06/12/2020 20:33
Née à Hanoï, la pianiste Luong Tô Nhu n’avait pas fait du Vietnam sa première destination de travail. Ce n’est que quelques temps plus tard qu’elle a redécouvert le charme de sa ville natale, en décidant de se lancer dans de nombreuses activités culturelles de la capitale, et cela pour une simple mission : faire mieux connaître la musique classique au public vietnamien.
>>Concert de musique classique "Contraste" à Hanoï
>>Luong Tô Nhu et Vincent Fillatreau en concert à Hanoï
>>Le concert caritatif Cinerato s’est tenu avec succès

Luong Tô Nhu (droite) lors du concert "Maestoso - Chamber Music", en mars 2019 à l'Institut français de Hanoï (L'Espace).
Photo : NVCC/CVN

Jeune et enthousiaste, Luong Tô Nhu est une pianiste de musique classique "peu ordinaire". Elle porte des vêtements classiques mais toujours revisités, elle travaille sur l’ordinateur, elle préfère les technologies, elle sourit, elle bavarde. Elle aime la musique de son époque. Bref, une femme d’affaires sympa et dynamique en apparence.

C’est quand elle n’était encore qu’une adolescente que Tô Nhu est partie à l’étranger. Formée dans des conservatoires de musique à Londres et à Paris, elle a joué du piano dans de nombreux concerts et festivals dans le monde entier, et a eu la chance d’apprendre, mais surtout, de comparer les différents points de vue sur la musique classique occidentale.

"Les performances de rue et les improvisations font partie de la vie quotidienne des Européens. Là-bas, les professeurs encouragent toujours leurs élèves à jouer de la musique à n’importe quelle occasion. Ce n’est pas du tout le cas ici au Vietnam. Tout doit suivre un chemin convenu et sans faute".

À son retour au Vietnam en 2016, Tô Nhu a rejoint l’École de musique Erato Hanoi, où elle a guidé des jeunes musiciens à réaliser la série de concerts "Cinerato" (musique de film) qui ont rencontré un énorme succès.

"Pour les musiciens, la pratique continue de l’instrument est la seule méthode pour nourrir son esprit artistique. Mais pour les jeunes diplômés au Vietnam, ils y trouvent peu d’intérêt, car ils n’ont jamais été incités à jouer dans des concerts de musique classique pour le plaisir de la pratique artistique et pour se libérer. ‘Cinerato’ a été un bon compromis pour que tout le monde expose son talent et se libère l’esprit."

La musique classique, une musique pour tous

Luong Tô Nhu (gauche) lors d'une répétition à Paris en 2012.
Photo : NVCC/CVN

Au Vietnam, Tô Nhu a joué dans de nombreux concerts de musique classique. Certes, elle est connectée à une grande communauté des amoureux de ce genre de musique dans le pays, où elle a découvert beaucoup de connaissances, mais aussi, des clichés.

"On dit souvent que la musique classique est académique. Ce n’est pas correct. J’ai participé à de nombreux projets de musique contemporaine qui demandaient un niveau d’engagement et d’analyse dans le travail encore plus compliqué que dans la musique classique".

Selon Tô Nhu, l’important est "de partager ses émotions avec les auditeurs". Une mélodie peut être jouée avec beaucoup d’émotions "sans avoir besoin d’une salle de théâtre, ni de tenues sublimes, ni de spectateurs de grande classe. La série Yellow Lounge de Deutsche Gramophone par exemple, a présenté des concerts classiques dans des bars et discothèques."

Comme beaucoup d’autres, Tô Nhu constate ce qui semble être un phénomène universel : le vieillissement des auditeurs. Elle trouve aussi une autre tendance depuis quelques décennies : le goût des parents vietnamiens de faire apprendre la musique classique à leurs enfants. Or, si la musique classique est de plus en plus perçue comme trop académique, et ne se révèle accessible qu’à une petite partie des auditeurs, comment les professionnels de la musique classique peuvent-ils survivre, faire vivre la musique classique avec son époque ?

"Dans le monde d’aujourd’hui, les jeunes sont très intelligents et dynamiques, ils peuvent comprendre rapidement le contexte de chaque composition. Un musicien n’est pas un robot : il doit comprendre et jouer les notes avec une signification. Voilà la mission importante de l’enseignement de la musique au Vietnam : faire évoluer la profession des jeunes musiciens."

Premier concert personnel et d’autres projets à réaliser

Luong Tô Nhu à l'ambassade de France au Vietnam, à Hanoï en 2015.
Photo : NVCC/CVN

En rencontrant Tô Nhu, on se trouve à peine surpris d’apprendre qu’elle possède également une Licence en économie obtenue à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) et un autre Master "Entrepreneuriat et projets innovants" à l’Université Paris-Dauphine (Paris 9), des universités réputées en France. Outre les concerts de piano, elle gère également plusieurs petites entreprises, en France et au Vietnam, à partir desquelles elle pratique régulièrement ses savoirs économiques et s’intègre au monde des affaires.

Surtout, Tô Nhu garde dans son cœur sa flamme pour la musique classique, d’où elle voudrait lancer son plus ambitieux projet "Esprit musical Hanoï" - un centre d’activités artistiques au bord du fleuve Rouge de la capitale, qui inviterait les artistes, enseignants, jeunes diplômés, ainsi que des non-professionnels, à partager leur amour pour cette musique intense, et à discuter ensemble d’autres projets d’arts en général.

Situé dans le quartier de Ngọc Thụy (district de Long Biên) et à environ 3 kilomètres du centre-ville, "Esprit musical Hanoï" devrait devenir une adresse incontournable pour tous les amateurs de musique en général, lorsqu’il sera doté d’une salle de spectacle de haute qualité sonore, des studios d’enregistrement modernes, des bars, cafés et restaurants, ainsi qu’un jardin de style européen.
 
"La société évolue rapidement, et tout le monde accueille les influences interculturelles de manière ouverte. Les musiciens doivent eux-mêmes s’adapter aux nouvelles tendances de la société : les technologies, les modes de vie, les tendances… C’est pourquoi, je voudrais bâtir un endroit qui permet l’interaction entre différents publics, où les artistes pourraient présenter en plus d’autres styles musicaux modernes."

 
Luong Tô Nhu, en 2016 à Hanoï. 
Photo : NVCC/CVN
 
"Esprit musical Hanoï" poursuit ainsi l’idée initiale de Tô Nhu : rapprocher la musique classique du public vietnamien. Et pour la première étape de ce projet, la jeune pianiste voudrait organiser son premier concert personnel intitulé Voyage improvisé qui se tiendra le 22 janvier 2021 à l’Opéra de Hanoï.

Dans son programme, il s’agit des morceaux "de Bach, de Chopin et de Debussy" : une "conversation agréable entre la pianiste, l’orchestre et les auditeurs" qui va "revivre les concepts les plus profonds sur le bonheur, l’esthétique et l’existence humaine".
 
Que de beaux succès attendent cette jeune Hanoïenne !
 
Propos recueillis par
Dang Duong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Binh Thuân met les petits plats dans les grands pour séduire Le Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Binh Thuân (Centre) prévoit un plan de stimulation touristique ayant pour thème "Binh Thuân, destination sure, accueillante et attractive", afin d'attirer les voyageurs à l’occasion des vacances de la Journée de la libération du Sud (30 avril) et de la Fête du Travail (1er mai).