29/01/2020 15:34
Sept balles de match... contre lui et finalement une victoire arrachée malgré un physique chancelant : Roger Federer s'en est vraiment sorti de justesse mardi 28 janvier face au 100e mondial Tennys Sandgren, mais il affrontera bien Novak Djokovic en demi-finales de l'Open d'Australie.
Le Suisse Roger Federer lors de son quart de finale de l'Open d'Australie face à l'Américain Tennys Sandgren, à Melbourne, le 28 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Serbe de 32 ans et le Suisse de 38 ans s'affronteront pour la 50e fois. Djokovic mène 26 victoires à 23, mais le dernier match a été remporté par le Suisse au Masters de Londres en novembre. En Grands Chelems toutefois, c'est Djokovic qui s'est imposé le dernier, en finale de Wimbledon 2019 après avoir sauvé deux balles de match.

"Il faudra que je joue mieux en demies, parce que sinon, c'est sûr que je vais pouvoir aller skier !", a plaisanté Federer mardi 28 janvier.

Il s'est encore fait très très peur avant de s'imposer 6-3, 2-6, 2-6, 7-6 (10/8), 6-3, et 3 heures 31 minutes d'un drôle de combat, lui qui avait déjà bataillé cinq sets et 4h00 au 3e tour face à l'Australien John Millman.

"J'ai été incroyablement chanceux aujourd'hui, j'ai joué de mieux en mieux au fur et à mesure que le match avançait et que la pression baissait", a reconnu le Bâlois, qui a sauvé trois balles de match à 4-5 dans le 4e set, puis encore quatre, dont trois consécutives dans le jeu décisif de cette 4e manche.

Af ce moment, "je me suis dit +je crois aux miracles+", a-t-il raconté, avant d'admettre : "celle-là de victoire, je ne la méritais pas, mais je suis là... et évidemment je suis très content".

L'homme aux 20 titres du Grand Chelem avait déjà sauvé 7 balles de match avant de s'imposer lors d'un match contre Scott Draper à Cincinnati... en 2003.

Rambo des courts

L'Américain Tennys Sandgren face au Suisse Roger Federer en quart de finale de l'Open d'Australie, à Melbourne, le 28 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Cette fois, il avait face à lui un Tennys Sandgren en mode Rambo des courts. Short camouflage blanc et vert, T-shirt sans manches d'où dépassent des épaules et des bras de chasseur d'ours à mains nues, bandana vert noué autour du front... l'Américain était là pour se battre. Il ne manquait que les balafres, mais de longues bandes adhésives noires lui descendaient le long de la cuisse gauche jusqu'au-dessous du genou.

Et le combat a bien failli basculer en sa faveur, surtout que Federer n'était pas au mieux physiquement.

"Parfois, on se sent un peu bizarre. Je ressentais une gêne à l'aine, ma jambe se raidissait un peu... je n'aime pas faire appel au médecin, je n'aime pas montrer mes faiblesses", a-t-il commenté.

Son prochain adversaire connaît ses points forts et ses faiblesses à force d'écrire avec lui la légende du tennis.

"Roger est un de mes deux principaux rivaux. C'est grâce à Rafa (Nadal, ndlr) et lui que je suis le joueur que je suis. J'espère avoir au moins une balle de match (rires)... mais que le meilleur gagne !", a lancé Djokovic.

Barty prend sa revanche

L'Australien Ashleigh Barty (gauche) lors de son quart de finale de l'Open d'Australie face à la Tchèque Petra Kvitova, à Melbourne, le 28 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

La demi-finale du haut du tableau féminin opposera la No1 mondiale Ashleigh Barty à Sofia Kenin (15e).

Barty, 23 ans et lauréate de son premier tournoi du Grand Chelem l'an dernier à Roland-Garros, a pris sa revanche sur la Tchèque Petra Kvitova (7e) qui l'avait battue au même stade des quarts l'an dernier à Melbourne avant d'atteindre la finale.

Et quelle revanche : 1 heure 44 minutes de bras de fer dont 69 minutes pour le seul premier set !

"Ca a été vraiment incroyable. Je savais qu'il fallait que je sois à mon meilleur niveau contre Petra et le premier set a été crucial", a déclaré l'Australienne.

Kenin a, elle, écarté la Tunisienne Ons Jabeur (78e) 6-4, 6-4 et jouera pour la première fois à 21 ans une demi-finale de Grand Chelem.

"Ca va être un super match, j'ai hâte d'y être", a lancé l'Américaine née à Moscou mais qui a rejoint New York enfant avant de s'établir en famille en Floride.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Mót Hôi An : quand jus de citron rime avec tourisme local Si le jus de citron est une boisson bien ordinaire, le restaurant Mót à Hôi An en a créé sa propre recette pour devenir une des adresses les plus fréquentées de cette vieille ville de la province de Quang Nam (Centre).