20/11/2011 03:12
La protection de l'environnement en zone rurale permettra de contribuer à l'édification de la "Nouvelle campagne" ainsi qu'à l'amélioration des conditions de vie des habitants. Ce qui exige des mesures efficaces.
Le pays compte actuellement 2.017 villages de métiers, dont 30% dans les provinces du Nord, d'envergures de production modestes. La pollution de l'air et de l'eau y est souvent importante.

Les données de l'Institut de sciences et technologies de l'environnement ont montré que tous les échantillons d'eaux usées prélevées dans ces villages de métiers dépassaient les normes nationales. La pollution de l'air est aussi souvent importante, due à l'utilisation de charbon et de bois. Les quelque 5.000 établissements de traitement des produits agricoles en zone rurale rejettent un grand volume de déchets solides et liquides qui polluent gravement l'air, l'eau et les sols, avec des conséquences graves sur la santé humaine.

L'aquaculture est une filière très polluante. Le pays compte plus d'un million d'hectares de bassins aquacoles, qui produisent 2,8 millions de tonnes/an. En ce qui concerne l'agriculture, outre les déchets organiques, un grand volume de déchets solides sont rejetés sans traitement dans l'environnement.

Selon le directeur adjoint du Service des ressources naturelles et de l'environnement de la province de Nam Dinh (delta du fleuve Rouge), Phan Van Phong, les zones rurales de cette province rejettent chaque jour environ 530 tonnes d'ordures ménagères, 13,6 tonnes de déchets de construction et 142 tonnes d'ordures d'usines. Parmi les déchets ménagers, 66,5% sont biodégradables.

Dans la province de Vinh Phuc (Nord), le grand nombre de villages de métiers, surtout de production familiale, crée des problèmes de pollution d'année en année plus prégnants.

Le Service de l'agriculture et du développement rural de la province de Hung Yên (Nord) fait savoir que la quantité annuelle de déchets en zone rurale est de 120.554 tonnes, dont 60% sont collectés.

Environ 70% de la population nationale vit à la campagne, qui contribue à plus de 24% du PIB et 30% de la valeur d'exportation du pays. L'économie agricole connaît une croissance de 4,5% par an, contribuant à la lutte contre la pauvreté ainsi qu'au changement de physionomie des campagnes.

Nécessité de mesures efficaces

Afin de réduire la pollution, il faut agir à différents niveaux : planification et réorganisation des villages de métiers, assistance financière pour moderniser les équipements, création d'organisations de gestion de l'environnement rural, sanction contre les établissements polluants...

Aux dires d'experts, les établissements de transformation des produits agro-sylvicoles doivent respecter les normes en matière d'eaux usées, investir dans la modernisation de leurs technologies... Afin de préserver la qualité de l'air, de l'eau et des sols en zone rurale, la filière aquacole et de l'élevage doit appliquer des méthodes non polluantes. Il faut aussi que les paysans soient plus soucieux des questions d'hygiène alimentaire et d'environnement, et agissent en ce sens de leur propre chef et non pas seulement parce qu'ils y sont poussés par des réglementations. Le temps où chacun agissait égoïstement sans penser aux conséquences de ses négligences sur la communauté, actuelle ou future, est révolu, ou doit l'être au plus tôt.

Ces derniers temps, l'État s'intéresse beaucoup à la protection de l'environnement en zone rurale. Ainsi, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural vient d'approuver le projet d'"Adduction d'eau et d'hygiène environnementale en région rurale, période 2011-2014 " et un programme d'action 2011-2015 pour faire face au réchauffement climatique.

Hanoi, exemplaire dans la protection de l'environnement

Viêt Hoàng/CVN
20/11/2011


Appliquant le mot d'ordre "Protéger l'environnement est de la responsabilité de tous", Hanoi a accentué ces dernières années ses campagnes de communication sur la protection de l'environnement, l'édification d'un environnement en zone rurale "vert, propre et beau".

Le programme "Ramasser, trier et traiter les déchets", de l'Association des paysans de Hanoi et le Centre d'environnement rural, en est un bon exemple. Mis en route l'année dernière dans la commune de Phuong Tu, district de Ung Hoà, il vise à trier et collecter la totalité des ordures ménagères. Les six hameaux de Phuong Tu possèdent un groupe chargé de la collecte des déchets.

Un programme identique est réalisé depuis 2009 dans la commune de Dai Dông (district suburbain de Thach Thât). Chaque famille a reçu deux poubelles, l'une pour les déchets biodégradables et l'autre pour les déchets solides. Des activités autour de la protection de l'environnement sont souvent organisées. La totalité du volume de déchets est triée.

Le projet "Traiter les déchets et les eaux usées de l'élevage et des villages de métiers", déployé dans plus en plus de districts suburbains, attire un nombre croissant d'habitants locaux, bien conscients des problèmes et résolus à les résoudre.

Le président de l'Association des paysans de Hanoi, Trinh Thê Khiêt, considère que plus de programmes de ce type dévraient être lancés. "Renforcer la communication et sensibiliser, guider le triage ainsi que le recyclage des déchets sont indispensables", confie-t-il.
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

La plage de Dâm Trâu (Côn Dao) parmi les plus belles du monde La plage de Dâm Trâu (Côn Dao, Bà Ria - Vung Tàu) a reçu beaucoup d'attention pour son emplacement particulier et ses paysages naturels.