Nguyên Thi Trâm, la femme derrière les “moissons en or” des paysans

L’Héroïne du Travail Nguyên Thi Trâm a créé des dizaines de variétés de riz hybride de qualité qui donnent d’abondantes récoltes aux paysans vietnamiens. Elle est l’une des femmes scientifiques qui a le plus contribué au secteur agricole national.

>> Soc Trang, le territoire du "meilleur riz au monde"

>> Une année sous les meilleurs auspices pour le riz vietnamien

>> La riziculture du delta du Mékong sous le signe des avancées scientifiques

La Pr. associée - Dr. Nguyên Thi Trâm a donné naissance à de nombreuses variétés de riz hybride à haut rendement, de bonne qualité et au goût délicieux, à savoir les TH3-3, TH3-4, TH3-5… Elle est reconnue au Vietnam comme la personne ayant vendu le plus de droits d’auteur en la matière. Partageant à propos de son parcours, elle confie : “Les défis existent pour n’importe quel travail. L’important est qu’il faut avoir de la détermination pour aller jusqu’au bout”.

Des contrats de transfert de grande valeur

En juin 2008, travaillant comme professeure et chercheuse à l’Université nationale d’agriculture du Vietnam, la Docteur a surpris le monde scientifique lorsqu’elle a vendu la variété de riz hybride TH3-3 (croisement entre deux types de riz) au prix record de 10 milliards de dôngs (équivalent aujourd’hui à environ 393.000 euros) à la Sarl Cuong Tân, installée dans la province de Nam Dinh (Nord). Ce fut un encouragement considérable pour les agronomes vietnamiens, notamment dans la création de nouvelles variétés de riz.

Nguyên Thi Trâm, créatrice des dizaines de variétés de riz hybride de qualité. 

C’est une espèce à courte durée de production, soit 105-125 jours pour une récolte, capable de bien s’adapter à différentes conditions climatiques, tout en donnant de hauts rendements, de 7-8 tonnes par ha. Comme c’est une création vietnamienne, la TH3-3 est chaleureusement accueillie par les paysans, surtout ceux au Nord, au Centre et au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Cette variété couvre désormais 60% de la surface cultivée du riz hybride du pays, contribuant à augmenter les revenus de dizaines de milliers de riziculteurs.

Nguyên Thi Trâm et ses titres et récompenses

* Héroïne du Travail à l’époque du Renouveau

* “Enseignante du Peuple”

* Ordre du Travail de 3e classe

* Médaille de la Résistance de 2e classe

* Prix d’État en sciences et technologies

* Prix Kovalevskaïa 2000

* Médaille “Pour l’œuvre de l’éducation”

* Médaille “Pour l’œuvre de l’agriculture”

* Médaille “Pour les jeunes générations”

La TH3-3 était considérée à l’époque comme la meilleure des variétés de Nguyên Thi Trâm. Une fois cuisiné, ce riz devient parfumé et souple. En culture, il résiste bien aux pluies, typhons ainsi qu’aux insectes nuisibles.

Cette année-là, la somme de 10 milliards de dôngs n’était pas vraiment élevée pour la création d’une nouvelle variété, mais cette affaire de transfert a montré que pour la première fois, la recherche scientifique dans l’agriculture au Vietnam a généré une forte valeur commerciale”, se souvient-elle. Succès après succès, Nguyên Thi Trâm en a inventé des dizaines d’autres dont les NN-9, NN-10, NN-23…

Nguyên Thi Trâm (5e à gauche) est connue comme la personne qui a vendu le plus de droits de propriété des variétés de riz hybride au Vietnam.

En 2016, elle a continué de surprendre les agronomes en créant quatre variétés de riz authentiques dénommées Huong Côm 1, 2, 3, 4 qui donnent un rendement plus élevé que d’autres variétés parfumées. Ses grains, de forme ovale et longue, transparents, riches en nutriments, dégagent une forte saveur ressemblant à celle de maïs soufflés et d’ananas. En décembre de la même année, les droits de propriété des Huong Côm 1 et 4 ont été vendus à la Sarl Cuong Tân, ce qui a préludé à l’élargissement des cultures de variétés de riz parfumé, à la création d’un cycle de fabrication de produits agricoles bio de qualité pour le marché domestique.

Relatant son parcours scientifique, Mme Trâm se souvient d’un tournant dans sa carrière professionnelle. C’était durant les années où elle participait aux formations au Centre de recherche sur le riz hybride de Hunan (Chine) où elle a rencontré le célèbre Professeur Yuan Longping, mondialement reconnu pour ses variétés de riz hybride par croisement entre trois types, contribuant à assurer la sécurité alimentaire de la Chine. Cet agronome chinois a inspiré énormément la chercheuse qui voulait réaliser son rêve : aider les agriculteurs vietnamiens à sortir de la pauvreté.

Elle parcourt souvent le pays pour découvrir de nouvelles variétés de riz.

Des variétés sensibles aux températures

De retour au Vietnam, avec ses connaissances acquises, Nguyên Thi Trâm et ses associés se sont lancés activement dans cette voie de recherche. Elle est parvenue à trouver la variété de stérilité mâle génique thermosensible (Thermosensitive genic male sterility - TGMS). Celle-ci est thermo-stérile : fertile aux températures inférieures à 24°C et infertile au-dessus des 24°C. Cette caractéristique lui a permis de s’adapter parfaitement aux conditions météorologiques du delta du fleuve Rouge.

Mme Trâm a aussi créé une série des TH3-1, TH3-4, TH3-11… par croisement entre deux types de riz. En juin 2021, elle a réussi à déposer les droits de propriété pour la MV2 (croissement entre trois types) et la Lai Thom (entre deux types).

Outre le riz, l’agronome et ses collègues ont également lancé de nouvelles variétés d’arbres fruitiers. Par exemple, en 2019, la sacha inchi S18 a été reconnue comme nouveau spécimen de plante médicinale du Vietnam. Ses graines donnent de l’huile et des protéines qui sont équivalentes à celles du soja, des noix, ou des haricots verts et rouges.

Selon la scientifique, dans le contexte où la superficie rizicole se réduit dans beaucoup de localités, la mise au point de nouvelles variétés hybrides à haut rendement pour assurer la sécurité alimentaire devient une nécessité. De plus, “l’agriculture, qui représente un important rôle dans l’économie nationale, est exposée aux conséquences du changement climatique. Ainsi, pour développer une agriculture durable, il nous est nécessaire d’avoir un contingent d’agronomes dévoués qui osent se sacrifier à la recherche scientifique”, affirme-t-elle.

Pour cette raison, à l’âge de 78 ans, l’Héroïne du Travail continue de sillonner le pays, des deltas aux régions montagneuses, pour découvrir de nouvelles variétés de riz.

Pour sa passion et son ardeur au travail, Nguyên Thi Trâm donne une belle image du contingent de scientifiques à l’époque du Dôi moi (Renouveau) et de l’intégration internationale du Vietnam.

Texte et photos : Phuong Vân - Viêt Cuong/VNP/CVN

back to top