Air France : 30.000 passagers touchés par la grève

La direction d'Air France a haussé le ton jeudi 28 juillet, au deuxième jour d'une semaine de grève des hôtesses et stewards qui entraînait un peu plus d'annulations de vols que la veille et touchait 30.000 passagers, en dénonçant un mouvement "regrettable et agressif".

>>Air France réduit sa perte mais observe une détérioration du paysage

>>Air France : "près de 80%" des vols prévus le 14 juin

Le nouveau Pdg du groupe Air France - KLM, Jean-Marc Janaillac, et le Pdg d'Air France, Frederic Gagey, le 27 juillet à Paris

Le trafic est "conforme aux prévisions", avec près de 80% des vols maintenus, contre 83% mercredi 27 juillet, a indiqué un porte-parole d'Air France. Selon lui, 30.000 passagers sont touchés par la grève, sur un total de 140.000.

"Déclencher une grève aussi longue" en plein pic estival "est extrêmement regrettable et agressif", tant pour la compagnie que pour les clients qui partent en vacances, a regretté le nouveau Pdg d'Air France - KLM, Jean-Marc Janaillac, dans Le Figaro.

Air France devait faire voler jeudi 28 juillet plus de 90% de ses avions long-courriers, plus de 70% des moyen-courriers et plus de 80% des vols intérieurs. Vendredi 29 juillet, le programme de vols sera respecté à "plus de 80%".

Ces chiffres intègrent les vols assurés par la filiale domestique Hop! d'Air France, qui n'est pas concernée par la grève, a-t-on appris auprès du groupe aérien.

Pour la seule compagnie Air France, les annulations ont concerné jeudi 28 juillet 163 vols sur 516 programmés depuis ou vers l'aéroport de Roissy (32%), selon des sources aéroportuaires interrogées par l'AFP. À Orly, 59 vols ont été annulés sur 171 (35%).

L'entreprise a comptabilisé 36% de grévistes jeudi 28 juillet, un chiffre largement sous-estimé selon les syndicats SNPNC-FO et l'Unsa-PNC, représentant près de la moitié du personnel navigant commercial (PNC) et le mouvement "monte en puissance", préviennent-ils.

"Nous savons tous que c'est au fil des jours que les effets de la grève s'amplifient", écrivent-ils à quelques heures du grand week-end de chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens.

En grève jusqu'au 2 août, les PNC protestent contre la reconduction pour 17 mois de l'accord d'entreprise fixant ses règles de travail, de rémunération et en matière de déroulement de carrière, jugeant cette durée "insuffisante". L'accord en vigueur arrive à son terme le 31 octobre.


AFP/VNA/CVN

back to top