Course pour un Vietnam sans violences à l'égard des femmes et des filles

Plus de 450 personnes ont participé le 27 novembre à la "Course pour un Vietnam sans violence à l'égard des femmes et des filles" pour véhiculer le message de dire "non" à la violence sexiste au parc Yên So à Hanoï.

>> Adoption de lois sur l’inspection, le pétrole et la lutte contre la violence domestique

>> Le chef de l'ONU appelle à mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles

Organisée par le Centre d'études et de sciences appliquées sur le genre - famille - femmes et adolescents (CSAGA), avec le soutien du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) au Vietnam et du gouvernement australien, la course a attiré la participation de représentants d'organisations sociales, de missions diplomatiques et d'agences des Nations unies au Vietnam spécialisées dans la promotion de l'égalité des sexes et la protection des femmes et des filles et de centaines d'étudiants de l'Université des sciences et technologies de Hanoï.

Plus de 450 personnes ont participé le 27 novembre à la "Course pour un Vietnam sans violence à l'égard des femmes et des filles". 
Photo : QDND/CVN

Lors de l'événement, Pauline Tamesis - coordonnatrice résidente des Nations unies au Vietnam a appelé chacun à être un agent de changement, pour mettre fin à la violence domestique et sexiste au Vietnam, contribuant ainsi à édifier un pays où toutes les femmes et les filles sont respectées et protégées.

Avec le message "Arrêtez le silence, mettez fin à la violence", la course est l'un des efforts du CSAGA, du FNUAP et du gouvernement australien et de toutes les parties prenantes pour s'unir pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles. C'est également l'une des activités pour répondre au mois d'action pour l'égalité des sexes et pour répondre à la violence sexiste au Vietnam du 15 novembre au 15 décembre.

Selon les résultats de l'Enquête nationale sur la violence faite aux femmes et filles au Vietnam en 2019 menée par le Bureau général des statistiques et le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, avec le soutien du FNUAP et du gouvernement australien, deux femmes sur trois (63%) ont subi des violences physiques, sexuelles ou économiques de la part de leur mari. La violence sexiste a causé des pertes économiques équivalant à 1,8% du PIB annuel du Vietnam.

VNA/CVN

back to top