21/06/2021 07:07
Le recours au télétravail est la solution choisie par les organes de presse pour maintenir la production du contenu et assurer la sécurité des journalistes pendant la pandémie de COVID-19.
>>La presse, pilier de la lutte anti-COVID
>>Des jours intenses pour les journalistes à Bac Giang
>>La VNA s’engage contre les fausses informations
>>Les journalistes au temps du COVID-19

Les journalistes respectent les règles de distanciation.

À 08h00 du matin. La rédaction du Courrier du Vietnam (CVN), le seul journal en français du Vietnam, publié par l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA), est très calme. COVID-19 oblige, peu de journalistes et d’employés travaillent au bureau.

En effet, la direction du journal a décidé de mettre en place le télétravail. Lors de la période de distanciation sociale liée à l’épidémie, une grande partie des activités ont été interrompues et les habitants ont dû rester chez eux, mais les journalistes n’ont d’autre choix que d’assurer leur devoir d’information.

Une nouvelle tendance 

Le travail à distance minimise la concentration des employés et leurs contacts directs au bureau. Pour assurer la publication du journal, le CVN met en œuvre les technologies de l’information dans la direction et l’administration : toutes les réunions sont effectuées en ligne et la communication entre les journalistes et la direction est réalisée via les applications Viber, Messenger ou encore Zalo...

Le CVN a progressivement évolué en un petit groupe de communication multimédia offrant trois produits : un hebdomadaire, un journal en ligne et une émission télévisée (Espace francophone) diffusée chaque semaine sur la chaîne de télévision Vnews de la VNA. Parmi ces trois médias, le journal en ligne permet le mieux de travailler à domicile. Les journalistes rédigent les articles chez eux et réalisent une permanence durant laquelle les informations sont constamment actualisées à distance grâce à la mise en œuvre du système de gestion de contenu (Content Management System en anglais ou CMS en version abrégée). Cet ensemble de logiciels réunis sur une plate-forme permet de créer, d’administrer et de publier du contenu sur le site web.

Pour l’hebdomadaire, les reporters et techniciens ont mis en place des créneaux alternatifs bureau-domicile afin d’assurer  la sécurité sanitaire de tous. Chaque jour, seulement la moitié des journalistes sont présents au bureau pour faire la correction et la relecture des articles après que les techniciens les aient mis en page. Les restants rédigent leurs articles à domicile. Tous les employés travaillant au bureau doivent respecter les règles sanitaires : port du masque, désinfection des mains, distanciation...

"J’apprécie le télétravail car il nous permet non seulement de respecter les règles de prévention de la pandémie mais aussi de continuer d’assurer nos fonctions de journalistes. Nous utilisons les applications comme Viber et Zalo pour communiquer entre nous, ce qui garantit une collaboration harmonieuse entre les membres du journal et le maintien des activités", a partagé My Anh, journaliste de l’équipe hebdomadaire.

"Je rédige les articles à domicile, puis les envoie aux correcteurs français avant de les transmettre aux responsables du contenu du magazine. Tout est effectué par courriel", a-t-elle ajouté.

Les technologies de l’industrie 4.0

Au bureau, les journalistes de la télévision utilisent des ordinateurs réservés à l’équipe dans lesquels sont installés des programmes, un CMS approprié et le système de connexion avec le Centre de télévision de la VNA. Mais dans le contexte actuel et afin de respecter la réduction du nombre d’employés présents dans le même espace au même moment, l’équipe de la télévision est obligée de changer un peu ses habitudes de travail. "Nous faisons chez nous des textes et les envoyons aux correcteurs français par courriel. Nous ne venons au bureau que pour travailler les images et monter le programme", a confié Phuong Mai, cheffe de l’équipe de la télévision.

Le télétravail, la solution pour maintenir la continuité des activités dans le contexte de crise sanitaire.

En raison de l’évolution compliquée de l’épidémie, les journalistes qui réalisent des reportages à l’extérieur doivent strictement respecter le règlement concernant la prévention du COVID-19. "Les journalistes, cameramans ainsi que les personnes interviewées doivent porter obligatoirement un masque", a affirmé Mme Mai.

"J’apprécie le mode de travail à distance durant cette 4e vague de COVID-19. Si tout est bien préparé, il n’y aura aucune difficulté. Je recherche les thèmes des reportages, je contacte les personnes par téléphone et je rédige les articles à la maison", a informé Vân Anh, cheffe adjointe de l’équipe de la télévision. "Une fois les textes corrigés, je n’ai plus que le montage à faire au bureau. J’échange avec mes collègues à travers les applications Viber et Zalo. C’est facile ! On n’a pas besoin de se rencontrer en direct pour assurer le travail", a-t-elle confirmé.

Le Centre de télévision de la VNA dispose actuellement d’une zone d’isolement juxtaposée au bureau ordinaire. Les reporters, techniciens et cameramans y travaillent afin d’assurer la sécurité des autres membres de l’équipe. Tous les reporters qui reviennent des foyers épidémiques ou qui ont eu des contacts avec des patients ou des cas suspects de contamination sont quant à eux en télétravail.

Dans ce contexte actuel, la direction de la VNA ne permet le travail en présentiel qu’à un tiers seulement de son effectif d’employés et de reporters. Le travail à distance est actuellement une solution efficace pour assurer un environnement favorable et sécurisé. Cette initiative est mise en œuvre en adéquation avec l’ère de l’industrie 4.0 dans laquelle non seulement la VNA mais tous les organes de presse évoluent.
 
Texte et photos : Mai Huong/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.