Le savoir-faire traditionnel d’un couple d’artisans Bahnar

Dinh Bi et son épouse Dinh Thi Hiên habitent dans le village de Kgiang, province de Gia Lai, sur les hauts plateaux du Centre. Malgré leur âge, ces artisans sexagénaires travaillent toujours et œuvrent à préserver le tissage traditionnel de leur ethnie Bahnar.

>>Un jeune Bahnar cherche à valoriser les brocatelles traditionnelles

>>Préserver le tissage de brocatelle des Bahnar

Le village de Kgiang du district de Kbang est connu pour la pratique du tissage de brocatelles et la fabrication artisanale de hottes en bambou et rotin. En le visitant, les touristes peuvent entendre les bruits des métiers à tisser ou même voir les artisans assis dans la cour de la maison tresser le bambou ou le rotin.

Si l'artisan Dinh Bi est fort en fabrication d’articles de bambou et de rotin, sa femme Dinh Thi Hiên est très habile dans le tissage de brocatelles. D’après elle, pour que les brocatelles gardent leur authenticité, elles doivent être faites en matières premières traditionnelles. Raison pour laquelle alors que plusieurs familles du village utilisent du fil industriel pour simplifier les étapes de fabrication, elle reste fidèle à la méthode traditionnelle : cultiver du cotonnier pour le filage. La maison du couple devient la meilleure adresse pour découvrir l’artisanat traditionnel des Bahnar à Gia Lai.

Dinh Bi, 65 ans, un artisan chevronné maîtrisant bien le tressage d’articles en bambou et rotin.
Des hottes bien faites de l'artisan Dinh Bi.
Dinh Thi Hiên, experte dans le tissage de brocatelles.
Le tissage est un travail quotidien des femmes Bahnar.
Les brocatelles des Bahnar.


Texte et photos : Quang Thai - Linh Thao/VNA/CVN