Retour sur la Une : "Les sciences fondamentales au service du développement durable"

Dans le numéro 31, il était question de Prix Nobel, de Médailles Fields et Dirac, de Prix Ta Quang Buu.

>>Les sciences fondamentales : levier du développement

>>Faire de Quy Nhon une technopole

>>Rendez-vous à Quy Nhon pour aviver la flamme scientifique

>>"C’est dans la poussière que vous trouverez des diamants"

Sur une belle Une bleutée, la rédaction a mis un point d’honneur à nous rappeler que 2022 est l’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable.

Nous étions ainsi invités à Quy Nhon (province de Binh Dinh, au Centre) et plus précisément au Centre international de science et d’éducation interdisciplinaires (ICISE), mais aussi dans un laboratoire du Département de virologie de l’Institut national d’hygiène et d’épidémiologie à Hanoï ainsi qu’à l’USTH (Université des sciences et des technologies de Hanoï).

Entourés d’experts, d’instituts de recherche scientifique de haut niveau et de sociétés savantes, nous en apprenons plus sur les électrons quantiques et l’électronique topologique.

Il faut dire qu’une centaine de scientifiques venus de 18 pays participent jusqu’à la fin de l’année aux 18es ''Rencontres du Vietnam'' au fameux ICISE de Quy Nhon, cette ville côtière dévouée aux activités scientifiques et à la recherche. Rassemblant les ressources de grandes entreprises vietnamiennes et la participation d’experts et de scientifiques nationaux et internationaux de premier rang, le chef-lieu de la province de Binh Dinh ambitionne tout naturellement de devenir un centre scientifique de renommée mondiale.

Pour en savoir plus sur l’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable 2022, il est aussi bon de se pencher sur son site Internet. On y comprend encore mieux le rôle que jouera toute l’année la ville de Quy Nhon, notamment du 12 au 15 septembre prochain avec la conférence sur la science, l’éthique et le développement humain.

Sur la Une du numéro 31 et dans les pages intérieures, on apprend à mieux connaître Duncan Haldane, lauréat du Prix Nobel de physique 2016, qui nous exhorte à la patience dans la recherche scientifique : ''Et parfois, c’est dans la poussière que vous trouverez des diamants étincelants''.

Duncan Haldane nous dit également dans son interview qu’il poursuit toujours ses recherches. ''Même si vous avez obtenu des réalisations, ne vous arrêtez pas. Continuez sans cesse à marcher sur le chemin que vous avez découvert !''. C’est ce que l’on conseille aux futurs scientifiques vietnamiens dont ces lycéens qui viennent de remporter des médailles d’or aux Olympiades internationales de chimie, de maths, de physique et de biologie. Rêvent-ils déjà de Prix Nobel ? Pourraient-ils nous expliquer pourquoi en mathématiques il n’y a pas de Prix Nobel au fait ? La question m’intéresse ! Sans rigoler.


Hervé Fayet/CVN