Au village de Bàu Truc, l’artisanat avec un A majuscule

La poterie est l’un des artisanats phares du Vietnam, et tout naturellement, elle y a ses hauts lieux, dont le village de Bàu Truc dans la province de Ninh Thuân (Centre).

>> Le village de poterie de Bâu Truc reprend sa production dans une nouvelle normalité

>> Le village de poterie de Thanh Hà entretient le feu de la tradition

>> L’UNESCO fait honneur à l’art de la poterie du peuple Cham

A Bàu Truc, la poterrie est faite à la main. 
Photo : VNA/CVN

Ce fameux village garde encore des empreintes de l’époque où il était rattaché au royaume du Champa et où il s’appelait d’ailleurs Paley Hamu Trok. Mais il garde surtout une tradition artisanale pluriséculaire, avec donc des poteries, des céramiques, qui aujourd’hui encore, sont entièrement façonnées à la main.

Si l’on s’en réfère aux annales populaires, c’est un certain Poklong Chanh qui aurait introduit la poterie artisanale à Bàu Truc, voilà plus de 1.000 ans. Refusant de travailler pour la cour royale de l’époque, il aurait décidé de transmettre son savoir-faire aux femmes du village…

Pour les Cham de Ninh Thuân, la poterie est plus qu’un artisanat, c’est un art à part entière, qui témoigne de toute la richesse de leur culture. Les poteries de Bàu Trúc sont très variées. Elles se distinguent par des motifs de décoration particulièrement sophistiqués, qui ne sont pas sans rappeler les origines des artisans qui en sont les auteurs : on trouve en effet des danseuses apsaras, le Dieu Shiva, des ensembles Linga-Yogi...

En 2017, la poterie de Bàu Truc a été reconnue par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme comme étant un patrimoine culturel immatériel national.

Đàng Sinh Ai Chi, la vice-présidente du Comité populaire du bourg Phuoc Dân, auquel est rattaché Bàu Truc, n’en est pas peu fière. "À Bàu Truc, tout est fait à la main. Ce sont les mains habiles des artisans qui font l’âme et l’unicité des produits de Bàu Truc", dit-elle.

Pour obtenir un objet bien rond, bien équilibré, il faut tourner tout autour, dans une sorte de danse obsessionnelle qui n’est pas sans rappeler les derviches tourneurs: à ce jeu-là, les céramistes font facilement de 5 à 8 kilomètres par jour. Pour la cuisson, là aussi, c’est naturel. Ça se fait en plein air avec du bois, de la paille et de la balle de riz. Et comme elles ne sont pas émaillées, les poteries de Bàu Truc ont des couleurs typiques - rouge-jaune, rouge-rose ou brun - qui fait qu’on les reconnaît du premier coup d’œil. Chaque produit est une œuvre originale, aucun ne ressemblant à un autre, ce qui, bien évidemment, fait toute la différence entre les poteries estampillées Bàu Truc et les autres.

Pour Đàng Thị Đâm, qui est une céramiste du village, tout est affaire de tradition. "À Bàu Truc, le métier se transmet de génération en génération. Dans ma famille, par exemple, je suis de la quatrième génération... On n’utilise aucune machine, ce qui ne nous empêche pas de chercher à diversifier et à améliorer nos produits", explique-t-elle.

Les produits du village de Bàu Truc.
Photo : VOV/VNA/CVN

Le 29 novembre dernier, à l’occasion d’un session de organisée à Rabat, au Maroc, l’UNESCO a inscrit la poterie artisanale du peuple Cham sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Comme n’a pas manquer de le souligner Van Công Hoà, le directeur adjoint du Département de la culture, des sports et du tourisme de la province de Ninh Thuân, cette esquisse de reconnaissance internationale arrive à point nommé...

"Si elle n’est pas protégée, la poterie de Bàu Truc en tant qu’artisanat avec un Amajuscule va péricliter. C’est un patrimoine culturel immatériel unique au monde. Maintenant que l’UNESCO en a fait un patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, le gouvernement vietnamien doit se mettre au diapason et prendre les mesures qui s’imposent", estime-t-il.

Même à l’heure de la modernisation à marche forcée, le village de Bàu Truc reste ce qu’il a toujours été : un haut lieu de l’artisanat dans le sens le plus noble du terme. Les artisans, eux, ne rechignent certes pas à proposer de nouveaux produits plus adaptés aux goûts de notre époque, mais s’ils consentent à faire ainsi un petit pas de côté, ils entendent bien de pas perdre le Nord, leur Nord à eux... 

VOV/VNA/CVN

back to top