22/10/2016 17:09
Le président du Parlement européen, Martin Schulz, et la ministre canadienne du Commerce, Chrystia Freeland, étaient en entretien samedi 22 octobre dans l'espoir de "relancer les négociations" autour du traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), selon le compte Twitter de Schulz.
>>La Wallonie inflexible dans son refus du Ceta à la veille du sommet de l'UE
>>Trudeau et Valls défendent le libre-échange UE-Canada
>>Conclusion formelle de l'accord de libre-échange Canada-UE

Le président du Parlement européen Martin Schulz, le 20 octobre 2016 à Bruxelles.
Photo : AFP/VNA/CVN

Martin Schulz a annoncé qu'il rencontrerait ensuite le chef du gouvernement wallon Paul Magnette, qui est pour l'instant opposé au Ceta et bloque ainsi la signature par les 28 de l'UE et le Canada de ce Traité prévue le 27 octobre prochain à Bruxelles.

Ces entretiens à Bruxelles sont destinés à "relancer les négociations sur le Ceta. On ne peut pas s'arrêter dans la dernière ligne droite", a déclaré Schulz, sur son compte Twitter.

"La balle est dans le camp de l'Europe. Nous espérons qu'il soit possible de trouver une solution", a commenté Chrystia Freeland, en arrivant au Parlement, citée par l'agence belge Belga.

Vendredi soir 21 octobre, Freeland avait déclaré : "Il semble évident pour moi, pour le Canada, que l'Union européenne n'est pas capable maintenant d'avoir un accord international, même avec un pays qui a des valeurs aussi européennes que le Canada". Elle était venue cette semaine négocier à Namur, la capitale de la Wallonie, cette région francophone du Sud de la Belgique, pour tenter d’aplanir les derniers différends sur ce traité.

L'avenir de l'ambitieux traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta) est en suspens après l'échec cuisant des négociations entre la Wallonie, région francophone de Belgique, hostile à l'accord en l'état, et Ottawa, déçu des atermoiements européens.

La Wallonie, région de 3,6 millions d'habitants, voit dans le Ceta qui concerne plus de 500 millions d'Européens les prémices du traité TTIP (ou Tafta), encore plus controversé, que l'UE négocie très laborieusement avec les États-Unis, et réclame plus de garanties, notamment en matière de protection de ses agriculteurs et face aux puissantes multinationales.

En raison du très complexe système fédéral du royaume, le gouvernement belge doit absolument obtenir l'aval de ses sept Parlements, dont celui de Wallonie.

De son côté, l'UE a besoin du feu vert de ses 28 États membres pour valider l'accord qui s'est dégagé avec le Canada au bout de sept ans de négociations.

Selon un eurodéputé, il était également envisagé que Trudeau vienne à Strasbourg le 26 octobre pour faire un discours devant le parlement européen, la veille de la signature programmée du Traité à Bruxelles avec les 28 et le Canada.

Ce blocage soulève en tout cas d'énormes interrogations sur la capacité de l'UE - ébranlée par des crises à répétition et fragilisée par le Brexit - à négocier désormais des traités commerciaux avec des pays comme les États-Unis ou le Japon.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le tourisme expérientiel, cette autre façon de voyager

Ngàn Chuông : les grandes merveilles du petit Sa Pa Du fait de sa beauté immaculée, la chute d’eau de Ngàn Chuông fait partie des destinations les plus courues de la province septentrionale de Quang Ninh.