02/05/2021 15:50
À quatre semaines de Roland-Garros, où il briguera un vertigineux quatorzième sacre, Rafael Nadal, fraîchement vainqueur de haute lutte à Barcelone, veut poursuivre sa montée en puissance au Masters 1000 de Madrid, qui débute dimanche 2 mai.
>>Tennis : Matteo Berrettini s'adjuge le titre à Belgrade
>>Djokovic battu en demi-finale du tournoi de Belgrade par Karatsev

L'Espagnol Rafael Nadal face au Grec Stefanos Tsitsipas lors de la finale de l'Open de Barcelone, le 25 avril. Photo : AFP/VNA/CVN

Réinstallé à la deuxième place mondiale depuis lundi 26 avril, il est le seul membre du "Big Three" que la Caja Magica accueille cette année: ni Novak Djokovic ni Roger Federer n'ont fait le déplacement.

Le premier, tenant du trophée madrilène (2019), a renoncé quelques jours après son intense face-à-face perdu contre la révélation russe Aslan Karatsev en demi-finales à Belgrade. Le second, qui tente un retour au plus haut niveau à l'aube de ses 40 ans après une double opération au genou droit, a préféré opter pour le tournoi de Genève dans deux semaines en guise de préparation pour Roland-Garros (30 mai-13 juin).

Pour Nadal, qui fêtera lui ses 35 ans dans un mois, l'ouverture de la saison sur terre battue - qu'il a largement transformée en chasse gardée depuis une quinzaine d'années - n'a pas été aussi fluide qu'on pouvait l'imaginer.

À Monte-Carlo mi-avril, les coups de boutoir du puncheur russe Andrey Rublev (7e), et son service défaillant, ont eu raison de sa combativité à toute épreuve dès les quarts de finale.

"Encore du chemin"

La semaine suivante à Barcelone, il a connu deux premiers tours délicats, laissant à chaque fois échapper un set (contre Ilya Ivashka et Kei Nishikori). Puis il s'est montré plus convaincant lors de ses deux matches suivants. Jusqu'à sortir victorieux en finale d'un épatant combat (6-4, 6-7, 7-5) contre Stefanos Tsitsipas (5e), le joueur le plus régulier de la première partie de saison, fraîchement sacré à Monte-Carlo.

Leur duel à rallonge - 3h38 min - et son lot de rebondissements (deux balles de match dès le 2e set pour Nadal, une dans le 3e pour Tsitsipas) n'ont toutefois pas brouillé les idées du Majorquin. "Cette semaine peut m'aider à aborder la suite avec un état d'esprit positif. Je sens que j'ai encore une marge de progression au niveau tennistique et je suis convaincu que cette victoire va m'aider à avancer", estimait "Rafa".

"J'ai encore du chemin à faire pour essayer de réussir à atteindre le niveau dont j'ai besoin pour pouvoir rivaliser pour ce que je vise. Je vais travailler pour ça, pour me donner les meilleures chances", poursuivait-il.

L'Autrichien Dominic Thiem face au Bulgare Grigor Dimitrov lors du 4e tour de l'Open d'Australie, à Melbourne, le 14 février. Photo : AFP/VNA/CVN

Ce qu'il vise ? Roland-Garros évidemment, où il aura une occasion en or de s'emparer du record de couronnes en Grand Chelem, qu'il partage avec Federer (20). Exempté de premier tour, Nadal débutera soit face à Adrian Mannarino (33e), soit face au jeune espoir espagnol Carlos Alcaraz, 120e à 17 ans. D'éventuelles retrouvailles avec Tsitsipas n'interviendront qu'en finale.

Thiem de retour

On suivra deux retours sur la terre battue madrilène : ceux de Dominic Thiem (4e) et Daniil Medvedev (3e). Curieux écroulement à l'Open d'Australie pour un combattant de sa trempe (en 8e contre Dimitrov), éliminations précoces à Doha et Dubai en mars : l'Autrichien avait pris du recul depuis, lui qui avait eu l'impression, selon ses propres mots, de "sombrer dans un trou" dans les mois qui ont suivi son premier sacre en Grand Chelem à l'US Open 2020.

"J'avais besoin d'un break, reconnaît Thiem. Maintenant il est temps de revenir, j'espère pouvoir bien jouer. Je pense que je suis à un bon niveau. Mon objectif, c'est d'engranger beaucoup de matches contre les meilleurs joueurs d'ici à Roland-Garros".

Quant à Medvedev, pas très friand de terre battue dans l'absolu, c'est un test positif au COVID-19 qui l'a stoppé net avant son entrée en lice à Monte-Carlo. Gaël Monfils (mollet), qu'on n'a plus vu depuis l'Open d'Australie, a lui encore repoussé sa rentrée. On attend désormais le N.1 français (15e) à Rome la semaine prochaine.

Le tableau féminin a pris quelques jours d'avance : Naomi Osaka (2e), plus à l'aise sur dur que sur ocre, a réussi son atterrissage vendredi 30 avril. Forte de son titre à Stuttgart dimanche dernier 26 avril, la N.1 mondiale Ashleigh Barty est elle déjà en huitièmes de finale. Où l'a rejoint la Polonaise Iga Swiatek (17e), pour un duel entre les deux dernières lauréates de Roland-Garros.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Destinations attrayantes de la province de Thanh Hoa Outre ses belles plages, la province de Thanh Hoa (Centre) regorge de destinations attrayantes, comme la réserve naturelle de Pu Lông et le parc national de Bên En.