois films ont bénéficié du soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dans le cadre du Fonds Image de la Francophonie, actif depuis une trentaine d’années. Il s’agit d’un dispositif de financement orienté vers les pays francophones du Sud et géré depuis plus de 30 ans par l’OIF. Le Fonds est doté d’un budget d’un million d’euros par an, destiné à la fois au cinéma et à la production audiovisuelle.

Quelques cinéastes vietnamiens ont bénéficié de son soutien : Nguyên Hoàng Ðiêp avec Đập cánh giữa không trung (Battement d’ailes au milieu de nulle part), Phan Ðang Di avec Cha và Con và… (Mékong stories) et Bùi Thac Chuyên avec un projet en cours cette année.


1. A mile in my shoes - Un mile dans mes chaussures (Maroc)
- Étalon de bronze FESPACO 2017
- Prix Soumanou Vieyra de la Critique africaine
- Mention spéciale Prix Signis.
2. L’œil du cyclone - Eye of the Storm (Burkina Faso)
- Sélectionné pour le FESPACO 2015
- Africa Movie Academy Award du meilleur film en 2016.
3. Félicité (Sénégal)
- Berlinale 2017 : Grand prix du jury
- FESPACO 2017 : Étalon d’or de Yennenga
- Africa Movie Academy Award du meilleur son.
4. La miséricorde de la jungle (Rwanda)
- 2020 : Meilleur réalisateur et Meilleurs maquillages de la 10e cérémonie des Magritte du cinéma
- 2019 : Étalon d’or de Yennenga du FESPACO
- 2018 : Meilleur scénario et Meilleur acteur masculin au Festival
du cinéma africain de Khouribga (FCAK).

Texte et photos : Mai Quynh/CVN