08/05/2021 08:04
Contrôlée au Vietnam, la pandémie de COVID-19 est en train de refluer dans les pays occidentaux grâce à la vaccination. L'idée d'un passeport vaccinal fait son chemin et avec elle l'espoir de pouvoir voyager à l’étranger à nouveau.
>>Le tourisme : l'heure de la relance a sonné
>>La crise du coronavirus, une opportunité pour le tourisme durable
>>Des YouTubeurs étrangers qui ont choisi le Vietnam
>>Une Suissesse pilier du marketing touristique vietnamien

La ville de Phu Quôc pourrait être une destination pionnière en cas de réouverture aux touristes internationaux.
Photo : VNA/CVN

La vie a repris son cours normal au Vietnam depuis quelques temps maintenant. La question de savoir quand et comment accueillir de nouveau des touristes étrangers se pose aujourd’hui. Le passeport vaccinal apparaît comme la meilleure solution a une reprise des voyages internationaux.

Limiter au maximum les risques

Pham Van Nghiêp, vice-président du Comité populaire de la ville de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), a déclaré que l’ambassade du Vietnam en Inde lui a  demandé si le Vietnam était maintenant prêt à recevoir des touristes indiens car le personnel de l’ambassade reçoit de nombreuses demandes.

"Nous sommes prêts à accueillir des visiteurs mais à l’heure actuelle, nous ne savons pas comment procéder", admet-il, avant d’ajouter que Phu Quôc devrait d’abord pouvoir bénéficier de l’immunité communautaire avant d’accueillir de nouveau des touristes étrangers. Selon lui, en effet, il n’est pas difficile de faire vacciner tous les habitants car l’île ne compte qu’environ 140.000 personnes. Ensuite, poursuit-il, il faudra s’assurer aussi que la venue de touristes étrangers n’apportera aucun danger pour le pays.

Selon Tô Viêt Thang, directeur général adjoint de la compagnie aérienne Vietjet, il est maintenant temps de reprendre une collaboration plus active entre le milieu de l’aviation et les voyagistes, afin de planifier la réouverture des portes du pays aux touristes étrangers. Selon lui, "Taïwan (Chine), la République de Corée et le Japon ont mené avec efficacité leur campagne de vaccination et ont obtenu de bons résultats. Les ressortissants de ces pays pourraient être les premiers à revenir au Vietnam. D’autres pays relativement épargnés par la pandémie pourraient aussi avoir la faveur des dirigeants vietnamiens : Singapour, l’Indonésie ou encore la Thaïlande. Nous sommes prêts à leur rouvrir les portes et à reprendre les vols vers/depuis ces pays", souligne-t-il. 

Au Vietnam, la vaccination n’en est encore qu’à ses débuts et Tô Viêt Thang pense qu’après le personnel médical, le personnel de l’aviation ainsi que ceux des douanes et de la police devraient profiter en priorité des doses de vaccin. Ceux-ci seront ainsi en capacité d’exercer un contrôle strict des entrées et sorties sur le territoire sans avoir besoin de mise en quarantaine et sans risquer leur santé.

Ne pas confondre vitesse et précipitation

Le secteur national du tourisme est en effet aujourd’hui dans les starting-blocks. Dans ce secteur ayant le plus souffert de la pandémie, les principaux acteurs commencent à s’impatienter. Ainsi, Trân Thi Nguyên, une dirigeante du groupe Sun Group, fait part du fait qu’une réouverture dans les meilleurs délais pourrait être bénéfique pour l’économie vietnamienne. "Si le Vietnam n’envisage pas bientôt d’accueillir de nouveau les touristes étrangers, le pays risque de louper une belle opportunité", déclare-t-elle.

Parmi les destinations envisagées pour recommencer à accueillir des voyageurs internationaux, Trân Thi Nguyên penche également pour l’île de Phu Quôc. Elle est en effet une station balnéaire de premier choix disposant d’une grande offre d’hôtels. La destination apparaît en effet parfaite pour une première expérimentation pour des séjours au soleil de courte durée.

Nguyên Huu Y Yên, directeur général de Saigontourist, est plus mesuré et pense qu’il faut bien peser les avantages et les risques d’une réouverture rapide des frontières. "Il ne faut pas se précipiter et bien préparer les choses. Il faudra en effet au moins deux mois de préparation pour bien organiser les services sur place et faire en sorte que tout soit sous contrôle", fait-il savoir.

Mettre en place le passeport vaccinal ?

Photo : BDT/CVN

Pendant que les acteurs du secteur touristique se préparent pour la réouverture, le gouvernement, lui, devra bientôt prendre une décision importante, sous la pression concurrentielle des autres pays de la région.

Le Département de technologie et d’informatique du ministère de la Santé, par exemple, est en train d’étudier le déploiement et l’application du passeport vaccinal. Nguyên Truong Nam, directeur adjoint dudit département, déclare ainsi qu’"il faut aujourd’hui accélérer les préparatifs pour être au même niveau que d’autres pays, comme la Thaïlande, qui sont déjà engagés dans les préparatifs pour l’accueil des touristes étrangers".

En effet, la Thaïlande a récemment lancé une mesure originale et qui a tout de suite suscité l’enthousiasme : le pays a autorisé les étrangers à jouer au golf durant les jours de quarantaine !

On le comprend, la réouverture des frontières se fait pressante pour un grand nombre d’acteurs du secteur. Pham Hông Long, professeur et responsable de la faculté tourisme de l’Université des sciences sociales et humaines à Hanoï, résume : "La réouverture progressive des portes aux touristes étrangers déjà vaccinés, conjuguée au maintien des mesures strictes de lutte contre la pandémie de COVID-19, sera un grand soulagement pour bon nombre d’entreprises, et l’économie en général".

Reste à connaître aujourd’hui la feuille de route qu’adoptera le gouvernement. Grâce à la vaccination qui s’accélère dans nombre de pays, le secteur touristique vietnamien peut reprendre espoir. 
 
Mai Quynh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Hanoï accueille 2,9 millions de touristes au premier semestre Au premier semestre, le nombre de touristes à Hanoï est estimé à 2,9 millions, en baisse de 25% par rapport à la même période de l’année dernière, selon le Service municipal du tourisme.