Douze jours et nuits qui ont fait l’histoire

La Une du numéro 51 était en noir et blanc comme partiellement celle du numéro 30 dédié aux aînés. Pas de doute, on allait parler d’histoire et de résistance. Ce numéro nous replongeait dans les atrocités de la guerre contre les États-Unis qui a pris lieu sur le sol vietnamien mais aussi dans les airs.

>> "Diên Biên Phu aérien" : une victoire de l’intelligence et de la puissance du Vietnam

>> Musée de la Victoire contre les B-52

>> Hanoï - Điên Biên Phu aérien, victoire de la volonté et de l’intelligence

>> Confiance solide en la victoire

La Une célébrait le cinquantenaire de l’éclatante victoire dite de "Hanoï - Điên Biên Phu aérien" de décembre 1972, devenue un symbole brillant dans l’histoire de la lutte nationale.

La volonté et la détermination de se battre et de vaincre l’envahisseur américain a entraîné l’effondrement du colonialisme et renforcé la confiance des forces luttant pour la paix, l’indépendance nationale, la démocratie et le progrès social. De façon évidente, cette victoire dite "Hanoï - Điên Biên Phu aérien" en décembre 1972 était celle de "la volonté et de l’intelligence".

La défense vietnamienne en 1972 était faite "de trois composantes : l’armée régulière, l’armée locale et les milices populaires". Toutes et tous étaient déterminés dès le 18 décembre 1972 à mettre en échec l’opération de bombardement nommée "Linebacker II", qui voulait porter un coup critique aux infrastructures nord-vietnamiennes en utilisant les bombardiers stratégiques B-52.

Une nouvelle page de l’histoire pouvait s’écrire : "En 12 jours et nuits, du 18 au 29 décembre 1972 pendant la phase finale de l’implication américaine dans la guerre du Vietnam (1954-1975), l’armée et la population du Nord abattirent 81 avions américains de toutes sortes dont 34 B-52 et capturèrent de nombreux pilotes ennemis. Ce fut ainsi la plus grande perte de tous les grands raids aériens de l’armée américaine".

Les 12 jours et nuits représentent beaucoup pour le pays. Cette longue bataille a joué un rôle capital et obligé "l’administration Nixon à retourner à la table des négociations pour signer le 27 janvier 1973 les Accords de paix de Paris". Ces 12 jours et nuits "ont permis par la même occasion d’avancer vers la libération complète du Sud et la réunification totale du pays". Ces 12 jours et nuits ont également laissé de nombreuses leçons précieuses pour l’actuelle œuvre d’édification et de défense de la Patrie.

Hervé Fayet/CVN

back to top