25/02/2021 16:39
Des travaux débutés l'été dernier dans un bar de Séville, dans le Sud de l'Espagne, ont permis de mettre au jour un hammam du XIIe siècle parfaitement conservé. Les clients pourront désormais prendre un verre en admirant peintures et ornements islamiques.
>>L'Égypte récupère des milliers de pièces antiques des États-Unis
>>Découvertes archéologiques "majeures" à Saqqara

L'intérieur du bar Giralda, le 22 février à Séville, en Espagne.
Photo : AFP/VNA/CVN

La lucarne en forme d'étoile est apparue après les premiers coups de marteau. Alvaro Jimenez, archéologue mandaté pour assister au début des travaux dans cette zone protégée en raison de sa proximité avec la cathédrale de Séville, ne s'y attendait "absolument pas", raconte-t-il. Ont suivi 87 autres lucarnes, des étoiles, des octogones dessinant un ciel étoilé dans ce bar au style arabisant nommé Giralda -- comme l'ancien minaret de la mosquée de Séville -- qui se refaisait une beauté.

Passés la stupéfaction et "les gros mots" lâchés par Alvaro Jimenez, les ouvriers ont découvert de nombreuses peintures dans ce local de 202 mètres carrés et un hammam avec une salle froide, une tiède et une chaude. Des thermes vieux de plus de 800 ans dont les peintures, les sculptures et les décorations murales ont été figées dans le temps grâce à un architecte du début du XXe siècle, Vicente Traver, qui a dissimulé en 1928 ces décorations et ces lucarnes, lorsqu'il construisit deux étages supplémentaires. Ce patrimoine, "nous pensions qu'il l'avait détruit, et nous devons bien reconnaître qu'il l'a sauvé", poursuit Alvaro Jimenez. "Il l'a trouvé et il l'a préservé pour le futur".

Au XIIe siècle, Séville, conquise par les Almohades en 1147, était l'une des deux capitales de leur empire, avec Marrakech. "La cathédrale de Séville a été érigée sur les vestiges de la mosquée almohade Aljama, construite entre 1172 et 1198" et "ces bains se trouvent en plein dans cette zone de la ville que les Almohades ont rendue monumentale et ont convertie en leur centre politique, religieux, économique", rappelle Alvaro Jimenez.

Au-dessus des mosaïques déjà présentes avant la rénovation sont désormais visibles des murs ornementés, des voûtes blanches gravées. Le bar, qui devrait bientôt rouvrir ses portes, est devenu un musée vivant, entièrement refait dans un style épuré, qui met en valeur l'histoire du lieu et où les clients pourront se rafraîchir, comme on le faisait déjà d'une autre façon il y a huit siècles.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Promotions pour le 120e anniversaire de l’hôtel Saigon - Morin à Huê À l’occasion de son 120e anniversaire, l’hôtel Saigon - Morin du groupe Saigontourist lance une campagne de promotions jusqu’au 30 juin.