Singapour : les prévisions de croissance du PIB revues à la baisse

Le ministère singapourien du Commerce et de l'Industrie a annoncé jeudi 11 août avoir revu à la baisse ses prévisions de croissance du Produit intérieur brut (PIB) pour 2022 à 3-4% contre 3-5% auparavant.

>>Singapour resserre sa politique monétaire pour lutter contre l'inflation

>>Singapour augmentera la taxe sur les biens et services à partir de 2023

>>L'économie de Singapour affiche une croissance de 7,6% en 2021

Le parc Merlion à Singapour.
Le parc Merlion à Singapour.

Cet ajustement tient compte des performances de l'économie Singapourienne au premier semestre 2022, ainsi que des derniers développements économiques nationaux et internationaux, indique le ministère dans un communiqué.

Les pressions inflationnistes plus fortes que prévu et un resserrement agressif de la politique monétaire des banques centrales devraient peser sur la croissance des principales économies avancées, comme les États-Unis et la zone euro, estime le communiqué.

L'environnement économique international s'est "détérioré davantage" depuis la dernière évaluation émise par le ministère en mai, considère le document, ajoutant qu'à cet effet, les perspectives de certains secteurs de l'économie Singapourienne tournés vers l'extérieur se sont affaiblies.

L'économie Singapourienne a progressé de 4,4% sur une base annuelle au deuxième trimestre, plus lentement que l'estimation anticipée du gouvernement de 4,8% mais plus rapidement que la croissance de 3,8% enregistrée au premier trimestre, note la même source. Cette croissance a été principalement tirée par les secteurs de la fabrication, de l'information et des communications, fait savoir le ministère du Commerce et de l'Industrie.

La suppression progressive par Singapour de la quasi-totalité de ses restrictions intérieures et frontalières a soutenu la reprise des segments de son économie ayant été durement impactés par la pandémie du COVID-19, affirme-t-il.

La forte reprise du trafic aérien et des arrivées de visiteurs internationaux devrait profiter aux secteurs liés à l'aviation et au tourisme comme les secteurs du transport aérien, des arts, des spectacles et des loisirs, estime-t-il.

APS/VNA/CVN