Une année sous les meilleurs auspices pour le riz vietnamien

Grâce au volume d’exportation continuant d’augmenter à mesure que le prix est plus favorable, le riz vietnamien engrange les succès sur le marché mondial. Selon les prévisions, 2022 se clôturera de la plus belle des manières avec plus de 7 millions de tonnes vendues à l’étranger.

>> Soc Trang, le territoire du "meilleur riz au monde"

>> La riziculture du delta du Mékong sous le signe des avancées scientifiques

>> Nguyên Thi Trâm, la femme derrière les “moissons en or” des paysans

Rizières dans le delta du Mékong. 
Photo : VNA/CVN

La Compagnie par actions d’agriculture high-tech Trung An, implantée dans la ville de Cân Tho (Sud), l’une des entreprises exportatrices de riz les plus prestigieuses du Vietnam, continue de décrocher des contrats. “Récemment, nous avons remporté un appel d’offres pour exporter 20.000 tonnes en République de Corée. La livraison se fera début 2023”, informe son directeur général Pham Thái Binh. Ce n’est pas la première fois que sa société obtient un contrat d’exportation vers ce marché et ces lots ont tous des prix relativement élevés.

Non seulement pour Trung An, mais pour bon nombre d’autres exportateurs de riz du pays, les activités ont le vent en poupe. Selon les données du Département général des douanes vietnamiennes, les exportations d’octobre 2022 ont établi un record mensuel dans l’histoire de la filière riz du Vietnam, avec 713.546 tonnes, en hausse de 22,3% par rapport à septembre.

En première position

Au total, en dix mois, le pays en a expédié à l’étranger 6,1 millions de tonnes. Chose marquante, le prix moyen à l’exportation du riz vietnamien est actuellement le plus élevé au monde, voire devançant de beaucoup la Thaïlande, un des premiers producteurs et exportateurs mondiaux. Les Philippines et la Chine représentaient, à eux seuls, 57,47% du total des exportations vietnamiennes. Le premier marché en a importé 2,739 millions de tonnes (45,02% de la quantité totale), en hausse de 30,84% par rapport à la même période de 2021. Le second en a acheté 757.575 tonnes (12,45%).

Le Vietnam a exporté du riz pour la première fois en 1989. Trois décennies plus tard, son produit agricole est présent dans plus de 150 pays et territoires.

Les exportations aux marchés les plus rigoureux ont également enregistré une forte croissance. En dix mois, celles vers les États-Unis et l’Union européenne (UE) ont connu respectivement une hausse de 84,8% et 82,2% par rapport à la même période de l’an passé.

En dix mois de l'année, le pays a expédié à l’étranger 6,1 millions de tonnes de riz. 
Photo : VNA/CVN

Selon l’Association alimentaire vietnamienne (VFA), près de deux ans depuis la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange UE - Vietnam (EVFTA), le riz vietnamien s’affirme de plus en plus sur le marché européen. Les riz parfumés et ceux de haute qualité tels que ST24, ST25, Jasmin... sont très appréciés des consommateurs de ce continent. Dans le cadre de l’EVFTA, l’UE accorde au Vietnam un quota de 80.000 tonnes de riz exemptées de taxe douanière. Cependant, l’an passé, la quantité de riz parfumé du Vietnam écoulée sur ce marché n’a atteint que près de 38.000 tonnes. Selon les prévisions, cette année, ce volume sera d’au moins 60.000 tonnes.

Prix record

Les exportations nationales ont non seulement enregistré des croissances significatives en matière de volume mais aussi un record en termes de prix. Selon la VFA, en octobre 2022, le coût du riz à 5% de brisures était le plus élevé depuis novembre 2021 et même plus élevé que celui du riz indien et thaïlandais.

Le prix à l’exportation du riz vietnamien continue d’augmenter, notamment celui du riz à 5% de brisures. Raison : la forte demande mondiale au cours des derniers mois de l’année, tandis que l’offre est limitée en raison de conditions météorologiques défavorables dans certains pays producteurs”, explique Phan Van Có, directeur marketing de la Sarl Vrice.

