02/01/2021 08:25
Le Partenariat régional économique global - RCEP - donne au Vietnam et aux autres pays de l’ASEAN une grande opportunité de devenir un noyau d’attraction des investissements. Entretien avec le ministre de l’Industrie et du Commerce, Trân Tuân Anh.
>>Le RCEP, la plus grande alliance commerciale du monde
>>Les entreprises vietnamiennes attendent avec impatience

Quels sont la participation du Vietnam aux négociations du RCEP et son rôle en tant que président de l’ASEAN en 2020 ?

À mon avis, le plus impressionnant est la cohésion et la communion parfaite entre les pays de l’ASEAN pour répondre aux questions majeures régionales et mondiales, conformément au thème de l’année de présidence vietnamienne : "Cohésion et Réactivité". Le Vietnam a bien assumé son année de présidence de l’ASEAN 2020 et a reçu le consensus des autres pays du bloc.

Le RCEP crée la plus grande zone de libre-échange au monde, représentant 30% du PIB mondial avec 2,2 milliards de consommateurs. L’accord a ouvert une nouvelle entité et un nouveau modèle de commerce et d’économie, formant la base d’un cadre de commerce libre et équitable pour protéger les intérêts des nations, en particulier des pays en développement comme le Vietnam. Dans le contexte de pandémie, malgré maintes difficultés, le Vietnam et d’autres partenaires ont tout fait pour conclure l’accord.

2020 devient une année historique, en témoigne la signature de l’accord de libre-échange entre l’ASEAN et ses cinq pays partenaires : la République de Corée, la Chine, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les signataires du RCEP estiment que si dans l’avenir l’Inde décide de revenir dans le traité, ce pays apportera une contribution énorme à la stabilité, à la paix et à la prospérité de la région.

Quelle est l’importance du RCEP pour le Vietnam et ses partenaires ?

L’accord va aider à restructurer et repositionner les chaînes d’approvisionnement et les chaînes de valeurs mondiales, donnant aux petites et moyennes entreprises la possibilité de recalculer et de reconstruire leurs stratégies opérationnelles. Le Vietnam possède une économie ouverte, dynamique et est 25e exportateur mondial. L’accord constitue donc une excellente occasion pour le pays de participer à la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Concernant l’élargissement du marché de marchandises, du commerce, le Vietnam n’a pas d’engagements qui vont au-delà des paramètres qu’il dispose dans le cadre des accords de libre-échange signé avec les partenaires au sein de l’ASEAN. La pression concurrentielle des marchandises sur le marché intérieur n’est pas trop lourde pour les entreprises et les consommateurs. Les fondements et objectifs du RCEP se basent sur trois principes : l’harmonisation des procédures d’origine contrôlée, la facilitation et la libéralisation des échanges pour créer un environnement favorable permet-tant la connexion des économies afin d’accroître la capacité de production, l’édification de l’ASEAN pour devenir une région économique clé.

Avec d’autres accords de libre-échange comme le CPTPP et l’EVFTA, le RCEP continuera certainement à promouvoir plus efficacement la réforme du Vietnam. Avec d’autres pays de l’ASEAN, le Vietnam pourra, à l’avenir, être le centre d’attraction des investissements étrangers, surtout de la part des pays partenaires dans l’accord. Cela aidera le pays à améliorer sa capacité de production et sa compétitivité.

Le RCEP permettra de développer de nouvelles chaînes d’approvisionnement auxquelles les entreprises vietnamiennes pourront participer.
Photo : VNA/CVN

Sur le plan économique, qu’a fait le Vietnam durant son année de présidence de l’ASEAN en 2020 ?

Je peux affirmer que 2020 constituera un jalon important pour notre pays bien que ce soit une année difficile en raison de la rotation de la présidence de l’ASEAN en pleine crise sanitaire. Dans un contexte politique compliqué dans le monde et de nombreux changements dans le processus de négociation du RCEP, depuis le début de l’année, le Vietnam a fait de gros efforts pour la signature du RCEP, le 15 novembre à Hanoï, après huit ans de négociations.

Bien que le COVID-19 ait influencé notablement l’économie ainsi que les activités durant l’année 2020 où le Vietnam assume la présidence de l’ASEAN, nous avons réussi à réaliser 8 des 13 priorités pour le bloc ainsi que pour les coopérations entre celui-ci et ses partenaires. Le Vietnam et d’autres nations affrontons de manière proactive les problèmes globaux comme le changement climatique ou la pandémie.

My Anh - Duc Duy/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang coopèrent dans le tourisme Trois provinces de Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang (Nord) s’engagent à accélérer leur coopération interprovinciale pour développer le tourisme, en particulier le tourisme spirituel avec comme principal atout : le complexe paysager de Yên Tu.