09/08/2020 07:15
Le thé du Vietnam, très apprécié de ses habitants, s’affirme désormais à l’étranger. Rencontre avec Nguyên Cao Son, titulaire de neuf prix au Concours des thés du monde organisé chaque année en France par l’Agence pour la valorisation des produits agricoles (AVPA).
>>Le champion de mémoire vietnamien
>>Celle qui préserve l’âme de la céramique Cham
>>Un archéologue italien amoureux de Hôi An

Nguyên Cao Son, un expert du thé Viêt. Photo : TN/CVN

Nguyên Cao Son est né en 1980. En 2002, il obtient son diplôme du département de français de l’Université de Hanoï. Quelques années plus tard, il fait son entrée dans l’univers du thé et présente en 2014 la culture du thé vietnamien aux publics étranger et national à la Maison Ancienne, au 87 rue Ma Mây à Hanoï. En 2018, il est l’envoyé du Vietnam au Japon puis à Paris, en France où il est chargé de présenter et promouvoir la culture du thé vietnamien.

La même année, il est récompensé par trois prix pour la qualité du thé Viêt lors du Concours des thés du monde de l’AVPA, organisé par le ministère français de l’Agriculture chaque année en France, pays dans lequel il établit également un bureau du thé vietnamien. En 2019, il participe à nouveau au concours de l’AVPA auquel le thé Viet remporte six prix.

Le curriculum vitae de Nguyên Cao Son, 40 ans, expert en thé vietnamien, en dit long sur son expérience et sa passion pour cette boisson très appréciée des Vietnamiens. "Je fais tout mon possible pour que le nom de +trà Viêt+ (thé vietnamien ou thé Viêt) soit connu dans le monde entier", confie-t-il, l’air décidé.

Faire sortir le thé Viêt de son anonymat

Le parcours professionnel de Nguyên Cao Son est digne d’admiration. "Auparavant, le thé Viêt semblait inconnu à l’extérieur du pays. Parfois, lors de voyages de travail en Chine, je trouvais des paquets de thé vietnamien en vente sur lesquels était apposée l’étiquette d’une marque chinoise quelconque. En tant qu’expert en thé, j’étais triste de voir cela. En effet, il y a chaque jour une grande quantité de thé brut vietnamien qui passe la frontière à Lang Son et Hà Giang pour entrer en Chine. Le thé y est traité, avant d’être empaqueté et vendu par une marque chinoise. Constater cela m’a fait réfléchir", se rappelle-t-il.

Nguyên Cao Son prépare le thé dans le resort Le Champ Tú Lê.
Photo : TN/CVN

Lors de sa visite au parc d’exposition du trà hoa vàng (thé aux fleurs jaunes) il y a quelques années, à Nanning en Chine, il s’aperçoit que sur les 32 sortes du trà hoa vàng conservées dans la banque des thés de Chine, 28 étaient d’origine vietnamienne. "Le +trà hoa vàng+ est l’une des meilleures variétés de thé. Elle est bonne pour la santé et a des vertus thérapeutiques avérées".

Au début des années 1980, des commerçants chinois se rendaient dans les provinces du Nord du Vietnam, à Hà Giang, Quang Ninh ou Yên Bái pour y acheter de jeunes théiers aux fleurs jaunes. Et au fil des années, l’exploitation immodérée du thé brut a dégradé les champs de théiers locaux. 

De retour au Vietnam, animé par le projet de préserver les théiers vietnamiens, Nguyên Cao Son s’est rendu dans certaines régions cultivatrices de thé du Nord. Il a rencontré des agriculteurs et les a encouragés à appliquer des techniques agricoles plus avancées, allant du soin des plantes à la cueillette des feuilles vertes et des bourgeons en passant par l’étape de torréfaction du thé brut. "Changer le mode de production a pris du temps. Mais, au vu des résultats, les cultivateurs sont convaincus de l’efficacité des nouvelles techniques agricoles. Les produits qui sont de meilleure qualité se vendent désormais à des prix plus élevés. Et notre compagnie en assure la vente", explique Nguyên Cao Son.

L’art du thé, une passion de Nguyên Cao Son. Photo : TN/CVN

Pour lui, chaque terre, voire chaque village, donne au thé une saveur caractéristique : "Pour distinguer les thés les uns des autres, j’ai donné à chacun d’eux un nom lié à sa localité, par exemple le thé Shan Tuyêt de Tây Côn Linh ou le thé Shan Tuyêt de Giang Pang"

Le thé vietnamien honoré à l’étranger

Quelque 500 entreprises de thé et de café venues des quatre coins du monde participent au concours annuel des Thés du Monde de l’AVPA en France dont le but est de découvrir et valoriser des produits de qualité. Les thés titulaires des prix sont ensuite commandés en grande quantité par le comité d’organisation avant d’être écoulés sur les marchés étrangers.

L’expert ne cache pas son enthousiasme : "J’ai participé pour la première fois au concours en 2018. J’y ai présenté des échantillons de thé, avec lesquels j’ai fourni les documents nécessaires: certificat d’AOC (appellation d’origine contrôlée), temps de récolte… De retour en 2019, je n’ai pu constater que des résultats encourageants : neuf prix (trois en 2018, et six en 2019) pour neuf échantillons différents. Désormais, le thé Viêt a gagné ses lettres de noblesse et est grandement apprécié sur les marchés étrangers".

Le salon de Nguyên Cao Son accueille aussi des visiteurs étrangers désireux d’étudier la culture du thé vietnamien. Photo : TN/CVN

Porté par le succès, Nguyên Cao Son ne s’arrête pas là : "Je participerai pour la 3e fois au concours en 2020, avec de nouvelles variétés de thé Viêt. Après cela, je compte consacrer mes efforts et mon temps au développement et à la diversification des produits de thé vietnamien, ainsi qu’à la diffusion de la culture du thé Viêt". D’ores et déjà, plusieurs établissements de thé Viêt à Hanoï offrent aux visiteurs ravis la chance de s’initier à l’art de la préparation et de la dégustation du thé à la vietnamienne.
  
L’expert a aussi l’ambition de développer les produits se mariant bien à la dégustation du thé. "Dans ma boutique de Cao Son à Hanoï, le thé est souvent servi avec du +bánh đâu xanh+ (petit gâteau de haricot mungo, spécialité de la province de Hai Duong). Tandis qu’à mon salon de thé du resort Le Champ Tú Lê (province de Yên Bái), c’est du +bánh côm+ (gâteau de jeune riz gluant, spécialité de Yên Bái) qui accompagne la boisson. Il y a encore de nombreuses friandises qui se dégustent à merveille avec le thé", vante Nguyên Cao Son.


Agence pour la valorisation des produits agricoles

 
Fondée en 2005, l’AVPA (Agence pour la valorisation des produits agricoles) est une ONG essentiellement composée de producteurs du monde entier. Elle a pour vocation de promouvoir les produits alimentaires remarquables issus des terroirs et de valoriser le travail des producteurs d’excellence.
 

NGHIA ĐÀN/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.