La Bourse de Paris clôture en hausse après l'inflation américaine

La Bourse de Paris a terminé en hausse de 0,52% mercredi 10 août en réaction à l'annonce du ralentissement de l'inflation américaine en juillet, à l'issue d'une séance longtemps restée à l'équilibre.

>>La Bourse de Paris finit en petit repli

>>La Bourse de Paris conclut sa pire semaine en deux mois

>>La Bourse de Paris en petite hausse de 0,41% avant la BCE

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice CAC 40 a terminé en hausse de 33,44 points à 6.523,44 points après un bond à 14h30, juste après l'annonce des données américaines que les investisseurs scrutaient depuis le début de la semaine.

Il ne parvient pas entièrement à compenser les pertes de la veille (-0,53%), bilan d'une séance estivale marquée par des volumes d'échanges réduits et la nervosité des investisseurs à l'approche de la publication de l'indice des prix à la consommation (CPI) américain.

Celui-ci a augmenté de 8,5% sur un an d'après les chiffres publiés mercredi 10 août par le département du Travail. Sur un mois, l'inflation est même nulle, ce qui signifie que les prix n'ont, contre toute attente, pas augmenté par rapport à juin.

L'inflation sous-jacente, qui exclut les prix de l'alimentation et de l'énergie particulièrement volatils, a également ralenti, à 5,9% sur un an, alors que les marchés l'attendaient en hausse (+6,1% d'après Factset).

"Les marchés ont poussé un ouf de soulagement parce qu'on a l'impression que le contexte macroéconomique va mieux" aussi bien sur le front de l'inflation que des risques de récession liées aux tensions géopolitiques, observe Pierre Bismuth, directeur général de Myria AM.

M. Bismuth reste toutefois prudent concernant la pertinence de chiffres économiques d'un mois d'été pour indiquer une tendance plus large.

Au-delà même des chiffres de l'inflation, un vent optimiste traversait les marchés européens alors que les livraisons de pétrole russe en Slovaquie ont repris mercredi 10 août après une coupure liée à des sanctions visant Moscou et portant sur les droits de transit par l'Ukraine.

À minuit cependant, l'embargo européen sur le charbon russe entrera en vigueur.

Tech et automobile se ressaisissent

Côté "tech", soutenu par le regain d'optimisme des marchés, le fabricant franco-italien STMicroelectronics de semi-conducteurs a terminé en hausse de 3,30% à 36,62 euros l'action, au lendemain d'une séance difficile pour le secteur dans le monde entier.

Le spécialiste des services de paiement Wordline a pris 2,95% à 43,57 euros l'action, le géant français du logiciel Dassault Systèmes 1,95% à 42,80 euros et le mastodonte de l'informatique Capgemini 1,66%.

L'automobile, qui avait également souffert la veille de la nervosité du marché a terminé dans le vert. Renault a pris 3,45% à 30,55 euros l'action, Michelin 2,80% à 27,58 euros l'action et Stellantis 1,36% à 14,60 euros l'action.

Une hausse des taux de la Fed d'un demi-point de pourcentage en septembre, au lieu de trois quarts de point (0,75%) estimés la veille, selon les contrats à terme. Les rendements obligataires à 10 ans se sont fortement détendus juste après la parution du chiffre d'inflation, tombant même à 2,72%, avant de se redresser à 2,79% vers 20h00 GMT.

À la cote, l'action Tesla a grimpé de 3,89% à 883,07 USD, alors que son patron Elon Musk a vendu près de 7 milliards d’USD de ses titres, un "coup de poker" du multimilliardaire qui pourrait par exemple présager un dédommagement à l'amiable dans le rachat avorté de Twitter, suggérait Dan Ives, analyste de Wedbush Securities.

Twitter aussi est monté de 3,74% à 44,43 USD.

Tous les grands noms de la technologie ont repris du poil de la bête, de Meta (Facebook, +5,82%) à Netflix (+6,16%) en passant par Alphabet (Google), Apple et Microsoft qui ont tous pris plus de 2%.

Disney a terminé en hausse de 3,98% à 112,43 USD avant de bondir de presque 6% dans les échanges électroniques après la clôture avec l'annonce de meilleurs résultats trimestriels que prévu et surtout de l'apport de 14,4 millions d'abonnés supplémentaires.

L'avionneur Boeing a grimpé de 2,53% à 169,02 USD après que la compagnie American Airlines a annoncé avoir reçu son premier 787.

Le régulateur aérien américain (FAA) avait indiqué lundi 8 août que Boeing avait effectué les "changements nécessaires" pour une reprise des livraisons de son 787 Dreamliner, après une suspension totale depuis mai 2021 en raison de problèmes opérationnels.

L'action de la plateforme d'échange de crytpomonnaies Coinbase s'est redressée de 7,37% à 94,14 USD au lendemain de la publication de résultats décevants pour le deuxième trimestre qui avaient provoqué une forte chute de son cours. Mais le titre se repliait de 1,36% dans les échanges d'après clôture.


AFP/VNA/CVN