L’art de la poterie Cham, un patrimoine à protéger

L’art de la poterie du peuple Cham a été officiellement inscrit par l’UNESCO sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Un grand honneur pour le Vietnam, mais aussi une lourde responsabilité afin de préserver cet artisanat.

>> L’UNESCO fait honneur à l’art de la poterie du peuple Cham

>> Au village de Bàu Truc, l’artisanat avec un A majuscule

L’art de la poterie du peuple Cham est pratiqué et préservé dans deux villages de Bàu Truc et Tri Duc, dans les provinces de Ninh Thuân et Binh Thuân (Centre).
Photo : VNP/VNA/CVN

La décision de reconnaissance de l’art de la poterie du peuple Cham par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) comme patrimoine immatériel nécessitant une protection

urgente a été adoptée lors de la 17e session du Comité intergouvernemental de la Convention de 2003 pour la protection du patrimoine culturel immatériel, tenue récemment à Rabat (Maroc).

S’exprimant lors de la cérémonie d’annonce, Lê Thi Thu Hiên, directrice du Département du patrimoine culturel, dépendant du ministère vietnamien de la Culture, des Sports et du Tourisme, a affirmé que "le gouvernement et en particulier la communauté Cham du Vietnam s’engagent à faire de leur mieux pour protéger ce précieux patrimoine".

Le président du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, Samir Addahre, a officiellement reconnu le dossier de "L'art de la poterie du peuple Cham".
Photo : Thu Hà Nguyên/CVN

Selon l’ambassadrice Lê Thi Hông Vân, représentante en chef de la Délégation vietnamienne auprès de l’UNESCO, l’art de la poterie du peuple Cham est le 15e patrimoine culturel immatériel du pays reconnu par l’UNESCO. C’est aussi le 4e patrimoine vietnamien inscrit cette année au Registre "Mémoire du monde de l’UNESCO pour l’Asie-Pacifique" après les documents en sino-nôm du village de Truong Luu, province de Hà Tinh (1689-1943), les ma nhai (inscriptions) sur les montagnes de marbre à Dà Nang, et la ville apprenante de l’UNESCO de Cao Lanh.

"Cette reconnaissance réaffirme l’appréciation que porte la communauté internationale envers les valeurs culturelles du Vietnam, des provinces de Ninh Thuân et Binh Thuân notamment. Elle démontre également la contribution du Vietnam afin de préserver et de promouvoir les valeurs patrimoniales que l’UNESCO promeut, en particulier en tant que membre du Comité intergouvernemental de la Convention de 2003 pour la période 2022-2026", a-t-elle souligné.

Un artisanat séculaire

Des touristes essaient de modeler la poterie.
Photo : VNP/VNA/CVN

Avec cette reconnaissance, les Cham ainsi que tous les habitants des provinces de Ninh Thuân et Binh Thuân seront plus conscients de la valeur de la poterie traditionnelle au sein du trésor du patrimoine culturel immatériel vietnamien. Cette inscription favorisera également le déploiement de mesures concrètes pour préserver et revitaliser ce patrimoine, créer plus de ressources pour sa conservation et sa promotion, soutenir le développement économique, la culture durable et inclusive dans les localités et les communautés concernées.

Exprimant sa joie devant cette reconnaissance, Nguyên Long Biên, vice-président du Comité populaire de la province de Ninh Thuân, a déclaré : "C’est un grand honneur, mais aussi une lourde responsabilité pour les dirigeants et la population locale dans la préservation d’un patrimoine mondialement reconnu. Donc, dans les temps à venir, nous devrons promouvoir les valeurs de ce patrimoine, tout en l’attachant au développement économique et socio-culturel de la communauté locale, notamment la communauté Cham".

Le métier traditionnel de potier joue un rôle important dans ladite communauté. Ces produits sont indispensables dans la vie et les activités quotidiennes de chaque famille, ainsi que dans les activités cultuelles.

Aujourd’hui, la poterie est pratiquée essentiellement dans deux villages, Ligok (Tri Duc, province de Binh Thuân) et Hamu Crok (Bàu Truc, province de Ninh Thuân).

Bàu Truc, qui existe depuis la fin du XIIe siècle, est considéré comme l’un des très rares villages de poterie d’Asie du Sud-Est à conserver un mode de production rudimentaire millénaire.

Le processus de fabrication est unique. Malgré les vicissitudes de l’histoire, il a conservé l’essence et la beauté d’un artisanat vieux de centaines d’années. Face aux menaces qui pèsent sur ce patrimoine, la communauté Cham et tout le peuple vietnamien ont toujours fait en sorte de le protéger.

Cent-trente pays réunis à la 17e session

Une vase de poterie Cham.

La 17e session du Comité intergouvernemental de la Convention de 2003 pour la protection du patrimoine culturel immatériel était sa première session plénière depuis la pandémie de COVID-19.

Environ 1.100 délégués de 130 des 180 pays membres étaient réunis à Rabat, sous la présidence de l’ambassadeur Samir Addahre, chef de la Délégation du royaume du Maroc auprès de l’UNESCO.

Lors de cette session, à part l’évaluation des candidatures soumises par les États parties pour inscription sur les Listes de la Convention 2003, ledit Comité intergouvernemental a examiné des rapports sur l’état des patrimoines inscrits sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une protection urgente, la mise en œuvre de la Convention et l’état actuel des éléments inscrits sur la Liste représentative en Europe, etc.

L’art de la poterie du peuple Cham est préservé et pratiqué dans deux villages de Bàu Truc et Tri Duc, dans les provinces de Ninh Thuân et Binh Thuân (Centre).
Une des étapes dans le processus de fabrication des poteries des Cham.
Les poteries chams sont fabriquées entièrement à la main.
Chaque produit est fruit de la dextérité et la minutie des Cham.
Lâm Binh Sôi est l'un des artisans les plus connus du village de Binh Duc, à Binh Thuân.
La poterie des Cham est indispensable dans la vie.

Thu Hà Nguyên/CVN

back to top