12/10/2021 16:27
Depuis quelques années, les vêtements traditionnels sont devenus une véritable tendance. Plusieurs créateurs de mode ont décidé d’en faire leur marque de fabrique et de plus en plus de jeunes choisissent ces vêtements à l’ancienne pour leur album souvenir avec les amis ou la famille.
>>Coronavirus : défis des maisons de mode vietnamiennes
>>Des matières traditionnelles à l’honneur

Des créations de la société Y Vân Hiên.
Photo : YVH/CVN

Si chaque dynastie avait son code vestimentaire, c’est celle des Nguyên (1802-1945) qui a légué le patrimoine le mieux préservé. Trân Thi Thùy Linh, qui est une styliste hanoïenne, s’en inspire beaucoup.

"J’ai reconstitué des vêtements de mariage de la dynastie des Nguyên, ceux qui étaient destinés à la famille royale et aux mandarins. J’ai aussi reproduit des vêtements de reines et de princesses et des costumes de type tenue de ville pour hommes et femmes, qui intéressent beaucoup les jeunes d’aujourd’hui", indique-t-elle.

Trân Thi Thùy Linh travaille pour la société Y Vân Hiên qui réunit des jeunes passionnés par l’art vestimentaire ancien. Avec ses collègues, elle participe à toutes les fêtes reconstituant des rites traditionnels organisées à Hanoï. C’est lors d’une de ces fêtes que nous avons rencontré Nguyên Thu Hiên, une cliente d’Y Vân Hiên.

"Je porte la tenue de ville typique à cinq pans de la dynastie des Nguyên. Faite de brocart bleu, avec de petites fleurs rouges, elle est très élégante et convient parfaitement à la solennité des cérémonies, dit-elle avec fierté. C’est grâce aux réseaux sociaux que beaucoup de jeunes, et moi-même, avons remarqué la beauté des habits traditionnels. J’ai d’ailleurs été approchée par quelques personnes voulant savoir où j’ai pu me procurer ce costume".

Pour attirer les clients, les stylistes sont toujours prêts à leur expliquer la signification de chaque vêtement.

"Les habits traditionnels, qui comprennent cinq pans, se portent par couches superposées. C’est la vision de nos ancêtres de la vie familiale qui exige beaucoup de respect et de délicatesse dans le traitement porté aux uns et aux autres", indique Khang Huy.

Sans toucher ni à la forme ni à la signification des tenues traditionnelles, le travail des stylistes d’aujourd’hui consiste à les rendre plus confortables. Outre des vêtements pour la famille royale, Nguyên Thi Huong, propriétaire de la marque Huong Bridal, propose également des habits en soie brodés pour mandarins et nobles.

"Nous produisons beaucoup de tuniques pour hommes et femmes destinées à la cérémonie de demande de la main. Cette année, les jeunes couples préfèrent les tuniques du temps monarchique, sur lesquelles sont brodés des flamants et des lotus symbolisant la chance", dit-elle.

Les vêtements traditionnels sont devenus à ce jour un sujet de discussion qui intéresse autant les jeunes férus de mode que les institutions culturelles. Certains chercheurs sont allés jusqu’à proposer aux autorités compétentes de faire de la tunique à cinq pans le costume officiel des hommes vietnamiens, à la place du complet-cravate à l’occidentale.

VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus dans l’objectif du photographe Trần Bích

Quang Nam et Dà Nang prêtes à accueillir les touristes internationaux La ville de Dà Nang (Centre) envisage l'accueil des touristes étrangers à partir de novembre dans le contexte que la pandémie de COVID-19 est sous contrôle. De son côté, la province de Quang Nam a soumis une demande écrite au Premier ministre sur l'accueil des visiteurs internationaux.