15/03/2021 17:15
Pékin a essuyé lundi 15 mars sa plus grosse tempête de sable de la décennie, entraînant l'annulation de 350 vols au départ de la capitale chinoise et aggravant encore la pollution d'origine humaine.

>>Chine : manœuvres interprovinciales de secours en cas de catastrophes
>>Pékin frappé par une tempête de sable, le trafic aérien perturbé
 

Une femme traverse un pont pendant une tempête de sable à Pékin le 15 mars. Photo : AFP/VNA/CVN


La combinaison des deux phénomènes a produit un cocktail dangereux pour la santé et réduit la visibilité à quelques centaines de mètres. Les tempêtes de sable, en provenance du proche désert de Gobi, sont fréquentes au printemps dans le Nord de la Chine mais les Pékinois n'avaient pas constaté un ciel aussi chargé depuis des années.

En Mongolie même, six personnes sont mortes des suites de la tempête, alors que 81 autres étaient portées disparues, selon les autorités locales.

La municipalité de Pékin, qui compte plus de 20 millions d'habitants, a suspendu toutes les activités sportives en extérieur dans les établissements scolaires et a conseillé aux personnes souffrant de problèmes respiratoires de ne pas sortir de chez elles.

La tête bien emmitouflée, la plupart des habitants se sont toutefois rendus à leur travail, mais certains se protégeaient derrière des lunettes de protection, craignant pour leur santé. "J'ai l'impression que chaque respiration va m'apporter des problèmes pulmonaires", a déclaré une habitante, Zhang Yunya, à l'AFP.

"Fin du monde"

Les conditions dantesques, rarissimes ces derniers temps, ont ravivé de vieux souvenirs chez les habitants de la capitale. "Je me souviens que les tempêtes de sable d'il y a dix ans disparaissaient au bout d'une heure. Mais j'ai bien peur que celle-ci ne parte pas avant la fin de la journée", a déclaré Pan Xiaochuan, un expert de la santé environnementale à Pékin.

Les bâtiments emblématiques de la ville étaient difficilement visibles, à l'image de la Cité interdite ou encore du siège de la télévision nationale, dont le sommet (234 mètres) disparaissait derrière un voile de brouillard.

 

La Cité interdite de Pékin dans une tempête de sable le 15 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN


Conséquence, plus de 350 vols ont été annulés au départ des deux aéroports de Pékin d'après le site spécialisé Variflight.

Sur le réseau social Weibo, le sujet était massivement discuté par les internautes. "Cette tempête de sable orangée prend des allures de fin du monde", estimait un utilisateur.

La qualité de l'air était jugée "dangereuse" par le site spécialisé aqicn.org. En début de matinée, le niveau des particules PM10 était près de vingt fois supérieur aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Celui des particules PM2,5, encore plus nocives, a dépassé 560, un niveau rarement atteint ces dernières années à Pékin.

Les épisodes de pollution extrême se sont raréfiés ces dernières années dans la capitale chinoise, le combat contre l'air vicié étant devenu un enjeu majeur pour le pays, qui a annoncé vouloir atteindre la neutralité carbone d'ici 2060.

Mais d'après Li Shuo, de Greenpeace Chine, les activités industrielles "intenses" des dernières semaines ont contribué à la détérioration de l'air de Pékin, alors que les niveaux de production d'acier, de ciment et d'aluminium sont supérieurs à ceux observés avant l'épidémie de coronavirus. Pour Pan Xiaochuan, l'expert en santé environnementale, le manque de précipitations observé ces derniers jours peut expliquer que la tempête était particulièrement chargée en sable. "Quand il n'y a pas d'humidité, la poussière tend à s'empiler", affirme-t-il à l'AFP.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Binh Thuân met les petits plats dans les grands pour séduire Le Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Binh Thuân (Centre) prévoit un plan de stimulation touristique ayant pour thème "Binh Thuân, destination sure, accueillante et attractive", afin d'attirer les voyageurs à l’occasion des vacances de la Journée de la libération du Sud (30 avril) et de la Fête du Travail (1er mai).