15/04/2021 15:48
L’émissaire américain pour le climat est le premier haut responsable de l’administration Biden à se rendre en Chine.
>>Les États-Unis veulent augmenter leurs financements climatiques

L’émissaire américain pour le climat John Kerry, le 10 mars à Paris. 
Photo : AFP/VNA/CVN
L’émissaire américain pour le climat John Kerry a entamé jeudi 15 avril à Shanghai ses entretiens avec ses homologues chinois, à une semaine du sommet virtuel prévu par Joe Biden afin de répondre à l’urgence climatique. Dans un contexte de fortes tensions sino-américaines, il s’agit de la première visite en Chine d’un haut responsable de l’administration Biden depuis l’entrée en fonctions du nouveau président des États-Unis en janvier.

L’ancien secrétaire d’État américain est arrivé dans la capitale économique chinoise et s’entretient avec de hauts responsables dans un hôtel de la ville, a rapporté le consulat des États-Unis à Shanghai. Ces entretiens sont à huis clos et aucun contact n’est prévu pour l’heure avec la presse, selon la même source. La visite de John Kerry en Chine doit s’achever samedi 17 avril, avant une étape de l’émissaire américain en Corée du Sud.

La diplomatie chinoise a précisé mercredi 14 avril que John Kerry s’entretiendrait à Shanghai avec son homologue chargé du dossier, Xie Zhenhua. Objectif de Washington : préparer le sommet virtuel sur le climat, prévu les 22 et 23 avril à l’initiative du président américain, qui a rejoint dès son arrivée à la Maison-Blanche l’accord de Paris de 2015 sur le climat. Son homologue chinois Xi Jinping n’a pas encore confirmé sa participation à cet événement.

La Chine "assume désormais la responsabilité de la gouvernance mondiale du climat" et ne se laissera pas embrigader dans une initiative climatique américanocentrée, a averti jeudi 15 avril le quotidien nationaliste Global Times.

"Nous ne pouvons pas régler cette crise climatique sans que la Chine soit à la table des négociations", a reconnu mardi 13 avril John Kerry sur la chaîne de télévision CNN. "Nous espérons que la Chine nous rejoindra".

Le président Xi a promis l’an dernier que son pays, premier pollueur mondial, s’engagerait dans une baisse de ses émissions polluantes avant 2030.
 
AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

Un hôtel à Phu Yên parmi les meilleurs au monde Le magazine de voyage américain Travel and Leisure a nommé l’hôtel Zannier Bai San Hô, dans la province de Phu Yên, parmi les 73 meilleurs hôtels du monde en 2021. C'était le seul hôtel vietnamien à faire partie de cette liste compilée par les rédacteurs dudit magazine.