Nouveau coup d’accélérateur sur la vaccination

Hô Chi Minh-Ville accélère la 6e phase de sa campagne de vaccination contre le COVID-19, désormais ouverte aux plus de 18 ans. Environ 70% de ses habitants devraient recevoir une première dose d’ici fin août.

>>Hô Chi Minh-Ville, épicentre de la lutte contre le coronavirus

>>Quand la solidarité vient renforcer le système de santé

>>Les systèmes de santé public et privé main dans la main

>>Un vaccin et un médicament porteurs d’espoir

Le ministère de la Santé a autorisé Hô Chi Minh-Ville à faciliter, à titre expérimental, la procédure médicale de vaccination.

Face à sa situation pandémique préoccupante, caractérisée par une hausse des contaminations et des cas critiques, Hô Chi Minh-Ville compte plus que jamais sur la 6e phase de sa campagne de vaccination, qui a commencé le 3 août, pour faire reculer le danger.

Ouverte à tous les plus de 18 ans, cette campagne s’étend progressivement à tous les citoyens en continuant de donner la priorité aux forces en première ligne du combat sanitaire, aux personnes les plus fragiles face au virus ou susceptibles de développer des formes graves de la maladie.

Une course contre la montre

"Si le rythme de la vaccination est lent, c’est à cause de notre faute envers le peuple", a indiqué le président de la République, Nguyên Xuân Phuc, lors d’une récente séance de travail avec les autorités municipales. Il s’agit d’une course contre la montre, compte tenu de la gravité de la situation. C’est pour cette raison que le chef de l’État a demandé au ministère de la Santé de mettre en œuvre d’urgence ses instructions pour ajuster le processus de vaccination, conformément aux exigences et à la situation épidémique réelle.

"Le gouvernement reste aux côtés des autorités et de la population de Hô Chi Minh-Ville et s’efforce de chercher des solutions pour résoudre ses difficultés d’approvisionnement en vaccins", a déclaré le Premier ministre Pham Minh Chinh. Si le double objectif, qui consiste à lutter contre le COVID-19 tout en maintenant l’économie à flot, est toujours d’actualité, "la protection de la santé des habitants reste la priorité", a-t-il souligné.

AstraZeneca est l'un des cinq vaccins contre le COVID-19 autorisés par le Vietnam pour une utilisation d'urgence.

Depuis l’apparition de la 4e vague épidémique, la ville a effectué cinq phases de vaccination, pour un total d’environ 1,95 million de personnes, dont quelque 70.000 ayant reçu deux injections.

Lors de cette 6e phase, elle espère mobiliser environ 5,5 millions de doses, permettant d’augmenter largement le nombre de personnes d’entièrement vaccinées.

D’après le secrétaire adjoint permanent du Comité municipal du Parti, Phan Van Mai, afin d’atteindre l’immunité communautaire le plus rapidement possible, la ville réorganisera la vaccination et mobilisera davantage de ressources. D’ici fin août, si l’approvisionnement est garanti, il assure que la ville aura une couverture vaccinale de 70% à 80% pour les plus de 18 ans.

Dans l’optique d’accélérer la 6e phase de la campagne de la vaccination à Hô Chi Minh-Ville, le ministre de la Santé, Nguyên Thanh Long, a donné le feu vert à cette localité de faciliter, à titre expérimental, la procédure médicale de vaccination. Cela veut dire que les personnes âgées de moins de 65 ans et n’ayant aucun problème médical sous-jacent ne devraient pas avoir à subir un examen de santé avant de se faire vacciner contre le COVID-19. Les gens en bonne santé et ne présentant pas de symptôme après leur vaccination, seront autorisés à quitter le site de vaccination en moins de 30 minutes.

Selon le Service municipal de la santé, la procédure de vaccination raccourcie pourrait permettre de gagner du temps, ce qui signifie que davantage de personnes pourraient recevoir des doses sur le même site et que travailleurs médicaux pourraient terminer leur travail sur un site et passer à un autre.

Face à l’urgence de la situation, le gouvernement est prêt à mobiliser du personnel de santé supplémentaire : "Si la ville est confrontée à une pénurie de personnel de vaccination, nous mettrons à disposition davantage de travailleurs médicaux pour aider", a déclaré le ministre de la Santé.

Une campagne ouverte à tous

Un Chinois se fait vacciner dans la mégapole du Sud.

Le vice-président du Comité populaire municipal Duong Anh Duc a indiqué que les habitants peuvent s’inscrire à la vaccination de deux manières : soit sur papier, au niveau des quartiers ou des communes, soit sur le portail web dédié à la vaccination : https://tiemchungcovid19.gov.vn.

La ville déploie actuellement 1.200 équipes de vaccination. Parmi eux, des centaines d’équipes d’urgence mobiles sont prêtes à intervenir en cas de réactions post-injections. Elles effectuent la tâche même la nuit.

Nguyên Minh Hang, âgée de 82 ans, domiciliée dans l’arrondissement de Phu Nhuân, a manifesté sa joie de pouvoir recevoir sa première dose : "Après l’injection, j’ai attendu 30 minutes avant de rentrer chez moi. J’ai senti que j’étais encore en bonne santé, aucune réaction grave n’est survenue. À mon avis, les personnes âgées comme moi devraient de toute urgence aller se faire vacciner pour se protéger et protéger la communauté".

La vaccination connaît également un regain d’intérêt de la part des étrangers résidant dans la mégapole du Sud. "Bien que je sois étranger, je peux me faire vacciner. J’en suis très reconnaissant. Le gouvernement vietnamien en général et les autorités du 7e arrondissement accordent un intérêt important à la prise en charge et au soutien des étrangers. C’est formidable de voir la communauté des Sud-Coréens et des étrangers vivant dans notre arrondissement bientôt être vaccinés", s’est réjoui le Sud-Coréen Yun Sung Hyun.

D’après Duong Anh Duc, la vaccination gratuite est proposée non seulement à l’ensemble des citoyens vietnamiens mais aussi à tous les étrangers résidant à Hô Chi Minh-Ville. Après leurs deux injections, ils recevront un certificat de vaccination numérique par e-mail avec toutes les informations sur le type de vaccin, la date d’injection des deux doses. Ce certificat sera rédigé en anglais, français et vietnamien, avec un code QR pour éviter les contrefaçons, facilitant ainsi les déplacements vers leurs pays d’origine.

Espérons que tous ces efforts puissent amener une meilleure maîtrise de l’épidémie.

Texte et photos : Phuong Nga - Quang Châu/CVN

back to top