Vue aérienne de rizières dans le district de Thoai Son, province d'An Giang (Sud). 
Photo : VNA/CVN

Ces dernières années, il est arrivé que le riz vietnamien s’est vendu plus cher que celui de la Thaïlande à plusieurs reprises du fait que le pays sait développer de nombreuses nouvelles variétés de qualité et améliorer ses processus de production. De plus, le riz vietnamien est bien apprécié des consommateurs pour sa saveur et sa qualité.

Ce succès résulte des efforts de ces dernières années au cours desquelles le Vietnam a restructuré ses variétés de riz en se concentrant sur celles de haute qualité. “Cette année, le Vietnam établira un record en termes de valeur des exportations. Le prix a tendance à augmenter depuis octobre, car l’Inde a interdit les exportations de riz à brisures et fortement taxé celles de riz blanc pour assurer sa sécurité alimentaire. Lorsque l’offre mondiale est limitée, de nombreux clients se tournent vers le riz vietnamien et acceptent des prix plus élevés”, analyse le directeur général de la Sarl Trung An.

Bon nombre de variétés de riz parfumé et de haute qualité du Vietnam répondent à la demande du marché mondial et sont très compétitives.
Photo : VNA/CVN

Changement de cap

Pour sa part, le Pr. associé-Dr. Nguyên Ngoc Ðê, ancien vice-doyen de la Faculté de développement rural de l’Université de Cân Tho, donne une autre raison sur la tendance de domination du marché par le riz vietnamien. “C’est grâce à l’effet d’un certain nombre de concours internationaux de riz délicieux lors desquels le Vietnam a remporté des prix prestigieux, permettant aux clients de bien connaître la marque. Mais le plus important est que la production et la transformation du riz de notre pays se sont améliorées ces dernières années, en se penchant sur les variétés de haute qualité, les nouvelles méthodes de culture et les normes de bonnes pratiques agricoles (GAP)... Cela a créé une grande fiabilité pour le riz vietnamien, contribuant à augmenter sa valeur”, détaille-t-il.

La VFA informe que le riz parfumé et celui de haute qualité du Vietnam sont produits à partir des variétés Ðài Thom 8, OM 5451, OM 18… qu’aucun autre exportateur ne peut remplacer. Ces variétés répondent à la demande du marché et sont très compétitives par rapport à celles de Thaïlande ou du Cambodge. Leurs exportations au Japon et en Europe ont également augmenté.

Le 6 septembre dernier, la marque du riz “Cơm Vietnam Rice”, du groupe Lôc Troi, a commencé à faire son apparition dans les rayons de Carrefour. 
Photo : Thu Hà/CVN

Dans le delta du Mékong, le groupe Lôc Troi a réussi à introduire en septembre dernier la marque “Cơm Vietnam Rice” dans les rayons de deux principales chaînes européennes d’hypermarchés, Carrefour et Leclerc, en France. “Ce produit a gagné la confiance des consommateurs français. Les supermarchés continuent de nous en commander, jusqu’à 400.000 tonnes”, précise Huynh Van Thon, président du conseil d’administration de Lôc Troi. Récemment, celui-ci a reçu des prêts de 100 millions d’USD sur trois ans à taux d’intérêt préférentiels octroyés par sept banques pour organiser des chaînes de production de riz de haute qualité.

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a prévu que le Vietnam pourrait exporter cette année de 6,5 à 6,7 millions de tonnes de riz. Mais d’après Nguyên Ngoc Nam, président de la VFA, vu un volume de plus de 6 millions de tonnes expédiées à l’étranger en dix premiers mois et au moins 600.000 tonnes devraient être exportées mensuellement pour les deux mois restants de l’année, on pourrait tout à fait viser 7,2-7,3 millions de tonnes vendues à l’étranger en 2022. Ce serait un résultat très positif pour le riz vietnamien si les 6,2 millions de tonnes de l’an passé sont dépassées.

Linh Thao/CVN

back to top