La Banque centrale américaine en ordre de bataille pour endiguer l'inflation

La Banque centrale américaine s'est montrée optimiste mercredi 15 décembre sur la croissance aux États-Unis et a annoncé le retrait accéléré de son soutien à l'économie, se préparant désormais à relever ses taux d'intérêt dès l'année prochaine pour tenter de contenir l'inflation vertigineuse.

>>La Banque centrale américaine annonce ce mercredi son plan anti-inflation

>>L'inflation aux États-Unis risque de durer plus que prévu, prévient le patron de la Fed

Le bâtiment de la Réserve fédérale (Fed) à Washington.
Photo : AFP/VNA/CVN

La hausse généralisée des prix à la consommation, qui s'avère plus tenace que prévu, pénalise durement les ménages aux États-Unis. C'est aussi devenu un obstacle majeur pour le président Joe Biden, qui a promis d'inverser la tendance.

Mais ses marges de manoeuvre sont limitées. La hausse des taux d'intérêt, qui ralentit la demande en augmentant les coûts d'emprunt, est l'outil le plus efficace pour tempérer la poussée inflationniste.

Aussi la Réserve fédérale (Fed) a-t-elle décidé de passer à la vitesse supérieure en avançant de quelques mois la fin de la réduction d'achats d'actifs ("tapering"), condition préalable à la hausse des taux, a-t-elle annoncé mercredi 15 décembre à l'issue de la réunion de deux jours de son comité monétaire, le FOMC. Cette diminution du soutien monétaire s'achèvera en mars et non en juin, comme prévu initialement.

"Avec des pressions inflationnistes élevées et un marché du travail qui se renforce rapidement, l'économie n'a plus besoin d'augmenter son soutien", a justifié mercredi 15 décembre le président de la Fed Jerome Powell, lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion.

Lorsque les achats seront ramenés à zéro, "il ne devrait pas y avoir besoin (...) de long délai" avant la première hausse des taux, a souligné Jerome Powell, sans donner plus de précision.

Plein emploi en 2022

Les responsables de l'institution sont désormais unanimes sur la nécessité de relever les taux dès 2022. Une majorité d'entre eux anticipe même jusqu'à trois hausses en 2022.

Ils veulent toutefois maintenir des taux bas jusqu'au retour du plein emploi, ce qui devrait en effet intervenir l'année prochaine, selon leurs nouvelles prévisions. Le taux de chômage devrait tomber à 4,3% cette année et à 3,5% en 2022, comme en février 2020, avant la propagation de la pandémie aux États-Unis.

L'institution, qui avait porté secours à l'économie en un temps record au printemps 2020, prend désormais acte qu'il y a urgence à agir alors que l'inflation a atteint 6,8% en novembre en glissement annuel. Du jamais vu depuis juin 1982. C'est aussi très supérieur à sa cible de l'ordre de 2% considérée comme saine pour l'économie.

Mais la Fed avance prudemment, car une remontée brutale des taux d'intérêt pourrait compromettre la croissance déjà ralentie par les variants du COVID-19.

De plus, si la hausse du taux directeur est un outil efficace pour faire reculer l'inflation, son effet n'est pas immédiat. Généralement, l'impact est tangible 6 à 12 mois plus tard.

Et la question est de savoir dans quelle proportion les taux d'intérêt, actuellement compris dans la fourchette de 0% à 0,25%, seront relevés.

Selon les nouvelles projections de la Fed, la croissance américaine s'élèvera en 2021 à 5,5% contre 5,9% projeté en septembre.

Jerome Powell, qui dirigeait sa première réunion monétaire depuis sa reconduction dans ses fonctions par la Maison Blanche, a toutefois dressé le tableau d'une économie américaine à même de supporter ce resserrement monétaire.

"L'activité économique est en passe de se développer à un rythme soutenu cette année, reflétant les progrès en matière de vaccinations (contre le COVID) et la réouverture de l'économie", a-t-il déclaré, ajoutant que "la demande globale reste très forte".

Inflation et Omicron

Le variant Omicron, cependant, qui se propage rapidement et a poussé certains pays à réimposer des restrictions, est un risque pour la reprise, a-t-il reconnu.

Le patron de la Fed a ainsi insisté sur la nécessité de faire preuve d'adaptabilité, compte tenu des nombreuses incertitudes.

Y compris l'incertitude politique ambiante. Joe Biden, qui n'a plus la cote dans l'opinion, est accusé par l'opposition républicaine et jusque dans son camp démocrate, d'alimenter l'inflation en injectant trop de liquidités dans l'économie.

En mars dernier, il avait promulgué un plan d'urgence de 1.900 milliards d'USD après plus de 3.600 milliards injectés en 2020.

Mi-novembre, il a signé un plan d'infrastructures de 1.200 milliards. Il pousse désormais pour un plan de réformes sociales et environnementales de quelque 1.800 milliards.

C'est trop, disent les républicains. Ces derniers plans s'étalent sur une décennie, se défend l'administration Biden, qui les qualifie même d'anti-inflationnistes.

Interrogé sur ces différents plans, Jerome Powell a refusé de donner sa position: "nous prenons la politique budgétaire telle qu'elle est et nous ne la commentons pas. (...) Ce n'est pas notre rôle".

AFP/VNA/CVN

back to top