Accord des 27 États de l'UE pour limiter la flambée du coût de l'énergie

Les 27 États membres de l'Union européenne sont parvenus à un accord dans la nuit de jeudi 20 à vendredi 21 octobre pour limiter la hausse des prix de l'énergie, une avancée majeure dans la crise énergétique qui pèse sur les ménages et les entreprises depuis de nombreux mois.

>> L'Allemangne va développer les infrastructures d'importation de GNL

>> Énergie : accord de l'UE sur une "feuille de route" qui reste à décliner

>> Pétrole : le prix du baril de Brut augmente à près de 93 USD

Une partie du gazoduc à Lubmin, en Allemagne.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les propositions faites par la Commission européenne en début de semaine sur le "règlement d'urgence" pour faire face aux prix élevés du gaz dans l'UE et garantir la sécurité de l'approvisionnement cet hiver, ont concilié les 27 Etats membres et ont débouché sur un ensemble de mesures.

Des achats communs de gaz, dans une sorte de consortium, "permettront aux entreprises de procéder aux achats communs, pour améliorer le poids de nos marchés et améliorer la situation en matière de demande de gaz", a déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

Sur les éléments de comparabilité dont le TTF est le référentiel, mais qui ne reflète plus essentiellement le coût du gaz circulant par gazoduc car de plus en plus de GNL (gaz naturel liquéfié) arrive sur le marché, l'UE va développer un nouvel indice complémentaire pour mieux refléter la situation du prix du GNL.

L'UE va également mettre en place un mécanisme correcteur sur le marché, pour limiter les épisodes d'augmentation excessive des prix du gaz et pour s'assurer qu'il y a une véritable structure sur ce marché de l'énergie.

Autre mesure prise par les 27, l'UE va implémenter un mécanisme potentiel pour limiter l'influence des prix élevés de l'électricité.

Au regard de l'impact financier des pays qui utilisent beaucoup de gaz pour la production électrique, la Commission européenne travaillera avec les Etats membres et les groupes de travail du Conseil de l'UE, pour trouver une approche commune bien équilibrée, sans oublier les subventions d'Etat.

Financer ces mesures reste la question fondamentale. Pour cela, "il existe des opportunités offertes par les aides d'Etat, mais aussi des possibilités pour soutenir les foyers vulnérables, les entreprises plus vulnérables tout en veillant à mettre à disposition 40 milliards d'euros de fonds qui restent disponibles suite au CFP précédent", a indiqué Mme von der Leyen.

Xinhua/VNA/CVN

back to top