18/10/2015 18:07
Lê Van Vi est propriétaire du plus grand jardin d’orchidées de Sa Pa, province montagneuse de Lào Cai (Nord). Il rapporte des milliards de dôngs à cet ingénieur décrit comme «très créatif».
>>Escapade florale à l’Hôtel de Ville de Bruxelles
>>Sa Pa récolte les fruits de l'autoroute Hanoi - Lào Cai pour le tourisme

Après un an de recherches, l'ingénieur Lê Van Vi a réussi à produire 30.000 pots d’orchidées, par implantation cellulaire.
Photo : TP/CVN

Lorsqu’il était étudiant à Hanoi, Lê Van Vi (né en 1979) a participé à un festival floral sur la rue Hoàng Hoa Thám. Il a été séduit par les orchidées qui y étaient présentées. Le jeune homme a également apprécié les efforts des cultivateurs pour améliorer la tenue des branches d’orchidées, en utilisant de petites barres de fer. «Une partie des fleurs venaient de Dà Lat (province de Lâm Dông, sur les hauts plateaux du Centre). Mais la plupart étaient importées de Chine», souligne Lê Van Vi. Et d’ajouter que, puisqu’elles devaient être transportées, leur prix était plus élevé.

Après avoir terminé sa thèse en biotechnologie en 2006, Lê Van Vi a travaillé pour le Parc national de Hoàng Liên, à Sa Pa. Il s’est toujours demandé pourquoi on ne cultivait pas d’orchidées dans cette ville natale, où le climat est semblable à celui de Dà Lat. Il a décidé alors de s’y atteler et de démissionner. «Je m’étais fixé comme objectif de produire des orchidées à bas prix et de les fournir aux agriculteurs de Sa Pa pour en faire une région horticole aussi renommée que Dà Lat», confie Lê Van Vi.

Après plus d'un an de recherches, l'ingénieur a réussi à produire 30.000 pots d’orchidées, par implantation cellulaire. Cependant, à cause des basses températures qui ont frappé la région avant que les fleurs n’arrivent à maturité, il a perdu toute sa marchandise, ainsi que 600 millions de dôngs. M. Vi ne s’est pas pour autant découragé. Il a remis le métier sur l’ouvrage et deux ans plus tard, son jardin figurait parmi les plus grands et beaux de Sa Pa. Depuis 2010, Lê Van Vi gagne chaque année des milliards de dôngs grâce à ses orchidées.

Depuis 2010, Lê Van Vi gagne chaque année des milliards de dôngs grâce à ses orchidées.
Photo : TP/CVN

Le jardin de Lê Van Vi en compte des milliers. Notamment plusieurs variétés précieuses importées des États-Unis et de Thaïlande. «Il existe plusieurs critères pour déterminer la qualité des fleurs : la couleur des pétales, le vert des feuilles, leur épanouissement harmonieux», explique le cultivateur. Une orchidée terrestre d'une dizaine de branches coûte entre 3 et 6 millions de dôngs, de 15 à 20 branches entre 7 et 10 millions de dôngs, voire même entre 30 et 70 millions pour les plus grandes.

Partage de connaissances
avec les ethnies minoritaires


Après avoir dépensé des millions de dôngs, plusieurs clients se sont plaints. En effet, les fleurent périssaient lorsqu’elles étaient amenées vers des régions de plus basse altitude. Et pour cause, la différence de température est de 6 à 8 degrés entre Sa Pa et la plaine. Pour résoudre ce problème, Lê Van Vi a décidé de transférer ses pots dans les communes de Côc San (district de Bát Xát) et de Cam Duong (ville de Lào Cai) un à deux mois avant de les vendre. "La température y est plus haute que celle enregistrée dans les jardins sur les montagnes. Grâce à cette méthode, les orchidées peuvent ainsi s’habituer à d’autres températures", explique-t-il.

En 2008, Lê Van Vi s’est vu décerner le prix Luong Dinh Cua, une récompense pour les jeunes agriculteurs talentueux. Son jardin est fréquenté par d’autres horticulteurs de Sa Pa. Lê Van Vi partage en effet volontiers ses connaissances, notamment avec les agriculteurs issus des minorités ethniques.
 
 Quang Lôc - Vân Anh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Le secteur touristique se joint au combat contre le COVID-19 Vu la situation épidémique compliquée dans le monde ainsi qu’au Vietnam, le secteur touristique de la province de Thua Thiên-Huê (Centre) respecte bien les règles fixées dans le cadre de la lutte et la prévention du COVID-19.