20/05/2022 18:29
Les États membres de l'UE, les travailleurs et les employeurs participant au Comité consultatif de l'UE pour la sécurité et la santé sur le lieu du travail (CCSS) sont parvenus, jeudi 19 mai à Bruxelles, à un accord sur la nécessité de reconnaître le COVID-19 comme maladie professionnelle dans les secteurs des soins de santé, des services sociaux et de l'assistance à domicile, ainsi que dans les secteurs où se sont intensifiées des activités entraînant un risque avéré d'infection.

>>Le bilan en Europe dépasse les 2 millions de morts, selon l'OMS
>>COVID-19 : le reflux des hospitalisations continue en France
 


Le CCSS a également soutenu une mise à jour de la liste européenne des maladies professionnelles. "Cet accord constitue un signal politique fort visant à reconnaître l'incidence du COVID-19 sur les travailleurs ainsi que la contribution essentielle des personnes travaillant dans la santé et les services sociaux, et des autres travailleurs présentant un risque plus élevé de contracter le COVID-19", a déclaré Nicolas Schmit, commissaire européen à l'emploi et aux droits sociaux.

Sur la base de cet accord, la Commission actualisera sa recommandation sur les maladies professionnelles afin de favoriser la reconnaissance du COVID-19 en tant que maladie professionnelle par tous les États membres, a-t-il indiqué.

L'accord constitue une étape "importante" dans la mise en œuvre du cadre stratégique de l'UE en matière de santé et de sécurité au travail pour la période 2021-2027, adopté par la Commission en juin 2021, dans lequel celle-ci a annoncé qu'elle actualiserait pour la fin de cette année sa recommandation sur les maladies professionnelles afin d'y inclure le COVID-19.

Ce cadre définit les actions clés qui doivent être menées au niveau de l'UE pour améliorer la santé et la sécurité des travailleurs au cours des prochaines années. L'un de ses objectifs transversaux est d'accroître la préparation à d'éventuelles crises sanitaires futures. Cela suppose également de renforcer le soutien aux travailleurs lors des éventuelles vagues de COVID-19 à venir.

Conformément à l'avis du CCSS, la Commission devra mettre à jour la recommandation énumérant toutes les maladies professionnelles et les agents susceptibles de causer ces maladies, éléments que la Commission recommande aux États membres de reconnaître.

L'objectif est que les États membres adaptent leur législation nationale conformément à la recommandation actualisée. Dès lors que le COVID-19 est reconnue comme une maladie professionnelle dans un État membre, les travailleurs des secteurs concernés qui ont contracté cette maladie sur leur lieu de travail pourront acquérir des droits spécifiques selon les règles nationales, tel que le droit à une indemnisation.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Dào Xá, la patrie des luthiers

Hanoï : Ba Vi booste son tourisme vert En vue de développer un tourisme vert et sûr, le district de Ba Vi, Hanoï, met à son avantage ses potentialités naturelles et humaines afin de devenir une destination incontournable du Nord du Vietnam.