21/01/2022 15:56
Grâce à deux débuts de mi-temps parfaits (5-0 puis 4-0), les handballeurs français, champions olympiques il y a cinq mois et demi à Tokyo, ont assommé les Pays-Bas 34 à 24, jeudi 20 janvier pour leur première rencontre du tour principal de l'Euro à Budapest.
>>Euro-2022 de hand : l’Islande et les Pays-Bas derniers qualifiés, la Hongrie éliminée
>>Euro-2022 de hand : La France, en démonstration, qualifiée pour le tour principal

Dylan Nahi, Vincent Gérard et les Bleus se congratulent à l'issue de leur démonstration contre les Pays-Bas à l'Euro à Budapest, le 20 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le titre "Ça plane pour moi" a résonné dans la Budapest Arena pendant l'échauffement des Bleus. Et il faut croire que la fameuse chanson de Plastic Bertrand a certainement dû arriver jusqu'aux oreilles des Français, qui poursuivent leur sans-faute dans la compétition continentale, victorieux face à des Néerlandais qui ont su embêter les hommes de Guillaume Gille l'espace d'une demi-heure.

"Il faut couper leur réussite", conseillait Hugo Descat la veille, au moment d'évoquer le début d'Euro réussi des Pays-Bas, qualifiés pour la première fois en tour principal du tournoi en s'offrant des adversaires comme la Hongrie (31-28) ou le Portugal (32-31).

Auteur des deux premiers buts des Bleus, l'ailier de Montpellier a pris ses propres paroles au pied de la lettre. Et le choix de Guillaume Gille d'aligner Nicolas Tournat aux côtés de Ludovic Fabregas avant le coup d'envoi, pour pallier l'absence de Karl Konan positif au COVID-19, s'est avéré payant en début de match.

"Avec Ludo (Fabregas), on était bien. C'est encourageant. Je me sens de mieux en mieux en défense, on est aussi sur un dispositif où on est plus compact, ça nous protège un peu plus. C'est plus facile à défendre donc ça marche plutôt bien pour l'instant", constate Tournat, auteur par ailleurs de cinq réalisations.

La réussite a été du côté des Bleus, qui ont infligé d'emblée un sévère 5-0 en cinq minutes, idéal pour se lancer dans la rencontre.

Gérard assure, Minne réjouit

Cinq, c'est aussi le nombre d'exclusions récoltées par les coéquipiers de Valentin Porte au fil d'une première période qui a peu à peu vu les Oranje revenir, grâce notamment à Kay Smits, meilleur buteur actuel de l'Euro (4 buts) et la bonne défense adverse, symbolisée par les arrêts précieux de Bart Ravensbergen (10).

"Il y a eu peut-être un peu de fatigue aussi", admet Ludovic Fabregas, dans une rencontre "au rythme très élevé".

Mais Vincent Gérard, lui, ne semble jamais fatigué. Encore une fois impeccable dans sa cage pour permettre aux Bleus de passer devant à la pause (15-12), il a aussi sorti des arrêts de grande classe, à l'image de celui du pied devant Luc Steins, ou d'une parade sur penalty face à Smits.

Rebelote en seconde période, avec un arrêt encore plus spectaculaire sur un kung fu de Steins, son coéquipier en club au PSG.

Revenus forts en seconde période, les Bleus ont repris la main sur la rencontre et déroulé, grâce notamment à la grande forme d'Aymeric Minne, auteur de 8 buts, pour 10 tirs tentés.

"Ce soir je suis content de ma prestation mais c’est aussi un match où l’on mène de 10 buts donc c’était plus facile d’être relâché. Maintenant ça doit me donner de la confiance pour la suite", a analysé le Nantais après la rencontre.

Si les coéquipiers de Kay Smits (4 buts) ont brillé dans leur premier tour, les Bleus ont donc eux fait respecter la hiérarchie. Et ils chercheront à le prouver une nouvelle fois contre l'Islande samedi 22 janvier (18h00).

Une victoire leur permettrait de faire un pas supplémentaire vers le dernier carré de l'Euro. De quoi continuer de planer.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

SEA Games 31 : les visiteurs étrangers impressionnés À l’occasion des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31), le Vietnam a accueilli un grand nombre de sportifs, d’entraîneurs, d’officiels et d’amoureux du sport, venus de tous les pays de la région.