La préservation du patrimoine nécessite une stratégie

L’ancienne Cité impériale de Thang Long, témoin durable de l’histoire vietnamienne, représente une valeur inestimable pour les archéologues et chercheurs. Après 20 ans de fouilles et de préservation, le temps est venu de valoriser la citadelle et ses trésors.

La Cité impériale de Thang Long fut édifiée au XIe siècle sous la dynastie des Ly (1009-1225).

La conférence scientifique internationale intitulée "20 ans de recherche, de préservation et de valorisation de la citadelle impériale de Thang Long - Hanoï" a été organisée les 8 et 9 septembre à Hanoï.

C’est l’occasion de faire le point sur les réalisations en matière de gestion, de recherche, de préservation et de valorisation de la citadelle impériale de Thang Long mais aussi de présenter les dernières découvertes archéologiques au palais Kính Thiên.

La diffusion des valeurs inestimables

Cette conférence est également une opportunité pour les personnes impliquées dans la recherche, la préservation et la promotion du patrimoine national et international d’échanger, d’apprendre les uns des autres et de mener des recherches comparatives sur les travaux de restauration des vestiges.

"La recherche et la préservation du patrimoine sont un processus à très long terme qui nécessite une planification et une mise en œuvre stratégiques", a souligné Christian Manhart, représentant en chef du Bureau de l’UNESCO au Vietnam. "Très peu de patrimoines dans le monde témoignent d’une continuité sur le long terme autant que l’ancienne citadelle impériale de Thang Long", a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que la citadelle impériale de Thang Long témoignait de plus de 10 siècles d’échanges et d’influences culturelles de toute l’Asie. Aujourd’hui, les strates archéologiques reflètent les développements successifs des dynasties régnantes. Il existe encore de nombreuses couches archéologiques inexplorées.

Selon la même idée, le président du Comité populaire de Hanoï, Trân Sy Thanh, a indiqué que les fouilles de la citadelle impériale de Thang Long étaient d’une grande envergure dans l’histoire de l’archéologie du Vietnam et de l’Asie du Sud-Est.

La première fouille a été menée en décembre 2002, sur le site archéologique sis 18, rue Hoàng Diêu dans l’arrondissement de Ba Dinh.

Les fouilles de 2002 à 2004 ont révélé des traces de l’architecture du palais et permis de mettre à jour une riche variété d’artefacts du palais impérial de Thang Long. Elles ont aussi révélé des vestiges et des couches culturelles de nombreuses époques, traversant les dynasties et 13 siècles d’histoire.

Souvenirs de la fondation de la capitale "C’est un ensemble des ruines portant une longue histoire culturelle, et comportant des vestiges culturels, historiques et archéologiques typiques. C’est la preuve physique d’un haut niveau de technologie et un ensemble de grande valeur historique, architecturale et artistique", a constaté Trân Sy Thanh.

Zone archéologique dans la Cité impériale de Thang Long, à Hanoï.
Photo : VNA/CVN

Afin de contribuer à une prise de conscience plus profonde et plus globale des valeurs fondamentales de l’ancienne citadelle impériale, notamment en termes d’architecture, de paysages, d’interférences culturelles mais aussi d’œuvrer à la préservation et à la promotion de ses valeurs, le président du Comité populaire de Hanoï a proposé que des experts, des scientifiques et des gestionnaires contribuent, par des idées enthousiastes et créatives et par l’apport de solutions envisageables, à la préservation et la valorisation de ses trésors inestimables.

"Les résultats du colloque serviront de base de données de recherche scientifique à la ville de Hanoï pour l’élaboration d’un plan de restauration et de rénovation des ouvrages architecturaux royaux dans un avenir proche, notamment par l’application de technologie de numérisation du patrimoine", a-t-il déclaré.

De nombreux intervenants nationaux et internationaux ont présenté leurs recherches. Celles-ci ont montré d’excellents résultats au cours des 20 dernières années, et plus encore ces dix dernières années, depuis que le site a été reconnu patrimoine culturel mondial par l’UNESCO. La citadelle impériale de Thang Long est un vestige unique. Dans la longue histoire du Vietnam, elle est le centre politique le plus important des différentes capitales.

En tant que jeune scientifique, le Dr. Pham Lê Huy (Université des sciences sociales et humaines - Université nationale de Hanoï) s’est dit très ému par les résultats des efforts de recherche, de conservation et de valorisation de ce site. Efforts qui, en vingt ans, l’ont amené de ruine constituée d’un "tas de briques brisées" à patrimoine culturel mondial reconnu par l’UNESCO. "Ce n’est pas le mérite d’un individu, mais les efforts de nombreuses générations de chercheurs, ainsi que de diplomates et de politiciens", a-t-il souligné.

Dans un proche avenir, le Centre du patrimoine de la citadelle impériale de Thang Long - Hanoï continuera à promouvoir la construction de modèles 3D de ce monument afin que les gens puissent également le visualiser.

"La valorisation de cette valeur patrimoniale est essentielle pour que la prochaine génération sache que le Vietnam a une tradition culturelle qui s’étend sur des milliers d’années d’histoire", a insisté le Dr. Trân Duc Cuong, président de l’Association vietnamienne des sciences historiques.

Thuy Hà/CVN


Un patrimoine mondial de l’UNESCO


La Cité impériale de Thang Long, qui s’étend sur 18,395 ha, comprend aujourd’hui les bâtiments situés au 19 C, rue Hoàng Diêu, et les vestiges de la zone archéologique au 18, de la même rue, dans l’arrondissement de Ba Dinh, à Hanoï. Selon les archives, elle a été construite sur des terrains drainés du fleuve Rouge et prospère sous les règnes des dynasties des Ly (1010-1225), des Trân (1225-1413) et des Lê (1428-1789). Sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), ce vaste ensemble a été renommé citadelle de Hanoï.
En 1010, le roi Lý Công Uân (Lý Thái Tô, 974-1028) transféra la capitale de Hoa Lu (actuelle province de Ninh Binh, au Nord) à Ðai La (Hanoï actuelle). La tablette xylographique gravée Ðai Viêt su ký toàn thu (Annales du Ðai Viêt), de la dynastie des Nguyên, précise : "En juillet 1010, le roi Ly Công Uân transféra la capitale de Hoa Lu à Ðai La. Dès que le bateau royal débarqua au quai de la citadelle de Ðai La, il vit un dragon d’or s’envoler vers le ciel. Le roi pensa que c’était un bon signe et changea le nom de Ðai La en Thang Long (Dragon qui prend son envol, ndlr)".
Durant son existence, la Cité impériale de Thang Long était le centre névralgique des dynasties, mais aussi le noyau culturel, économique et artistique de Hanoï. Elle témoignait de l’histoire et de la culture des anciens Vietnamiens dans le delta du fleuve Rouge.
Ce vaste ensemble comprend des bâtiments mais aussi d’autres vestiges enfouis. Grâce à de multiples fouilles archéologiques, les experts ont mis à jour des témoignages de la position centrale de l’ancienne cité impériale. Ce site était le centre politique, le siège des dynasties, mais aussi le centre culturel et économique de la capitale.
Le 31 juillet 2010, le secteur central de la citadelle royale de Thang Long a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO.

VNA/CVN

back to top